Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


MAP - publié le Mardi 21 Octobre à 11:02

En déclin, les banques suisses gèrent encore 26pc de la fortune mondiale



Genève - Les banques suisses continuent à perdre du terrain sur fond d'affaires de fraude fiscale à répétition, mais gèrent encore 26 pc de la fortune mondiale, soit 2.300 milliards de dollars, selon un rapport du groupe zurichois Credit Suisse.



Ce déclin est d'autant plus inquiétant que les établissements bancaires de la confédération géraient il y a moins de dix ans près du tiers de la richesse mondiale sous forme de dépôts.

"Même avec 26 pc seulement, le pays helvétique reste le pays numéro un en matière de gestion de fortune", selon le rapport "Global wealth" de Credit Suisse.

En 2013, quelque 37.391 personnes exerçaient dans le secteur à Genève, premier centre financier de la Suisse, pour le compte de 121 banques, 870 gestionnaires de fortune, 3.283 intermédiaires financiers et 513 études d'avocats et de notaires.

En outre, entre 2012 et 2013, 18 banques ont fermé leurs portes à Genève pour cause de consolidation ou de restructuration.

Selon un classement des principales places financières internationales, Genève ne fait plus partie du top 10 mondial et occupe désormais le 13ème rang mondial.

Cette régression s'explique essentiellement par "la détérioration des conditions cadre", estime Nicolas Pictet, président de la Fondation Genève Place financière qui s'inquiète de l'excès de réglementation.

De l'avis de ce banquier, cette situation pousse les établissements bancaires à embaucher de plus en plus de juristes pour être sûres qu'elles agissent en conformité avec la réglementation.

Une enquête menée auprès des banques gestionnaires de fortune révèle en revanche que la place genevoise continue à attirer les fonds.

Au total 46,9 pc des banques de plus de 200 employés assurent que les apports nets de fonds ont augmenté entre 0 et 5 pc au premier semestre 2014.

Les fonds gérés à Genève viennent surtout du Moyen-Orient, des pays de l'Est et de l'Amérique Latine, qui sont les marchés clés des banquiers genevois, selon l'enquête.

En gros, 80 pc des nouveaux fonds viennent de l'étranger, pour les grandes banques, à un moment où les fortunes d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord se détournent de la métropole helvétique.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara