Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Dimanche 13 Septembre à 10:40

Fifa/corruption - Les grandes dates du "Fifagate"



Zurich - Les grandes dates du "Fifagate" et ces soupçons de corruption autour de la Fifa, avec deux enquêtes ouvertes de part et d'autre de l'Atlantique, par les justices suisse et américaine:



- 27 mai: sept hauts dirigeants du football international sont arrêtés à Zurich, à la demande de la justice américaine. Parmi eux, Jeffrey Webb (Iles Caïman) et Eugenio Figueredo (Uruguay), deux membres du comité exécutif de la Fifa. Au total, 14 personnes (neuf membres ou anciens de la Fifa et cinq dirigeants d'entreprises de marketing sportif) sont mise en cause. L'acte d'accusation américain, de 164 pages pour 47 chefs d'inculpation, parle de quelque 150 millions de dollars (132 millions d'euros) de pots-de-vin et de rétrocommissions, depuis les années 1990.

- 27 mai: dans une procédure distincte, ouverte contre X pour soupçon de "blanchiment d'argent et gestion déloyale" autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, la justice suisse fait procéder à des perquisitions au siège de la Fifa, à Zurich. C'est la première fois que cette procédure, lancée le 10 mars, après une plainte de la Fifa le 18 novembre 2014 pour soupçons de "transferts internationaux de patrimoines", est rendue publique.

- 28 mai: Jeffrey Webb est révoqué de son poste de président de la Concacaf, la Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes.

- 28 mai: Jack Warner, président de la Fédération des Caraïbes (CFU) et ancien président de la Concacaf, jusqu'en 2012, l'un des 14 inculpés par la justice américaine, est libéré sous caution, à Trinité et Tobago, moyennant une caution de 400.000 dollars.

- 29 mai: Joseph Blatter, président de la Fifa depuis 1998, est réélu pour un 5e mandat de quatre ans.

- 29 mai: le Qatar assure avoir respecté "les plus hauts standards éthiques" pour obtenir le Mondial 2022.

- 29 mai: "Il va y avoir une nouvelle vague d'inculpations", assure Richard Weber, de l'IRS, le fisc américain.

- 29 mai: l'Américain Aaron Davidson, un des cinq hommes d'affaires visé par les enquêteurs américains, est libéré sous caution (5 millions de dollars) à Miami, deux jours après son arrestation.

- 31 mai: sept membres du comité exécutif de la Fifa ayant voté en 2010 pour l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 sont interrogés par le bureau du procureur général suisse.

- 31 mai: l'Afrique du Sud reconnaît un versement de 10 millions de dollars à la Concacaf, via Jack Warner, en 2008. Mais elle nie que cette somme soit le paiement de trois voix pour obtenir l'organisation du Mondial 2010, ce que prétend l'acte d'accusation américain.

- 1er juin: la justice paraguayenne place en résidence surveillée Nicolas Leoz, président de la Conmebol, la Confédération d'Amérique du Sud, de 1986 à 2013, l'un des 14 mis en examen par la justice américaine.

- 2 juin: la Fifa reconnaît avoir fait un versement de 10 millions de dollars sur des comptes de Jack Warner, pour la Concacaf, "dans le cadre du développement du football dans les Caraïbes", et ce de la part de l'Afrique du Sud, en 2008. Mais elle dédouane Jérôme Valcke, le bras droit de Blatter, mis en cause par le New York Times.

- 2 juin: Blatter annonce sa démission et appelle à l'élection d'un nouveau président lors d'un congrès extraordinaire électif, prévu pour le 26 février 2016.

- 3 juin: le New York Times affirme que les autorités judiciaires américaines "espèrent obtenir la coopération de certains des responsables de la Fifa inculpés" pour resserrer l'étau autour de Blatter. Une enquête du FBI le viserait directement.

- 3 juin: Interpol place Jack Warner et Nicolas Leoz sur sa liste des personnes les plus recherchées, à la demande des autorités américaines.

- 3 juin: la justice américaine déclassifie le procès-verbal de l'audition en 2013 de l'Américain Chuck Blazer, ex-secrétaire général de la Concacaf, lors de laquelle celui-ci avait reconnu avoir touché des pots-de-vin du Maroc et de l'Afrique du Sud dans le cadre de l'attribution des Mondiaux 1998 et 2010.

- 7 juin: l'ancien ministre des Sports égyptien accuse Jack Warner d'avoir voulu vendre 7 votes à l'Egypte pour obtenir le Mondial 2010, moyennant 1 million de dollars par vote.

- 7 juin: la Russie et le Qatar pourraient perdre l'organisation des Mondiaux 2018 et 2022 si ils les avaient obtenu "grâce seulement à la corruption", déclare Domenico Scala, président du comité d'audit de la Fifa.

- 9 juin: l'Argentin Alejandro Burzaco, l'un des cinq hommes d'affaires recherché par la justice américaine, se rend à la justice italienne à Bolzano.

- 9 juin: le Parquet vénézuélien ouvre une enquête sur le patrimoine de Rafael Esquivel, ex-président de la Fédération vénézuélienne, l'un des 14 mis en examen par la justice américaine.

- 10 juin: la Fifa suspend le processus d'attribution du Mondial-2026.

- 11 juin: le Sénat paraguayen supprime l'immunité du siège de la Conmebol (Confédération d'Amérique du Sud) à Asuncion.

- 17 juin: le Brésilien Jose Margulies, l'un des cinq hommes d'affaires inculpés par la justice américaine, explique être au Brésil et refuse son extradition vers les USA.

- 17 juin: la Fifa annonce avoir pris Jenny Durkan, ex procureure générale américaine, comme avocate. Blatter a choisi Richard Cullen, autre star du barreau US.

- 18 juin: les Argentins Hugo et Mariano Jinkis, deux des cinq hommes d'affaires inculpés par la justice US, se rendent à la justice argentine. ils sont assignés à résidence le 24 juin.

- 2 juillet: la Suisse annonce avoir reçu les demandes d'extradition émises par les Etats-Unis concernant les sept dirigeants arrêtés le 27 mai à Zurich.

- 6 juillet: le Chilien Harold Mayne-Nicholls, ex-président du groupe d'évaluation de la Fifa des Mondiaux 2018 et 2022, est suspendu pour sept ans par la Fifa de toute activité dans le football. La Fifa ne précise pas les raisons de cette sanction.

- 9 juillet: la Fifa suspend à vie Chuck Blazer. Nommé "Monsieur 10%" pour les millions de dollars qu'il est soupçonné avoir indûment reçus, M. Blazer est la "taupe" du FBI depuis 2011.

- 10 juillet : Jeffrey Webb, l'un des sept dirigeants arrêtés le 27 mai à Zurich, accepte son extradition vers les Etats-Unis.

- 12 juillet: la justice suisse indique avoir en mains 81 cas suspects de blanchiment d'argent signalés par les banques dans l'enquête sur l'attribution des Coupes du monde de football 2018 (Russie) et 2022 (Qatar).

- 18 juillet: Jeffrey Webb plaide non coupable devant un tribunal de New-York et est remis en liberté et assigné à résidence contre une caution de 10 millions de dollars. L'homme d'affaires américain Aaron Davidson est présent à cette audience: il cherche à trouver un accord négocié avec les procureurs.

- 31 juillet: l'homme d'affaires argentin Alejandro Burzaco plaide non coupable devant un tribunal de New York et est remis en liberté moyennant une caution de 20 millions de dollars.

- 14 août: Julio Rocha, ex-président de la Fédération du Nicaragua, un des sept dirigeants arrêtés le 27 mai, accepte son extradition vers son pays.

- 22 août: un journal suisse révèle que la justice suisse enquête sur Nicolas Leoz, ex-président de la Conmebol. Les enquêteurs ont été alertés par la banque genevoise Pictet après que celle-ci a repéré des activités suspectes, pour près de 20 millions de francs suisses, sur un compte de la Conmebol.

- 24 août: la justice suisse annonce qu'elle étudiera en septembre les demandes d'extradition américaines visant les six dirigeants encore détenus en Suisse depuis leur arrestation le 27 mai. La demande visant Julio Rocha sera traitée à part, celui-ci ayant accepté d'être extradé au Venezuela.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara