Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Adil Alifriqui - Lemag - publié le Mercredi 4 Décembre à 12:02

Fer de lance de la politique africaine du Maroc : La communauté CEN-SAD




Lemag : Pour les besoins de sa sécurité nationale et afin de promouvoir son économie, dans une région aux potentiels vierges, le Maroc considère avec vif intérêt, la région sahélo-saharienne, mitoyenne directe de l’aire Maghreb.



PH Diplomatie.ma
PH Diplomatie.ma
‘‘De ce vaste désert, nous viendrait tout le bien ou tout le mal’’.

Ainsi disait le Roi Hassan II, parlant du désert, qui s’étend au delà du Sahara marocain, au large de la vaste région sahélo-saharienne.

Cet enseignement du défunt souverain, semble guider jusqu’à aujourd’hui, les pas de la diplomatie marocaine, qui voit en cette région vaste, prometteuse et dangereuse, une zone de croissance économique avantagée par ses ressources et ces marchés émergents, mais aussi qui nécessite un quadrillage sécuritaire collégiale, impliquant tous, lequel quadrillage est nécessaire à endiguer les menaces terroristes et les trafics criminels et informels qui y germent.

Cette espèce de ZEE terrestre pour le royaume, mobilise la diplomatie marocaine, via un instrument régional rehaussé au Maroc, au rang stratégique : La communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD).

Crée à Tripoli par le Colonel Kadhafi, le 4 février 1998, la Communauté CEN-SAD est une organisation internationale africaine régionale qui regroupe 28 États africains y compris le Maroc.

Elle s’est fixée, comme objectifs :

- La création d'une union économique globale, basée sur une stratégie de développement des investissements agricolesindustriels et énergétiques, ainsi que des développements sociaux-culturels.

- Instaurer à terme, une zone de libre circulation des personnes, des capitaux et des intérêts des ressortissants des États membres.

- La liberté de séjour, de propriété et d'exercice de l'activité économique.

- La liberté d'échange et de circulation des biens, des produits et services originaires des pays signataires.

- La promotion du commerce extérieur par une politique d'investissement dans les États membres.

- L'accroissement entre les États membres des moyens de transport et de communication terrestre, aériennes et maritimes par l'exécution de projets communs.

- La reconnaissance aux ressortissants des pays membres des mêmes droits, avantages et devoirs reconnus à leurs propres citoyens conformément aux dispositions de leurs constitutions respectives.

- L’harmonisation des systèmes éducatifs, pédagogiques, scientifiques et culturels dans les différents cycles de formation.

Depuis le décès tragique de Mouammar Kadhafi et la disparition de son régime en Libye, le Maroc s’est repositionné au sein de la communauté CEN-SAD, tentant de lui donner une nouvelle orientation, qui rompt avec les politiques excessives et irréalistes du leader libyen assassiné.

Ainsi, en février dernier à N’Djamena au Tchad, un nouveau traité de la communauté a été adopté, avec accents faits, à la coopération sécuritaire et économique.

Le Maroc y promeut sa perception de la lutte contre les menaces terroristes.

Laquelle perception, allie l’action sécuritaire sur le champ, à une politique de développement intégré,   économique, culturel et cultuel et ce afin d’encercler par des lectures religieuses éclairées, les idéologies extrémistes.

Une perception marocaine qui épouse parfaitement les objectifs fondateurs de CEN-SAD, mais qui nécessite un engagement stratégique à long terme, dans une région aux sables mouvants.



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles