Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



MAP - publié le Vendredi 11 Mars à 15:54

Forum canario-sahraoui : Les déclarations de Ban Ki-Moon, politiquement inappropriées et inédites de la part d'un SG de l'ONU




Madrid - Les récentes déclarations du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, sur la question du Sahara sont "politiquement inappropriées et inédites de la part d'un SG de l'ONU", souligne le Forum canario-sahraoui (Focasa).




La tournée effectuée dernièrement par M. Ban dans la région, dont l'objectif déclaré était de promouvoir une solution politique au conflit du Sahara, n'a pas réalisé le résultat escompté à cause des "déclarations politiquement inappropriées, inédites de la part d'un secrétaire général de l'ONU et contraires aux résolutions du Conseil de sécurité", a dit le président de Focasa, Miguel Ortiz.

Dans une déclaration à la MAP, M. Ortiz a relevé que cette visite dans la région a mis en évidence une "partialité flagrante" de la part du chef de l'ONU, qui a tenu des propos "sans aucun fondement politique ou juridique et qui ont constitué une offense envers le gouvernement et le peuple marocains".

Par ses déclarations, Ban ki moon "a fait preuve de complaisance pour un Etat fantoche dépourvu de tous les attributs", a-t-il poursuivi, ajoutant que cette manière de procéder risque de compromettre les négociations pour le règlement de la question du Sahara. 

"On attendait de cette visite des avancées en matière de recensement des sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf, réclamé à plusieurs reprises par le Conseil de sécurité des Nations Unies, ou d'évoquer les violations flagrantes des droits de l'Homme commises par le polisario dans les camps de Tindouf", a-t-il déploré.

M. Ortiz a cité comme exemple de ces violations les cas de centaines de jeunes filles sahraouies, dont certaines disposent de la nationalité espagnole, retenues contre leur gré dans les camps de Tindouf.

Il a regretté aussi la non évocation par le secrétaire général de l'ONU du détournement avéré de l'aide humanitaire internationale destinée aux populations de ces camps, confirmé par les rapports du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Office de lutte anti-fraude de l'Union européenne (OLAF)

               Partager Partager