Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Mardi 8 Novembre à 10:27

Dixville Notch lance les élections américaines et choisit Clinton





Au milieu des notables, d'une délégation de scouts et d'un contingent de journalistes bien plus nombreux qu'eux, les sept habitants de Dixville Notch ont voté au milieu de la nuit, comme c'est la tradition dans ce hameau du nord des États-Unis, habitué depuis 56 ans à lancer le bal de l'élection présidentielle américaine.

 
"Il est minuit", lance le greffier, penché sur son téléphone portable : quelques secondes plus tard, les sept bulletins ont été déposés dans l'urne en bois qui trône au milieu de la "ballot room" (salle de vote) de l'Hôtel Balsams.

Depuis 1960, ce vaste bâtiment semblant tout droit sortir d'un film de Wes Anderson accueille les scrutins nocturnes de la petite communauté qui s’enorgueillit du titre de "First in the Nation" (Premier du pays).

Réputée être un bastion républicain, cette région montagneuse du nord du New Hampshire, aux confins du Québec, présente à chaque virage des pancartes électorales de Donald Trump, mais aucune de la démocrate Hillary Clinton.

"Trump, il parle de jobs, il va donner des jobs. Les autres, ils font rien", résume dans un français chantant André Grondin. Propriétaire d'une entreprise de travaux publics, ce quadragénaire a fièrement hissé un grand panneau bleu arborant les couleurs du magnat de l'immobilier au-dessus des ses dizaines de tractopelles.

Quelque soit le résultat mardi soir, "Trump a été bénéfique pour le pays", juge Peter Johnson, homme d'affaires habitué à voter à minuit à Dixville Notch depuis 1982. Pour lui, l'émergence politique du milliardaire s'inscrit dans "un mouvement populiste (qui) se répand sur toute la planète".

C'est pourtant bien l'ex-Secrétaire d'État de Barack Obama que Dixville Notch a choisi dans la nuit de lundi à mardi. L'ancienne First Lady a reçu quatre voix, contre deux pour M. Trump et une pour le candidat libertarien Gary Johnson

"J'ai voté pour Hillary Clinton. C'est une forte personnalité, elle a de l'expérience, elle va conduire notre pays dans la bonne direction", soutient à l'AFP Nancy DePalma.

Employée à l'hôtel Balsams, elle avait appuyé durant les primaires le sénateur du Vermont Bernie Sanders. Mais ce soir, il n'y a aucun doute: "Hillary Clinton sera le meilleur commandant en chef".

"Tout le monde devrait aller voter demain (mardi) et faire entendre sa voix", exhorte-elle à l'adresse des quelques 225 millions d'Américains inscrits sur les listes électorales.

Bien que le New Hampshire soit l'un des plus petits États du pays, Mme Clinton et M. Trump s'y sont pressés jusqu'aux dernières heures de la campagne électorale. La démocrate y a tenu un meeting dimanche et le républicain y était lundi. Les deux prétendants à la Maison Blanche sont ici au coude-à-coude et les quatre grands électeurs de cet État pourraient être déterminants mardi soir, si le scrutin devait être très serré.

Pour Ross Vandeursen, l'un des électeurs de Dixville Notch, cette course à la présidence a été éprouvante. "C'était très tendu, voire dramatique. Je ne suis pas vraiment fier de la campagne qui a été menée", déclare cet ouvrier du BTP.

Pour Leslie Otten, le propriétaire de l'Hôtel Balsams, "plus de 50%, peut-être 70% des électeurs, ne sont pas satisfaits par ce qui leur est proposé".

"Cette élection va continuer pendant les quatre prochaines années car les choix qui se présentent à nous sont décevants", annonce l'entrepreneur.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara