Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



MAP - publié le Mardi 15 Septembre à 11:25

Drâa-Tafilalet : Le PJD face aux défis et enjeux du développement d'une nouvelle entité territoriale






Errachidia -En remportant la présidence du Conseil de la région Drâa-Tafilalet, le Parti de la Justice et du Développement (PJD) est appelé à relever les défis et les enjeux du développement global et intégré d'une nouvelle entité instituée par le dernier découpage territorial.
Drâa-Tafilalet : Le PJD face aux défis et enjeux du développement d'une nouvelle entité territoriale
Après la victoire du PJD, qui a remporté la présidence du conseil de cette région à la majorité absolue (24 voix contre 18 pour le parti de l'Istiqlal), les observateurs de la chose locale et régionale s'interrogent sur l'approche qui sera adoptée par le parti et ses alliés du Mouvement populaire (MP) et du Progrès et socialisme (PPS) pour booster le développement d'une région qui a ses propres spécificités aux plans naturel et humain, et sur ses priorités en matière de développement de cette nouvelle entité qui regroupe les provinces d'Errachidia, Ouarzazate, Zagora et Tinghir.

Cette victoire qui était attendue, grâce à la cohésion de la coalition gouvernementale au niveau de la région, va renforcer la position du parti localement et consacrer sa présence au niveau régional.

De même, le choix porté sur un président pour la région issu du parti qui a remporté le plus grand nombre de siège (12 sièges) répond aux aspirations des électeurs quant à la poursuite du processus de réforme et de développement, conformément aux engagements du parti dans son programme électoral régional qui se veut un tableau de bord pour l'action du conseil de la région.

Le nouveau président du conseil de la région, Habib Choubani, a déclaré, après l'annonce de sa victoire, que parmi les priorités du Conseil figurent la valorisation des ressources humaines dont regorge cette nouvelle région et la gestion dans un cadre de concertation des affaires et des préoccupations de la population de la région, tout en prônant une politique d'ouverture pour mieux servir la région aux plans économique, social et culturel.

Mais les observateurs estiment que le nouveau conseil de la région Drâa-Tafilalet sera confronté à de grands défis qu'il faut relever pour gagner le pari du développement, sachant que la région jouit d'importantes richesses humaines, naturelles, culturelles et touristiques.

Ces richesses et ces moyens prometteurs doivent être valorisés pour réaliser un véritable décollage économique répondant aux aspirations des habitants de cette région qui connaît aussi des problèmes et des handicaps, notamment dans les domaines des infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires, d'autant qu'elle regroupe des communes pauvres aux indicateurs socio-économiques très faibles.

Les observateurs et les acteurs locaux soulignent dans ce sens l'impératif d'élaborer des stratégies et de formuler des propositions avec la contribution de la société civile et des acteurs politiques pour une meilleure gestion du Fonds de solidarité interrégionale, et la nécessité d'opter pour un modèle économique adapté aux spécificités et aux ressources de la région.

Ils préconisent également la réalisation de grands projets dans la région pour remédier au problème de l'exclusion dont elle souffre, la création de structures de production, le renforcement des infrastructures, la diversification de l'offre touristique, l'organisation d'expositions, de manifestations et des espaces pour accueillir les nouveaux investisseurs, outre l'encouragement de la recherche scientifique dans la région à travers la création d'une université avec des établissements et des formations en phase avec le modèle économique de la région, et l'amélioration de la situation de l'enseignement et de la formation, et des services sanitaires.

Il s'agit également de créer dans cette région, composée de 135 communes, d'unités industrielles pour exploiter les ressources minières, de tirer profit des résultats des études et recherches réalisées au niveau régional par les centres spécialisés dans l'élaboration du plan régional, d'œuvrer pour la qualification d'élites politiques pouvant formuler des projets de développement réalistes et réalisables selon une approche participative entre les acteurs sociaux, politiques et économiques.

               Partager Partager