Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Mohamed Benchrif - MAP - publié le Vendredi 20 Juin à 18:25

Election présidentielle en Mauritanie: le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz candidat à sa propre succession




Nouakchott - Le rideau est tombé, la nuit de jeudi à vendredi, sur la campagne pour l'élection présidentielle, prévue samedi en Mauritanie, où plus de 1.328.000 électeurs sont appelés à se rendre aux bureaux de vote qui sont au nombre de 2.975 repartis sur l'ensemble du territoire mauritanien pour élire un président pour les cinq prochaines années.



Mohamed Ould Abdel Aziz
Mohamed Ould Abdel Aziz
Outre le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz, candidat pour un second et dernier mandat de cinq ans, quatre autres candidats sont en lice pour la présidentielle, la sixième du genre dans le pays depuis l'adoption du multipartisme au début des années 1990 du siècle dernier, qui est boycottée par le Forum national pour la démocratie et le progrès, un collectif composé de 17 partis politiques, de centrales syndicales, d'organisations de la société civile et de personnalités indépendantes.

Les candidats pour briguer la magistrature suprême lors de cette élection, supervisée par des instances et des organisations internationales, continentales, régionales et arabes, dont une mission marocaine du centre Ash-Chourouq pour la démocratie, l'information et les droits de l'Homme conduite par son président Mohamed Aujjar, sont, outre le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz (Union pour la République), Boydiel Ould Houmeid (président du parti pour l'Entente démocratique et sociale), Meriem Bent Moulay Idriss (Directrice-adjointe au cabinet de l'ex-président Maaouiya Ould Sidi Ahmed Tayaa et présidente du conseil d'administration de l'Agence mauritanienne d'information (indépendante), Biram Ould dah Ould aabid, président de l'ONG Initiative pour la résurgence du Mouvement abolitionniste (IRA) et Ibrahima Moctar Sarr, président de l'Alliance pour la justice et la démocratie.

Selon des observateurs, le président sortant fait figure de grand favori à sa réélection, eu égard au boycott de l'opposition, mais le grand défi pour Abdel Aziz, lui qui avait remporté les élections de 2009 avec un score de plus de 52 pc des voix, demeure le taux de participation des électeurs.

Le président sortant, tout en se disant confiant quant à sa réélection demain samedi pour la simple raison que "le peuple mauritanien aspire au changement et veut poursuivre sa marche", a affirmé qu'il va accorder un intérêt particulier aux veuves des militaires et aux fils de ceux qui ont sacrifié leur vie pour la stabilité et la sécurité du pays, outre la poursuite des politiques de lutte contre la pauvreté et de la généralisation de la formation dans tout le pays.

Il s'est engagé également à œuvrer pour le renforcement de l'unité nationale, la préservation des intérêts suprêmes du pays, la poursuite de la réalisation des grands chantiers lancés lors de son premier mandat et la hausse des salaires.

Répondant à une question de l'Agence Maghreb Arabe Presse lors d'une conférence de presse, tenue mercredi dernier, le président mauritanien a dit participer à l'élection du 21 juin avec beaucoup de confiance, de satisfaction et d'optimisme, "non pas en raison de l'absence de candidats de taille, a-t-il expliqué, mais grâce aux réalisations accomplies lors de son premier mandat et à son programme électoral lors du scrutin de 2009".

Selon un sondage d'opinion mené, du 8 au 16 juin courant, par le Centre mauritanien de recherches stratégiques, le président sortant va remporter l'élection présidentielle de samedi par 64,4 pc des voix, suivis du président du parti de l'Entente Boydiel Ould Houmeid, son principal concurrent, avec 6,6 pc des voix, et Biram Ould dah Ould aabid avec seulement 5,1 pc.

La Mauritanie, rappelle-t-on, organise le 21 juin sa sixièmes élection présidentielle depuis le lancement du processus du multipartisme et ce, après celles organisées en 1992 (4 candidats étaient en lice), 1997 (5 candidats), 2003 (6 candidats), 2007 (19 candidats) et 2009 (10 candidats).



               Partager Partager