Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - publié le Jeudi 5 Novembre à 17:24

Fatema Malki, la nostalgie d'une participante à la Marche verte qui a défié les traditions et a répondu à l'appel de la nation (portrait)






Beni Mellal - Native de la ville de Bejaâd (province de Kouribga) en 1937, Fatema Malki a défié les traditions de l'époque pour répondre à l'appel lancé par feu SM Hassan II et participer avec 350.000 autres Marocains et Marocaines à l'épopée de la Marche Verte.
Grâce à sa volonté et à son sens de l'engagement citoyen, Fatema a pu convaincre son mari de l'accompagner dans cette épopée qui est restée gravé dans sa mémoire malgré son âge avancé.

La décision de Fatema de participer à la plus grande marche du 20ème siècle s'est concrétisée avec son inscription aux côtés de 500 volontaires du cercle de sa ville natale (Bejaâd) et 2.000 personnes de la province de Khouribga, dont le seul souci consistait à participer à la libération des provinces du Sud du joug du colonisateur et au parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume.

Dans une déclaration à la MAP, Fatema se rappelle son immense joie dès l'annonce de l'organisation de la Marche Verte par Feu SM Hassan II et sa volonté de participer à cette épopée malgré les critiques de sa famille et de ses voisins à cause de l'esprit patriarcal qui régnait dans les années 70.

"Mon déplacement de Bejaâd à Tarfaya en passant par plusieurs villes marocaines restera une étape de ma vie gravée en lettres d'or, puisque ce voyage était destiné à soutenir une cause noble qui est le parachèvement de l'intégrité territoriale du Royaume", a-t-elle confié.

Et de relever que ce voyage lui a permis de nouer des relations fortes d'amitié avec des volontaires issus de différentes régions du Maroc, qui ont marché, à l'appel du Roi, en direction des provinces du Sud, sans armes et portant chacun un Coran, un drapeau national et des photos de feu SM Hassan II et scandant les slogans de la victoire et du patriotisme.

Ces slogans ont suscité au passage l'enthousiasme des tribus sahraouies qui se sont jointes elles aussi aux volontaires et ont commencé à scander les hymnes de la victoire et de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud.

Affichant un large sourire, Fatema se remémore les moments forts passés dans ces provinces, notamment un mariage à la marocaine dans la région "Krouchi" ainsi que la naissance d'un bébé auquel ses parents ont donné le prénom de "Massira", une manière à eux d'immortaliser le souvenir de leur participation à cet événement phare de l'histoire du Maroc. 

Fatema se souvient très bien aussi du discours Royal annonçant le lancement de la Marche Verte en direction des provinces du Sud, ainsi que l'annonce de l'ordre du retour à Tarfaya. 

De retour à son foyer, un accueil des plus chaleureux a été réservé par ses voisins et sa famille à Fatema, qui dit être simplement une femme marocaine qui a accompli son devoir national.

Le parcours militant de Fatema ne s'est pas arrêté là. Elle s'est jointe à d'autres volontaires pour créer une association dans sa ville natale du nom de l'Union nationale des volontaires de la Marche verte à Bejaâd. Elle répond présent à chaque manifestation organisée à l'occasion du 06 novembre.

En récupérant son Sahara, le Maroc a très vite multiplié les initiatives en faveur de la population locale, lançant de vastes chantiers de développement. Quarante ans après, le visage de nos provinces du sud s'est complètement transformé.

Après la récupération de nos provinces du sud grâce à la glorieuse Marche Verte, événement majeur dans les annales de l'histoire contemporaine, le Maroc a placé le développement de la région à la tête de ses priorités nationales, déployant de grands efforts pour combler les carences au niveau des infrastructures socio-économiques, et réussissant en quelques décennies seulement à faire de la région sud du Royaume un modèle sur le plan du développement durable et inclusif.

               Partager Partager