Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


Ahmed Bellasri - Lemag - publié le Samedi 5 Avril à 22:43

Et les pires pollueurs du Web sont...



Etats Unis : Les géants du Web et du cloud se trouvent dans le viseur de Greenpeace qui a tenu à calculer, analyser et noter leurs pratiques en matière de politiques énergétique et environnementale.



En effet, malgré la révolution créée par le cloud et plus globalement les services accessibles par internet, leur impact sur écologique n'est pas indéniable; notamment à cause de l'énorme quantité d'énergie qu'ils demandent.

Le nombre de 2,6 milliards de personnes actuellement connectées devrait augmenter de 60% lors des 5 prochaines années; une augmentation qui n'est pas sans conséquence sur l'énergie, les analystes s'attendent à ce que les datacenters voient leur demande en énergie progresser de 81% d'ici une quinzaine d'années; souligne le site Journal du Net.

GreenPeace s'est penchée sur la question en analysant les pratiques des plus grands acteurs du Web et du Cloud en matière de politique énergétique : Facebook, Google, Microsoft, Apple, Amazon,... L'ONG a ainsi noté ces ténors selon 4 critères permettant d'évaluer leurs efforts.

C'est  Twitter et Amazon qui écopent de la pire note, "F", dans 3 critères, et un "D" dans le dernière critère d'évaluation.

Twitter est ainsi "la lanterne rouge de l'industrie concernant la transparence, ne fournissant aucune information sur son empreinte énergétique". Greenpeace lui décerne donc logiquement la pire note sur le critère de transparence, ni d'ailleurs sur sa manière de gérer son efficacité énergétique.  

Par ailleurs, et concernant les énergies renouvelables, et le choix des sites pour ses centres de données, twitter a été également mis en cause. Greenpeace rappelle que le réseau social a financé une extension de son infrastructure, pour 300 millions de dollars, fin 2012, en Géorgie. Or, sur ce lieu, son alimentation électrique ne dépend d'aucune énergie renouvelable, et repose uniquement sur le charbon, le gaz et le nucléaire.

Concernant Amazon, il est présenté dans le rapport comme "faisant partie des entreprises les plus sales et les moins transparentes en matière de consommation d'énergie" puisqu'il choisit "son énergie uniquement en fonction de son bas prix, sans aucune considération pour son empreinte sur l'environnement et la santé." selon le rapport de Greenpeace.

Contrairement à Google ou Microsoft, qui travaillent avec leur fournisseur d'énergie pour augmenter la part d'énergie renouvelable, Amazon "n'a rien fait pour améliorer la politique énergétique de son fournisseur dans l'Oregon, dont il est pourtant le principal client", fustige Greenpeace.

Il faut rappeler finalement que Netflix, Soundcloud, Instagram, Pinterest, HootSuite, Reddit, Foursquare, Dropbox, Tweetdeck ou Heroku utilisent tous le cloud d'Amazon.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus