Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


AFP - publié le Mardi 7 Avril à 11:36

Filmés en train de recevoir un bakchich: 2 policiers marocains licenciés



Rabat - Deux policiers marocains ont été licenciés après avoir été condamnés pour corruption à la suite de la diffusion d'une vidéo les montrant en train de recevoir un bakchich, ont rapporté lundi des médias locaux.



La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a "renvoyé deux policiers en poste à Tan-Tan (sud) pour manquement aux règles professionnelles" de la police, a indiqué le site d'information Hespress.

Ces deux policiers, dont l'identité n'est pas révélée, avaient été condamnés en janvier à un mois de prison ferme et à une amende de 2.000 dirhams (un peu plus de 180 euros) chacun "pour avoir reçu un pot-de-vin de la part d'un touriste espagnol", a ajouté le site de l'hebdomadaire Tel Quel.

La vidéo, qui montre les deux policiers en train de solliciter un bakchich à un motard espagnol en vacances dans le sud marocain d'après Hespress, avait été diffusée sur internet et avait fait grand bruit au Maroc.

Cette procédure est une "mise en application" de la politique de lutte contre la corruption, a avancé la DGSN, citée par Hespress.

En janvier, dans une autre affaire de corruption, dix gendarmes et 15 policiers avaient été arrêtés après avoir été, eux aussi, filmés à leur insu. Les premiers jugements ont donné lieu à des peines de six mois de prison ferme.

Fin janvier, deux agents de police de Casablanca, la capitale économique, avaient à l'inverse été promus pour avoir refusé un pot-de-vin de 100.000 dirhams (plus de 9.000 euros).

La corruption est un fléau au Maroc, même si le pays a enregistré une progression de 11 places dans le classement 2014 de Transparency International (de la 91e à la 80e).

Vainqueur des législatives de 2011, le parti islamiste Justice et développement (PJD) avait fait de la lutte contre la corruption un cheval de bataille. Trois ans plus tard, une "stratégie nationale" pour barrer la route au "bakchich" commence à peine à voir le jour.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara