Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


MAP - publié le Samedi 20 Février à 11:46

El Housseini : Le Maroc ne veut pas que le Sommet arabe soit "une simple réunion de circonstance"



Rabat - La décision du Royaume de céder son droit d'organiser le Sommet arabe se doit au fait que le Maroc ne veut pas que le Sommet arabe soit "une simple réunion de circonstance", a indiqué M. Tajeddine El Housseini, professeur des relations internationales à l'Université Mohammed V-Agdal.



Le Maroc aspire à ce que ce Sommet soit un éveil arabe pour engager une réflexion globale et prendre des décisions à même de changer une réalité marquée du sceau des divergences et de divisions que vit le monde arabe, a déclaré le professeur universitaire à la MAP.

Cette décision intervient dans un contexte "très critique" pour les pays arabes, a-t-il dit, notant que la décision du Maroc de céder son droit d'organiser ce Sommet s'explique principalement par l'absence de décisions importantes et d'initiatives concrètes, à même d'être soumises aux Chefs d'Etat arabes.

Et de rappeler que parmi les projets sur lesquels le précédent sommet arabe, tenu en 2015 au Caire, devait se prononcer, figure la question de la force arabe commune et la lutte contre Daech dans les pays du Moyen-Orient et le Golfe, faisant remarquer que ledit sommet "n'a pas débouché sur des résultats positifs" à cet égard.

Selon lui, la situation arabe connait une détérioration au niveau des mécanismes de prise de décision, notamment en cette conjoncture aggravée par l'expansion de Daech en Libye.

Cet état de chose a fait que le sommet arabe soit perçu comme une rencontre de circonstance pour prononcer des discours et échanger les accusations, mais aussi pour exprimer des souhaits en un avenir meilleur, a-t-il déploré faisant état de l'absence d'un projet bien ficelé débouchant sur des décisions efficientes en mesure de changer les mécanismes de prise de décision au sein du groupement arabe.

Sur le plan économique, M. El Housseini estime que les pays arabes sont incapables jusqu'à présent de mettre en place une zone de libre-échange, notant que le groupement n'est pas parvenu à des résultats positifs à cet égard. Les pays arabes ne sont pas prêts, tant sur le plan politique que stratégique et économique, à tenir cette réunion, a-t-il dit, soulignant que le Maroc a toujours organisé des sommets réussis portant sur des questions décisives telles la reconnaissance de l'OLP en tant qu'unique représentant du peuple palestinien lors du sommet de Rabat de 1974, ou encore la réconciliation entre plusieurs dirigeants arabes réalisée à l'occasion d'autres sommets tenus sur le sol marocain.

Sur Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Salaheddine Mezouar, a informé, ce vendredi, le secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, M. Nabil Al Arabi, de la décision du Royaume du Maroc de céder son droit d'organiser une session ordinaire du Sommet arabe.

Cette décision a été prise conformément aux dispositions de la Charte de la Ligue des Etats arabe et sur la base des consultations entreprises avec plusieurs Etats arabes frères et ce, suite à une réflexion consciente, responsable et engagée en faveur de l'efficacité de l'action arabe commune et la nécessité de préserver sa crédibilité, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

Au regard des défis auxquels fait face le monde arabe aujourd'hui, le Sommet arabe ne peut être une fin en soi ou devenir une simple réunion de circonstance. Les conditions objectives pour garantir le succès d'un sommet arabe, à même de prendre des décisions à la hauteur de la situation et des aspirations des peuples arabes, ne sont pas réunies, souligne le communiqué.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus