Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM



MAP - Aziz Rami - publié le Lundi 3 Novembre à 10:01

Ebola: le message optimiste, mais prudent de l'Onu




New York (Nations unies) - Plusieurs mois après l'éclatement de l'épidémie de l'Ebola dans les pays de l'Afrique de l'ouest, l'Onu peine toujours tant bien que mal à la circonscrire. Des signes de réussite de ses efforts, et de tant d'autres opérateurs, commencent certes à se faire sentir, mais la menace n'en demeure pas moins palpable.



Une lueur d'espoir a été pressentie récemment grâce au ralentissement enregistré dans la propagation de l'épidémie de la fièvre hémorragique au Libéria, l'un des trois pays les plus fortement touchés par le virus.

L'Onu a aussi annoncé mercredi une diminution des enterrements et du taux d'occupation des lits d'hôpitaux dans ce pays. Elle a fait savoir que le nombre de nouveaux cas signalés a atteint un plateau dans ce pays, touché, avec la Sierra Leone et la Guinée, de plein fouet par le virus mortel.

Les efforts de l'Onu, qui coordonne la lutte internationale contre l'Ebola, ont bénéficié d'un coup de pouce considérable, en recevant de la Banque mondiale un montant de 100 millions de dollars qui permettra d'accélérer le recrutement, la formation et le déploiement de personnels de santé étrangers dans les pays touchés, à travers un centre de coordination mis en place au Ghana.

D'un autre côté, le fonds mis en place par les Nations unies pour financer la lutte anti-Ebola a réuni jusqu'à jeudi dernier 117 millions de dollars en déblocages et en promesses, dont 59,7 millions ont effectivement été réuni par l'Onu.

Sur le front scientifique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient d'annoncer les résultats des premiers essais cliniques des vaccins contre l'Ebola qui seront disponibles en décembre, tout en assurant que les essais d'efficacité commenceront dans les pays touchés à la même période.

Par ailleurs, un vaccin expérimental "assez prometteur" contre ce virus fatal a tué près de 5000 personnes sur un total de 13.700 cas, sera testé cette semaine sur environ 120 personnes à l'hôpital de Lausanne en Suisse, selon l'OMS.

Tout en se félicitant du cette "mobilisation internationale extraordinaire", le coordinateur de l'Onu dans la lutte contre l'Ebola, David Navarro, a tenu à transmettre un message d'optimiste prudent.

Même si le nombre des nouveaux cas est en déclin dans certaines régions, il serait imprudent de baisser les bras ou de réduire prématurément la vigilance contre ce virus, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse au siège newyorkais de l'Onu.

"Rester vigilant, continuer la pression, et poursuivre sur le même rythme", est le conseil sur lequel M. Navarro a insisté, ajoutant que le virus sera vaincu seulement "quand le dernier cas est identifié et traité avec succès". "Plusieurs milliers de personnels de la santé sont pour atteindre cet objectif", a-t-il dit.

Il est, en effet, allé jusqu'à avertir que les chiffres avancés par l'OMS ne sont pas toujours une représentation précise et en temps réel de la situation sur le terrain, ajoutant que même s'ils représentent l'état actuel de l'épidémie, il serait prématuré de dire que celle-ci est sous contrôle.

M. Navarro a rappelé que la mission onusienne d'urgence contre l'Ebola, mise en place le 1er octobre dernier, a fixé deux objectifs principaux à réaliser dans un délai de deux mois, à savoir de pouvoir admettre 70 pc des cas dans un centre de traitement, et de garantir que 70 pc des enterrements soient menés en sécurité et dans le respect de la dignité des victimes.

Assurant que les efforts vont bon train pour réunir les ressources humaines et financières pour atteindre ces objectifs, et se disant "très satisfait" du niveau de la réponse, M. Navarro a noté que le niveau de succès de la mission ne peut être évalué avant l'approche de la date butoir, soit le 1er décembre.

Par ailleurs, le responsable onusien à appeler à ne pas stigmatiser le personnel de la santé de retour des premières lignes de lutte contre l'Ebola, car "ces gens et d'autres seront décourager de se porter volontaires dans cette lutte".


Tagué : Ebola

               Partager Partager