Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - Lemag - publié le Vendredi 17 Janvier à 14:07

Election présidentielle en Algérie : mode d'emploi




Alger - La convocation du corps électoral par un décret du chef de l'Etat, rendu public vendredi, constitue l'enclenchement du processus du scrutin présidentiel en Algérie, qui aura lieu le 17 avril prochain.



Le code électoral stipule, dans son article 133, que "sans préjudice des dispositions de l'article 88 de la Constitution, le corps électoral est convoqué par décret présidentiel, quatre-vingt-dix jours avant la date du scrutin", étant donné que le mandat présidentiel actuel prend fin le 16 avril 2014.

Le code précise également que les élections présidentielles doivent avoir lieu "dans les trente (30) jours qui précédent l'expiration du mandat du président de la République".

Une fois le corps électoral convoqué, les candidats à l'élection présidentielle auront un délai de 45 jours pour déposer leurs déclarations de candidature auprès du Conseil constitutionnel qui statuera sur leur validité ou pas, dans les dix (10) jours. Cela est également valable pour le président Bouteflika dans le cas où il décide de se présenter pour un 4ème mandat.

"Le candidat doit présenter : soit une liste comportant au moins six cent (600) signatures individuelles de membres élus d'assemblées populaires communales, de wilayas ou parlementaires et réparties au moins à travers vingt-cinq (25) wilayas", stipule la loi électorale.

Dans l'incapacité de réunir les signatures d'élus locaux ou nationaux, les candidats ont la possibilité de collecter 60.000 signatures individuelles d'électeurs, qui doivent être recueillies à travers au moins vingt-cinq wilayas.

Les résultats définitifs de l'élection présidentielle seront proclamés au plus tard dans les 10 jours qui suivent la date de réception des procès-verbaux des commissions électorales par le Conseil constitutionnel qui, le cas échéant, peut désigner les deux candidats appelés à participer au deuxième tour. Un second tour à tenir au quinzième jour après la proclamation des résultats du premier tour et dans les trente jours qui suivent ce dernier.



               Partager Partager