Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



Abdellatif Chamsdine - publié le Jeudi 27 Février à 11:46

En quoi suis-je Marocain? (3/5)




Nous avons évoqué dans la première partie la nécessaire prise de conscience de notre "marocanité" dans le "village planétaire" impitoyablement mondialisé. Il faut savoir qui nous sommes, en tant que Marocains, pour comprendre où on nous mène. La deuxième partie a été consacrée à l'analyse de cinq arguments censés définir notre "marocanité". Dans cette troisième partie nous réfléchirons à nos origines. Le pluriel du mot "origine" est en effet ici plus approprié.



Suis-je Marocain par mes origines ? Lesquelles ? Depuis quand ? Depuis la période préhistorique ? La conquête arabo-musulmane ? Idriss 1er ? Posant ces questions, nous prenons la mesure de la difficulté, de l'enjeu et de la charge émotionnelle et idéologique que portent de telles interrogations. Notons au passage que la question des origines des Marocains refait curieusement, et périodiquement, surface dans le débat national. Cependant, des penseurs et des chercheurs de différentes nationalités et différentes disciplines (Histoire, Sociologie, Anthropologie, Archéologie …) ont tenté d'apporter des réponses, avec plus ou moins de parti pris, à ces questions. Parmi tant d'autres, nous citerons l'incontournable Ibn Khaldoun (Histoire des Berbères), Abdellah Tourabi ( Le Maroc avant l'islam), Abdellah Laroui (Mojmal Tarikh Al Maghrib) Bernard Lugan (Histoire du Maroc). La liste est longue et témoigne de l’intérêt permanent porté à cette problématique, mais notre but n'est pas d'afficher une quelconque érudition. Nous n'évoquerons pas non plus les innombrables articles de certains journaux papier ou électroniques marocains qui ont fait de la question des origines un faux enjeu national. Le débat ne cesse d'ailleurs de rebondir sous des formes multiples qui déchaînent dangereusement les passions et anesthésient sciemment la raison patriotique.

L'argument des origines est-il si utile pour définir ma "marocanité" ? Est-il nécessaire ? Est-il vital ? Comment identifier dans la jungle des ethnies et des sociétés préhistoriques une origine pure ? Mes ancêtres étaient-ils juifs (phéniciens) avant de se convertir au christianisme puis à l'islam ? Comment être sûr, à cent pour cent, de mes origines quand leurs racines se perdent dans l'Histoire de l'Humanité ? Comment savoir, très précisément, très clairement, que mes aïeux étaient purement labélisés wisigoths, vandales, phéniciens, carthaginois, byzantins, romains, européens, amazirs, arabes, ... lorsque l'on sait que les uns et les autres ont noué des alliances, conclu des mariages qui ont donné naissance à une infinité de générations d'êtres humains mélangés, et que, selon le généticien Axel Khan, "Tous les hommes sont en fait d'une grande homogénéité génétique" ? (Conférence de Durban, 2001). Comment peut-on faire d'une tribu, d’une ethnie ou d'un groupe social bien défini mon origine unique quand un scientifique de la qualité du généticien cité ci-dessus affirme que l' "ancêtre commun [...] de l'homme a vécu il y a plus de 200 000 ans en Afrique", et que "Tous les continents semblent avoir été peuplés à partir d'une population dont les groupes auraient quittés l'Afrique il y a environ 7000 ans" ?

Appauvrir ma "marocanité", voire la neutraliser par l'origine n'est ni sain, ni innocent, ni patriote. "Qui sert bien son pays n'a pas besoin d'aïeux", disait Voltaire. Revenons donc à la réalité de la menace. Suis-je Marocain parce que je suis amazir ? Il y a des amazirs en Lybie, en Egypte, en Tunisie, en Algérie… comme chacun sait ! Se sentent-ils marocains par leur origine amazire? Une partie d’ailleurs ne se sent ni algérienne, ni tunisienne, ni libyenne. Dîtes à certains Kabyles qu’ils sont Algériens, ils se sentiront agressés et vous répondront qu’ils sont Kabyles pas Algériens. Un Marocain digne, fidèle et fier de sa « marocanité » ne répondra jamais : « je suis Amazir, je ne suis pas Marocain ».

Suis-je Marocain parce que je suis Arabe ? En Arabie, en Irak, au Yémen, en Jordanie, en Syrie ... il y a aussi des Arabes. Sont-ils Marocains parce qu'ils sont Arabes ? Ne confondons pas « Nation marocaine » et « nationalisme arabe ».

Il faut rendre à César ce qui est à César et aux Marocains ce qui est aux Marocains ! Mon identité marocaine, solide et ouverte, requiert et revendique toutes ses origines dont elle s’enrichit : amazire, arabe, andalouse, saharo-hassanie. Se réclamer d'une seule origine étiquetée, revendiquer une seule ethnie et la considérer comme supérieure, nous rappelle, hélas, une tragédie récente sur le sol européen : l'Holocauste ! Les nazis ne se sont pas pris autrement lorsqu'ils ont revendiqué une identité exceptionnelle et un espace vital pour la « race » aryenne. Ils ont mis le monde à feu et à sang, et ont exterminé les juifs et d’autres minorités considérées comme inférieures, au nom de la pureté chimérique d'une ethnie, d’une « race » qui, scientifiquement, n'existe pas. L'Europe s'est réveillée, s’est relevée, s'est réunifiée et a dit "Plus jamais ça" ! Au Maroc, le colonialisme au visage protectoral a tenté de diviser le peuple marocain entre Amazirs et Arabes, par le Dahir Berbère de 1930. Les Marocains, sous l'égide du premier patriote marocain, Sidi Mohamed ben Youssef, ont résisté pour défendre leur personnalité. Nous avons célébré, le 11 janvier 2014, le Manifeste de l'Indépendance du 11-1-1944, et nous disons aux ennemis de notre « marocanité », notre patrie, affichés ou masqués, ce que les Européens ont dit aux nazis : "Plus jamais ça " ! Non aux nouveaux nazis du monde entier, liberticides, faux démocrates, ethnocentristes, chantres de la haine maquillée, de l’apartheid et de l’intolérance, qui sévissent encore partout y compris dans notre patrie d’origine, le Maroc. Oui à la richesse de la diversité dans l'unité autour de la Monarchie Constitutionnelle, oui au vivre-ensemble et à la tolérance. Non à la division et aux nostalgiques des Taïfas de la regrettée Andalous ! Nous le disons pour le Maroc, nous l'espérons pour le Maghreb et le Monde.

Je suis Marocain parce que je suis amazir, arabe, andalous, saharo-hassani. Je suis Marocain parce que je suis juif, chrétien et musulman. La Constitution de 2011 a confirmé tout cet héritage riche et digne de notre chère Andalous, avec une mention spéciale pour l'islam qui est religion d'Etat. Et pour cause : c'est l'islam qui a consolidé l'unité des Marocains, pour ne citer que le Maroc. Toutes ces composantes sont, certes, partie constitutive de ma "marocanité", mais elles ne sont pas, à ce stade, décisives.

Que manque-t-il ?
4/5 à suivre.

Abdellatif Chamsdine
Diplômé de 3ème Cycle, Université Paris7, Jussieu
Ancien professeur Paris II Assas-Sorbonne
Ancien professeur référent ESSEC
Professeur de Lettres en exercice au grand Lycée Jules Verne, en région parisienne.




               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0