Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Kamal Znidar - publié le Vendredi 26 Juillet à 12:06

En Egypte, la montée des islamistes terrorise l'Arabie Saoudite




L'Arabie Saoudite est le deuxième investisseur étranger en Egypte avec 2500 sociétés, dont la valeur totale des investissements est estimée à plus de 5 milliards de dollars. 70% de ces investissements sont dans l’immobilier -notamment l'hôtellerie- et le management des infrastructures touristiques.



En Egypte, la montée des islamistes terrorise l'Arabie Saoudite
L'armée égyptienne, un autre grand investisseur dans le tourisme égyptien. L'investissement dans la construction et l'exploitation d'ensembles résidentiels de luxe, de zones de divertissement et d'hôtels que l'armée vendait ou louait aux grandes sociétés touristiques a toujours apporté des sommes considérables aux cadres de l'institution militaire.

Pour le malheur de ces investisseurs, la montée des islamistes, l'instabilité politique et les violences à répétition en Egypte ont fait fuir les touristes. A titre d'exemple, les pyramides qui accueillaient 4000 touristes par jour avant la chute de Hosni Moubarak n'accueillent plus que quelques 800 touristes.

Cette diminution dans le nombre de touristes visitant l'Egypte a fait perdre aux investisseurs dans le secteur touristique plus de 11 milliards de dollars (300 millions de dollars par semaine depuis novembre 2012)… sans parler du bon nombre d'hôtels et d'agences de voyages touristiques qui se sont trouvés contraints de fermer leurs portes.

Face à ces pertes de dollars, les mesures prises par le gouvernement islamiste pour relancer le tourisme égyptien ont prouvé leur échec. Pire que ça, Mohamed Morsi a pris des décisions qui ne vont qu'empirer la situation : la nomination d'Adel al-Khayyat comme gouverneur de Louxor, à titre d'exemple.

Des nominations de la sorte nuisent au tourisme égyptien. Elles mettent en danger les intérêts des investisseurs saoudiens et des militaires égyptiens. Ça provoque leur colère… tourner le dos aux libéraux et s'ouvrir sur le puissant mouvement salafiste, inquiète les touristes et poussera les voyagistes à fuir la destination d'Egypte d'une manière définitive.

Pour éviter ce drame et mettre fin à la perte des dollars, écarter du pouvoir Mohamed Morsi et le mouvement des Frères Musulmans s'avère nécessaire. Après des mois de négociations entre l'Arabie Saoudite et l'armée égyptienne, les deux se sont mis d'accords sur l'exclusion du président islamiste et son mouvement du champ politique.

Le matin du 30 juin, à l'aube des manifestations contre le président déchu Mohamed Morsi, le scénario de sortie de crise en Egypte a été dévoilé dans un éditorial d'Okaz, un des grands quotidiens saoudiens. Quelques jours plus tard, l'armée va destituer le président islamiste.

L'Arabie Saoudite sera le premier pays à saluer la chute du gouvernement islamiste. En plus de l'applaudissement du coup d'état, le royaume d'Al Saoud annoncera l'octroi d'une aide de 5 milliards de dollars au gouvernement d'Adly Mansour pour soutenir l'économie de l'Egypte et déclarera une guerre aux imams qui soutiennent le mouvement des Frères Musulmans et dénoncent l'action de l'armée égyptienne.

Coup dur pour les fans de l'Arabie Saoudite ! Le pays qui s'autoproclame de l'islam authentique ne veut plus d'islamistes qui mettent en péril ses intérêts capitalistes.



               Partager Partager