Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Samir Moussa - publié le Mardi 28 Octobre à 09:30

Fier d'être marocain






Fier d'être marocain
J'ai eu de la chance d'avoir souvent des conversations avec des étrangers à propos de mon pays le Maroc, et j'étais, comme je le suis toujours fier d'être marocain vu l'amour que porte les gens à notre cher pays, pour sa beauté naturelle et son charme éblouissant, et son peuple "hors du commun".

Je me demandais quel est notre point fort, qu'est ce qui rend notre pays spécial à ce point, pourquoi les autres vont nous envier... toutes mes questions se retrouvèrent au pied d'une même réponse : notre tolérance!

La comparaison est une manière de voir ce qu'on a de différent, et comme l'exception ne fait pas de règle, je préfère prendre l'exemple des affaires qui concerne le peuple, notamment les affaires d'Etat.

Dernièrement les médias échangeaient une correspondance censé être transmise au ministre des affaires étrangères marocain, de la part de son homologue français, une réponse à un petit service sollicité de la part d'un père comme les autres, afin d'aider sa fille protégée à trouver un travail tout en sachant que le taux de chômage au Maroc n'est pas assez effrayant par rapport à d'autres pays toujours selon les rapports!

Un petit service qui n'est pas assez toléré en France, tout en sachant que la coïncidence nous mène à savoir que la société française où la fille devrait travailler à décrocher par hasard un contrat avec le gouvernement marocain via un coup de pouce du ministre/père.

Dans le monde de la politique et du Droit, et selon la banque mondiale qui nous considère comme un bon élève, "Utiliser sa position de responsable d'un service public à son bénéfice personnel" est la définition retenue pour la corruption, ce qui me semble très collant au cas de notre cher ministre!

C'est la tolérance dont je parle, qui nous rend un pays exceptionnel et envié par les autres, pas comme le Japon où les ministres démissionnent à cause d'un scandale d'usage de fonds publics, pas comme la France ou l’Angleterre qui manquent de tolérance envers les serviteurs de la patrie!

Monsieur Mezouar est habitué au rôle de la vedette, et cette fuite de documents confidentiels n'est pas la première, car elle rafraîchit les mémoires si on a fait semblant d'oublier les fameuses primes échangées, entre la dite personne quand elle occupait le poste de ministre des finances, et le premier trésorier du royaume en 2010 en s'offrant une prime mensuelle approximative de 80000 Dhs!

Un scandale qui n'a pas empêché le Maroc de lui accorder le poste de chef de diplomatie en 2013, sous la guidance d'un Monsieur Benkirane prêt à s'associer au diable pour garder un fauteuil de chef de gouvernement très confortable, alors qu'il a courtisé les voix d'un peuple assoiffé au changement, par le biais d'un message émotionnel puisant dans la religion et dans le langage spontané malheureusement délaissé juste après, même s'il tâche à chaque reprise de nous rappeler de sa fierté d'être marocain lui aussi!
Pour ne pas être injuste envers Monsieur Mezouar, j'avoue qu'il ne fait pas l'exception, je cite aussi le scandale de la facture de chocolat de Monsieur El Guerrouj le jeune ministre haraki que lui aussi a sollicité un petit service personnel d'un autre fonctionnaire d'Etat qui est son chauffeur, pour faire la commission, mais le traiteur a facturé les 33735 Dhs au nom du ministère non pas le ministre, en plus Monsieur El Guerrouj était entre deux responsabilités extrêmement lourdes, l'homme d'état et le nouveau né, alors il ne faut pas lui en vouloir!

Une erreur tolérée au Maroc bien sur car la tolérance fait partie de notre identité, contrairement au suédois qui déclenchaient un scandale pour deux Toblerone, des couches et des cigarettes, une somme totale estimait à environ 5000 euros, poussant Mona Salhin à se retirer de la scène politique après usage de sa carte bancaire professionnelle pour des achats privés!

Alors en tant que marocain, comment pourrais-je ne pas être fier quand je vois mon pays, aussi tolérant avec ses propres fils qu'avec les étrangers, quand je vois un pédophile gracié, une bonne condamnée pour vol de viande, des concussionnaires profitant des milliards du peuple, et des parlementaires s'offrant des smartphones, billets d'avion, frais d’hôtels et des bons d'essence pour les encourager à assister aux spectacles du par-le-ment, alors qu'ils sont déjà rémunérés pour leurs services à la nation!

Ma fierté n'a pas de limite, tout comme la tolérance de mon Maroc, ma fierté ne se heurte pas face aux scandales des dirigeants, car ils les enrichissent de notre silence, ce qui me blesse le plus c'est notre ignorance, note hypocrisie, et principalement notre fierté qui a perdu le sens!


Tagué : Samir Moussa

               Partager Partager