Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



MAP - Fouad ARIF - publié le Lundi 11 Août à 16:50

Diplomatie algérienne: Une faillite doctrinale au banc du concert des nations




Washington - Au moment où le plan d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, fait l'objet d'adhésion et d'un soutien aussi bien politique que conceptuel sur la scène internationale, de Washington à Paris en passant par les prescripteurs d'opinion les plus influents aux Etats-Unis qui ne manquent pas de souligner le caractère "sérieux, crédible et réaliste" de cette proposition marocaine, la diplomatie algérienne, cantonnée dans ses derniers retranchements, n'a plus que l'invective et l'insulte, portées par un révisionnisme historique sans nom, pour essayer de cacher le constat de sa faillite doctrinale.



Souffrant de "monothématite" avancée voire en stade terminal, cette diplomatie ne respire qu'à travers le conduit étroit de son hostilité viscérale vis-à-vis du Royaume, en s'entêtant de manière compulsive dans sa politique du pire qui risque pourtant de faire plonger la région dans des abîmes insondables, tant elle trahit les aspirations des peuples maghrébins à la stabilité, au progrès et à la prospérité partagés, et renseigne sur l'étendue de la déliquescence morale et éthique du régime algérien qui se projette encore selon les paramètres doctrinaux de la guerre froide.
 
Ce sont ces mêmes paramètres qui expliquent les réflexes hégémonistes pernicieux d'Alger dans une région pourtant sous les menaces croisées des groupes terroristes et des bandes criminelles transnationales qui prospèrent notamment sur le laxisme et la porosité des frontières, comme en témoignent la prise d'otages sanglante au complexe gazier d'Ain Amenas, le kidnapping en plein coeur des camps de Tindouf de travailleurs humanitaires espagnols et italiens et le trafic de drogue de tous genre. La vision de la diplomatie algérienne sur le partenariat régional, la stabilité et les prérequis sécuritaires s'inscrit à rebrousse-poil des attentes de la communauté internationale. 
 
Indifférent aux appels du pied de l'ONU et des experts internationaux pour lesquels la perpétuation du conflit du Sahara fait le lit des groupes terroristes radicaux qui sévissent dans la région sahélo-saharienne et dans les camps de Tindouf, le pouvoir algérien s'entête dans cette politique qui le mène pourtant droit au mûr et qu'il entretient néanmoins avec diligence, sur fond de "banqueroute du processus politique en Algérie ( ) le plus grand état policier du monde arabe", comme l'a souligné récemment Bruce Riedel, Directeur de l'Intelligence Project au sein de la Brookings Institution, un think tank US basé à Washington.
 
Les attaques répétées par le régime algérien contre le Maroc, relayées évidemment par son agence de presse et une presse aux ordres, cherchent à détourner l'attention et le regard de la communauté internationale sur le mal existentiel du pouvoir algérien et de son anachronisme par rapport aux enseignements et au sens de l'histoire.
 
Cette défaillance doctrinale du régime algérien s'est exprimée au grand jour lorsque le peuple libyen cherchait à s'affranchir du régime Kadhafi, en affirmant haut et fort son désaccord avec l'intervention des forces de l'Otan dans ce pays, où le polisario avait dépêché ses milices pour mater la révolution.
 
Elle s'est manifestée aussi à travers le silence assourdissant entretenu par Alger vis-à-vis des ravages humanitaires causés par Al-Qaida dans le Maghreb Islamique (AQMI) et autres groupes terroristes -aidés au passage par une "force d'appoint" formés par les éléments du polisario- dans le nord du Mali, bien que le régime algérien aime à se faire le "chantre" et le "défenseur" des "pays du champs", que le DRS (Département du Renseignement et de la Sécurité) considère comme "sa chasse gardée".
 
Cet anti-marocanisme systématique du régime algérien participe de la même doctrine d'un système qui impose une chape de plomb sur le peuple algérien, étant intimement convaincu que l'ouverture lui serait fatale, et de l'anachronisme de sa politique régionale qui en fait un adepte de l'anti-jeu, coupable d'entraver les aspirations des peuples de la région à une intégration régionale auxquels ils appellent de tous leurs voeux. Le coût astronomique du non-Maghreb ne semble pas gêner le pouvoir d'Alger outre mesure.
 
Face au vide sidéral de la doctrine passéiste du pouvoir algérien, le Maroc, sous le leadership pondéré, serein et clairvoyant de Sa Majesté le Roi, chemine sur la voie de la consolidation de son processus démocratique, fidèle à sa civilisation millénaire et à une vision du monde, qui fait du Royaume un partenaire écouté et respecté dans le concert des nations.
 
Cette stature internationale du Royaume s'est traduite, entre autres, par la conclusion du Dialogue stratégique Maroc-Etats Unis, en septembre 2012, la désignation du Royaume en tant qu'allié stratégique hors OTAN des Etats-Unis, le lancement de l'accord de libre-échange avec les Etats Unis en 2006, le seul du genre dans le continent africain, le statut avancé avec l'Union européenne, ainsi que par la position unique du Royaume en tant que havre régional de stabilité, de modération et de prospérité.
 
Au lieu d'aller dans le sens de la logique historique et de la réalité, l'Algérie impose le conflit du Sahara, dit "occidental", au Maroc et héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du polisario.
 
Le polisario soutenu par le pouvoir algérien revendique la création d'un état factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.



               Partager Partager