Suivez-nous
App Store | © icondock.com
Twitter | © icondock.com
Facebook | © icondock.com
Newsletter | © icondock.com
YouTube | © icondock.com
Mobile | © icondock.com
Podcast | © icondock.com
Rss | © icondock.com

El Ouafa : Irrévocable est l'interdiction aux 'profs' du public d'enseigner dans le privé


Larbi Amine - Emarrakech - publié le Vendredi 14 Septembre 2012 à 14:13


Rabat : Le ministre de l’éducation nationale, Mohammed El Ouafa était l'invité d'une émission spéciale diffusée jeudi soir sur la Chaîne Al Oula.



Mohamed El Ouafa
Mohamed El Ouafa
«Je n'ai pas renoncé à ma décision de suspendre temporairement la circulaire ministérielle N 109 du 3 septembre 2008, autorisant les cadres du corps enseignant à donner des heures supplémentaires dans les établissements d'enseignement scolaire privé» a déclaré Mohamed El Ouafa, ministre istiqlalien de l’éducation nationale.

«Nous avons constaté, suite à une enquête menée par le ministère de l’Éducation nationale quelques pratiques au niveau des établissements de l'enseignement privé portant atteinte à l'école publique marocaine» a-t-il justifié.

«L'enseignement privé, fait partie intégrante du système d'éducation marocain, mais cela ne signifie point qu’il doit porter atteinte à l'école publique qui accueille cette année plus de 6.672.000 élèves, contre 726.483 élèves qui optent pour les établissements d'enseignement privé» a-t-il expliqué.

Ailleurs, El Ouafa a assuré que les changements du temps scolaire en milieu urbain est dixit «dans l'intérêt de l'enseignant, de l'élève et des familles».

En milieu rural, «nous avons donné libre court aux enseignants, inspecteurs et délégués régionaux, pour évaluer les circonstances géographiques, climatiques, de distance et de disponibilté de salle de cours, pour définir en toute flexibilité le temps scolaire», annonça El Ouafa.

Pour la langue amazighe, le ministre a déclaré que, conformément au disposition de la constitution, et en partenariat avec l'Institut Royal de la culture amazighe, plus de 5.000 enseignants et 300 inspecteurs ont été formés, «ceci contribuera à doubler le nombre d’élèves apprenant la langue amazighe, de 500.000 à un million, à partir de l'année en cours» dit il, affirmant que le manuel d'enseignement de l'amazighe est disponible dans les librairies.



           

Actus | Société | Economie et Entreprise | Sport | Focus | Cultures | Libraire | Médias et Tech | Analyses | Chroniques | Interviews | Lemag | Le Courrier




Abonnez-vous à la Newsletter


Nous Suivre

#Lemag..ma