Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



CGNews -Emarrakech - publié le Samedi 28 Mars à 09:16

Dialogue entre juifs et musulmans, le vrai défi du 21e siècle




Le Rabbin Marc Schneier - Après le tollé déclenché, à juste titre, par la décision du Pape Benoît XVI de lever l’excommunication de l’évêque négationniste, les choses se sont tassées et le Vatican et la communauté juive seraient, semble-t-il, à nouveau dans les petits papiers l’un de l’autre. En effet, tout va bien entre les juifs et l’Eglise chrétienne, justement parce que les relations étaient déjà bonnes auparavant, grâce au dialogue que nous avons établi avec le Vatican depuis plus de 50 ans.



Dialogue entre juifs et musulmans, le vrai défi du 21e siècle
Désormais, nous devons élargir nos horizons jusque-là confinés aux relations judéo-chrétiennes et nous attaquer au vrai défi du 21e siècle qu’est le dialogue entre juifs et musulmans.

Passer à la vitesse supérieure ne sera pas facile. Or il est indispensable de revoir et de re-évaluer le dialogue interreligieux. Les juifs américains ne se rendent peut-être pas compte de la gravité de la situation ; il leur suffirait pourtant d’observer ce qui se passe en Europe pour comprendre qu’il est question d’un phénomène nouveau d’antisémitisme chez les musulmans.

Avec la guerre de Gaza, le nombre d’agressions de juifs par des musulmans a nettement augmenté, mais cette violence, déjà présente avant le conflit, en France, en Suède, au Royaume-Uni, au Danemark et dans d’autres pays européens, aurait dû servir de sonnette d’alarme il y a un certain temps déjà.

Les juifs britanniques sont dans un état d’anxiété ; à Londres, certains d’entre eux ont été victimes d’agressions physiques, des synagogues ont été incendiées aux abords de la capitale et des graffitis antisémites apparaissent sur les murs de toutes les villes du pays. En Belgique, des membres de la communauté juive ont reçu des menaces de mort.

Aujourd’hui, plus que jamais, un dialogue entre juifs et musulmans s’impose.

Mais pourquoi donc les juifs sont-ils si mal à l’aise face à cette nouvelle réalité qui implique l’élaboration d’un partenariat et la construction de passerelles entre les deux communautés ? Pourquoi hésitons-nous, pourquoi sommes- nous inquiets, anxieux et incertains quant à l’étape suivante ? Il est vrai que s’ouvrir et se sentir plus à l’aise par rapport à certaines choses n’est jamais facile – mais quelle meilleure motivation que celle d’aider nos frères et nos sœurs à travers le monde ?

Une poignée d’extrémistes essaie de s’approprier l’islam. Jusqu’à présent, ils ont heureusement échoué, car la majorité des dirigeants et des érudits musulmans sont effectivement des personnes éclairées, qui ne nous veulent aucun mal. D’ailleurs, de nombreuses personnalités musulmanes, en Amérique et dans le monde, ont tendu une main amicale vers nous - un geste d’ouverture que nous ne pouvons pas nous permettre de repousser.

Les dirigeants musulmans ont le devoir de participer à la lutte contre la propagation toxique de l’antisémitisme parmi les masses musulmanes. Ils doivent être plus nombreux à suivre l’exemple de Muzammil Siddiqi, courageux président du Fiqh Council of North America - la plus haute instance de jurisprudence islamique en Amérique du Nord - qui a clairement condamné l’antisémitisme, le déclarant contraire aux préceptes de l’islam.

Dans ce même esprit, je crois que les personnalités juives doivent être plus nombreuses à s’élever contre l’islamophobie et dire sans ambages que c’est une erreur que de diaboliser une religion toute entière à cause des exactions de quelques-uns.

La secrétaire d’Etat américaine, Hilary Clinton, a récemment dit que l’Amérique a une « responsabilité de communiquer et de travailler avec monde musulman et de collaborer en vue d’une évolution positive et de mettre à contribution l’aide des musulmans à travers le monde contre les extrémistes. » En tant que communauté religieuse, nous avons la même responsabilité : nous devons pousser nos rabbins à travailler avec des imams, encourager nos étudiants à parler avec leurs camarades musulmans et enfin, faire en sorte que ce dialogue s’établisse pour de bon.

Il y a déjà eu un certain nombre de pas dans la bonne direction. Le site Internet de l’Union of Reform Judaism, appelé « Children of Abraham », a pour objectif de favoriser le dialogue entre musulmans et juifs. Des rabbins et des imams en appellent à la communication et à la compréhension dans leurs prêches. En novembre dernier, la Foundation for Ethnic Understanding a « jumelé » une cinquantaine de mosquées et de synagogues aux Etats-Unis et au Canada et a maintenant l’intention d’élargir ces efforts à l’Europe dès cet automne.

La bataille sera ardue, la lutte difficile, le malaise inévitable. Mais c’est là une occasion pour les dirigeants musulmans de se faire l’écho de la Déclaration Nostra Eetate, prise de position historique du Vatican, affirmant le besoin d’un respect mutuel et déplorant « les haines, les persécutions et toutes les manifestations d'antisémitisme, qui, quels que soient leur époque et leurs auteurs, ont été dirigées contre les Juifs ». Quant à nous, nous devrions saisir cette opportunité et accepter la main tendue des musulmans pour collaborer avec eux à la création de liens d’amitié et de confiance entre nos communautés.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles