Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Fahd Iraki - publié le Lundi 7 Janvier à 11:38

En attendant la démocratie




C’est un tollé qui a été provoqué par le tabassage du député Abdessamad Idrissi par les forces de l’ordre. Le parlementaire a commis “l’impair” de vouloir s’opposer à la dispersion par la force d’une manifestation de diplômés chômeurs. Un grand classique dans la gamme des exactions aux droits de l’homme qu’on a l’impression de vivre au moins une fois par semaine dans notre pays.



En attendant la démocratie
Ce genre de mêlée est devenu “banal” tellement on ne compte plus les victimes parmi de respectables militants de la société civile qui, comme Idrissi, ont voulu ramener à la raison des CMI lâchés comme des fauves dressés à casser du militant pacifique. Mais ce qui est génial, c’est que nos parlementaires se disent scandalisés, offusqués et décidés à déterminer les responsabilités et exiger des sanctions. Il fallait les voir tenir ces discours (pas si éloquents) sur leur attachement au respect de la loi. Le hic, c’est qu’ils n’ont plus aucune crédibilité. Le dénouement de cette affaire est même connu d’avance : au meilleur des cas, on leur offrira un ou deux officiers de la brigade anti-émeute comme boucs émissaires et on leur présentera des excuses noyées dans un speech chantant les louanges de l’Etat de droit. Dans d’autres pays, une telle bavure policière aurait poussé le ministère de l’Intérieur à déposer sa démission après avoir obtenu la tête du patron de la police. Mais c’est bien là toute la différence entre un pays démocratique et un royaume qui cherche toujours la voie menant à la démocratie.

Résolutions 2013

Une année démarre bien quand on prend ces bonnes résolutions que l’on ne respecte jamais. Pour 2013, on ne va pas déroger à la règle :

• Ne plus critiquer le Chef du gouvernement, coller un poster de Benkirane sur le mur du bureau et lui consacrer deux rak3at quotidiennes pour prier le Tout-puissant afin qu’il l’aide dans l’accomplissement de sa tâche. Il suffit juste qu’il nous la précise.

• Suivre tous les matchs de la Botola, apprendre par cœur les noms des remplaçants et du staff médical de toutes les équipes de l’élite… C’est la meilleure cure de désintox pour décrocher du football et renoncer à la folle idée de partir en Afrique du Sud, supporter les Lions de l’Atlas à la CAN.

• Regarder assidûment les JT d’Al Aoula. C’est tout de même la seule télé au monde où on peut voir un reportage sur une prétendue météorite tombée dans un champ de Khemisset et conservée dans le frigidaire d’un fellah. Pire encore, il ne s’agirait que d’un tas de merde congelé largué par un avion de ligne…

Gag parlementaire

Encore un de ces gags parlementaires qui ne se produisent que chez nous. Lors de la discussion de la Loi de Finances 2013 -en séance plénière à la deuxième chambre-, le groupe de conseillers USFP devait faire une intervention. Sauf qu’il n’y avait pas un seul d’entre eux dans la salle quand le président perché de cette chambre mal élue les a appelés. Les 20 conseillers socialistes ont tous fait l’école buissonnière ce jour-là, ne laissant même pas un stagiaire pour blablater devant la caméra d’Al Aoula. Encore mieux, ni les conseillers ni leur parti n’ont jugé utile de fournir une explication à cette désertion. En même temps, ils ont bien raison. Il n’y a pas lieu d’expliquer un fait anodin de la vie parlementaire quand des incidents encore plus graves sont classés sans suite. Rappelez-vous cette feuille volante glissée dans le document du Budget 2013 lors de son transfert de la première à la deuxième chambre. Ben l’enquête n’a jusque-là déterminé aucun responsable. Et gageons qu’elle n’aboutira à rien. Les parlementaires laisseront sans doute faire le temps pour enterrer cette affaire.


Tagué : Fahd Iraki

               Partager Partager