Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Abdellatif Chamsdine - publié le Lundi 24 Février à 12:49

En quoi suis-je Marocain ? (1/5)






Le monde est, depuis des décennies, un "village planétaire". L'expression est toujours d'actualité, tant la mondialisation touche de plus en plus d'espaces nationaux défendus plus ou moins bien. Ainsi les Etats les mieux nantis à tous niveaux, déploient des trésors d'ingénierie pour se préserver de cette mondialisation, parfois sous couvert, souvent en en étant le principal acteur. Qu'en est-il du Maroc ? Est-il menacé ? Dans quoi ? Toutes les menaces sont-elles prises en compte ? Comment notre patrie se protège-t-elle ? Quels sont les leviers sur lesquels elle s'appuie ? S’il est absolument fondamental de poser ces questions, nous éviterons cependant de les aborder frontalement : les réponses déborderont très largement le cadre de notre article, dont l'objectif est de nous interroger sur notre patriotisme, notre " marocanité ". En effet, en quoi suis-je marocain ? Quelles sont les composantes de mon identité marocaine ? Suis-je patriote ? En quoi ? Qu'est-ce que le patriotisme ?Nous posons ces questions parce que le Maroc a pris le XXI siècle en pleine mutation : bouleversements géographique, historique, technologique, politique, stratégique ...

Citons un seul évènement majeur dans ces mutations impliquant directement notre patrie : le décès d'un grand chef arabo-musulman, feu Hassan II, et l'arrivée de Sidi Mohamed VI au pouvoir. Cette rupture historique marque notre passage au XXIe siècle. Le jeune Roi est bien de son temps. Il s'est immédiatement inscrit dans son siècle en libérant les initiatives, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Est-il nécessaire d'évoquer les changements fondamentaux qu’il a impulsés, notamment pour le statut de la femme, la diversité politique, les droits de l'homme, les libertés individuelles ... Chacun de nous mesure l'étendue de ces changements fondamentaux et des ouvertures nouvelles consenties par le Maroc sur le monde. 
 
Le Maroc est en effet, historiquement un pays ouvert au monde, aux autres. Mais Il a toujours gardé sa personnalité, son identité. Alors, aujourd'hui, plus que jamais, il est urgent de s'interroger sur sa capacité à continuer à résister dans l'ouverture. C'est pourquoi nous nous interrogerons sur ce qui fait notre "marocanité". C'est pourquoi nous mènerons cette réflexion sur les composantes de notre identité marocaine et sur le sens de notre patriotisme. Rappelons ici que ces thématiques ont également été abordées en France (" Qu'est-ce que l'identité française ? "), mais de façon pas toujours sereine. Ces questions ont aussi intéressé de nombreux penseurs et universitaires marocains ou étrangers : Tahar Benjelloun ("Suis-je un écrivain arabe"), Mohamed Boudhane (« Qu'est-ce que l'Identité"), Amine Mâalouf («Les Identités Meurtrières"), Moha Ennaji (" La culture c'est l'âme d'une nation"), Abdelfattah El fathi ( " La carte d'identité nationale est une trahison pour l'identité marocaine"). D'autres plumes de la presse écrite ou électronique marocaine, ont également abordé ces questions à partir d'angles différents. Rappelons cependant que l'un des premiers penseurs à avoir réfléchi à ces questions était Ernest Renan dans une conférence intitulée " Qu'est-ce que la nation ? ", prononcée en Sorbonne en 1882, dans un contexte international qui ressemble étrangement à celui que nous vivons aujourd’hui. Plus près de nous, l'universitaire israélien Shlomo Sand a publié en 2008 " Comment le peuple juif fût inventé", dans lequel il analyse l'identité juive. Enfin nous avons encore en mémoire cette Leçon inaugurale des Leçons Hassanies (nous préférons cette expression à « Causeries » qui a une connotation de salon littéraire) du mois de Ramadan 1434, présidée par Sidi Mohammed VI et intitulée : « Le sentiment patriotique chez les Marocains à travers l’Histoire ». Le ministre des Habous, Ahmed Taoufiq, y a analysé magistralement la construction du patriotisme marocain.
 
Alors pourquoi revenir une énième fois sur cette problématique de l'identité marocaine plus particulièrement ? Pourquoi ressasser la même thématique encore et encore ? Et bien tout simplement parce que le manque de conscience de notre "marocanité" prend des proportions dramatiques chez une grande majorité de nos compatriotes marocains, et ses conséquences désastreuses pour notre identité dans l’ouverture et l'unité dans la diversité de notre patrie n'ont jamais été mises en lumière de façon pertinente et intense. La mesure des menaces discrètes induites par cette criante absence de conscience de notre "marocanité" n'a jamais été prise en compte de manière efficiente et dévoilée avec énergie et insistance.
 
Nous réfléchirons donc à notre "marocanité" par étapes, en cinq parties, afin que notre analyse soit efficace. Nous prenons cette précaution parce que notre patrie, le Maroc, est en danger. 
En danger parce que ses adversaires sont arrivés sur des chevaux de Troie. Ils sont déjà en place et avancent masqués. Profitant de l'ouverture historique de l'esprit marocain, ils installent des dérives et encouragent des excès : débauches au propre et au figuré à tous niveaux, fissures éthiques et ethniques, désintégration du tissus social, revendications criminelles, menaces territoriales. 
 
Ne confondons pas ouverture et naïveté. Faire partie du "village planétaire" ? D'accord ! Jouer le jeu de la Mondialisation ? Bien sûr ! Brader notre "marocanité " ? Jamais !
Alors en quoi suis-je Marocain ?  
 
2ème partie à suivre.
 
Abdellatif Chamsdine
Ancien professeur Paris II Assas-Sorbonne
Ancien professeur référent ESSEC
Professeur en exercice au grand Lycée Jules Verne



               Partager Partager