Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - publié le Lundi 21 Mars à 10:52

Ecrivain libanais: Si Ban Ki-moon est en quête de dossiers pour préoccuper son successeur, mieux vaut chercher un pays autre que le Maroc




Le Caire - Si le secrétaire général de l'Organisation des Nation unies, Ban Ki-moon, est en quête de dossiers qui vont préoccuper son successeur, mieux vaut pour lui de chercher un pays autre que le Maroc où l'affaire du Sahara est une question nationale pour tous les citoyens marocains, a souligné l'écrivain libanais Khairallah Khairallah.



Dans un article analytique sous le titre "Ban Ki-moon, un adieu qui n'est pas digne aux Nations unies" publié par le journal "Misr Al Yaoum" dans sa livraison de dimanche, M. Khairallah exprime son étonnement du manque de neutralité du SG de l'ONU dans l'affaire du Sahara marocain et de son soutien aux positions de l'Algérie alors qu'il devait normalement traiter ce dossier avec réalisme et suivant une logique au service des populations des provinces du sud qui historiquement sont une partie intégrante du Royaume du Maroc.

Le conflit du Sahara marocain est un différend artificiel créé de toutes pièces par le pays voisin en vue de nuire au Maroc, écrit l'auteur de l'article, mettant l'accent sur la politique de fuite en avant que pratiquent les autorités algériennes dans la perspective de dissimuler leur échec sur tous les plans. 

La position de l'Algérie dans le dossier du Sahara marocain ne surprend personne surtout dans le sillage de la crise profonde qui affecte le pays voisin en dépit des richesses énormes dont il dispose mais utilisées à des fins qui ne servent pas les intérêts du peuple algérien, poursuit-il. 

Concernant les arguments présentés par Ban Ki-moon qui a adopté une position hostile à l'égard du Maroc dans le but de compliquer l'affaire du Sahara surtout à l'approche de la fin de son mandat, l'auteur de l'article a expliqué que le Maroc n'occupe pas le Sahara, relevant que les récents propos du SG des Nations unies à ce sujet reflètent son désir de vengeance du Maroc qui a déployé ces dernières années des efforts considérables en vue d'assurer une vie digne aux populations des provinces du sud du Royaume dans le cadre d'une autonomie élargie.

Pour M. Khairallah, le secrétaire général des Nations unies n'est pas censé ignorer que toute solution de nature à mettre un terme à ce conflit passe en premier lieu par la reconnaissance que ce différend artificiel créé en toutes pièces par le pays voisin est un conflit entre le Maroc et l'Algérie, un pays victime de deux facteurs: le premier est lié au rôle régional et le second est consécutif à un complexe nourri à l'égard du Maroc.

               Partager Partager