Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI



Larbi Amine - Lemag - publié le Mardi 26 Mars à 10:20

Diplomate : ‘Le Maroc serait favorable à une solution basée sur le fédéralisme au Sahara’




Rabat : Christopher Ross aurait soumis au Maroc, un modèle d’autonomie inversée et ultra-élargie au Sahara, inspirée du régime confédérale suisse.



Diplomate : ‘Le Maroc serait favorable à une solution basée sur le fédéralisme au Sahara’
La récente visite de Christopher Ross en Suisse, dans le cadre de sa tournée internationale qui précédait sa venue au Maroc, a surpris les observateurs.

En effet, la confédération helvétique dont la neutralité diplomatique et la non-implication politique dans les conflits internationaux, font le trait de sa politique étrangère, était une étape inattendue et incomprise dans le périple du diplomate américain, qui a voyagé dans plusieurs capitales au monde, pour mobiliser pour une solution viable, durable, crédible et mutuellement acceptable, comme le préconise l’ONU.

L’explication de ce déplacement en Suisse, ne tarda pas, Ross serait allé à Berne, demander expertises, sur le modèle confédérale suisse, qu’il souhaiterait proposer comme solution au Sahara.

Le régime confédéral en Suisse consiste en une union de cantons qui sont souverains selon leur constitution respective, mais ne sont plus indépendants.

Selon le journal Akhbar Al Yaoum, une source diplomatique de haut niveau, aurait déclaré que «si Christopher Ross proposait le fédéralisme en tant que solution, le Maroc l’accueillerait favorablement».

Ross opterait pour un projet d’autonomie, mais inversé, puisque dans un Etat jacobin , comme le Maroc, une partie des prérogatives de l'Etat est déléguée aux provinces autonomes.

Or ce que chercherait Ross à imposer, c’est que ce soit un Sahara souverain qui transmettrait une partie de ses prérogatives au gouvernement fédéral du Maroc.

Une telle transformation si acceptée, nécessiterait vraisemblablement au Maroc, une nouvelle reforme constitutionnelle.

               Partager Partager


Commentaires