Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Jawad Kerdoudi via Marance.info - publié le Mercredi 30 Octobre à 13:39

Dialogue 5+5 : Forum économique de la Méditerranée occidentale






Jawad Kerdoudi *
Jawad Kerdoudi *
Rappelons tout d’abord que le Dialogue 5+5 est un Forum informel institué à Rome en 1990, qui se veut une plateforme de coopération régionale en Méditerranée occidentale avec deux volets prioritaires : la sécurité et la coopération économique. Ce Forum regroupe 5 pays du Nord de la Méditerranée : Espagne, France, Italie, Malte, Portugal et 5 pays du Sud : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie. Le premier Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement a eu lieu à Tunis en 2003, et le second Sommet à Malte en 2012. Outre les Sommets, sont organisées des rencontres au niveau ministériel concernant les affaires étrangères, l’intérieur, les transports, la défense, la migration, l’éducation, l’environnement, les énergies renouvelables.

Le Sommet de Malte de 2012 avant décidé de confier au Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée le soin d’organiser un Forum économique de la Méditerranée occidentale en 2013. Ce Forum a effectivement eu lieu à Barcelone le 23 Octobre 2013, et a regroupé les Ministres des Affaires Etrangères des dix pays du Dialogue 5+5, les Présidents des Associations patronales, et 200 entreprises des secteurs public et privé. Outres les contacts B & B entre les entreprises, le Forum avait à l’ordre du jour un riche programme. C’est ainsi qu’ont été exposés et discutés le rôle de la Méditerranée occidentale dans l’économie mondiale, la coopération entre l’Europe, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. Les autres thèmes abordés par le Forum ont été les services publics et le développement urbain soutenable, ainsi que les PME en tant que vecteurs du développement commercial et de la croissance économique. Enfin ont été examinés le financement de projets en faveur du développement et l’arbitrage méditerranéen. 
 
On ne peut que se réjouir de telles rencontres qui permettent le contact entre responsables politiques et économiques des deux rives de la Méditerranée. Il faut également souligner pour la première fois la place accordée à l’Afrique subsaharienne dans ce Forum. En effet, l’Europe, le Maghreb, et l’Afrique subsaharienne constituent un bloc indivisible et interdépendant. A titre d’exemple, la crise économique en Europe a eu des effets malencontreux au Maghreb et en Afrique subsaharienne. Dans le sens inverse, les conflits et la pauvreté au Maghreb et en Afrique subsaharienne ont eu une répercussion en Europe par le fort mouvement d’immigration Sud-Nord qui a eu connu des incidents dramatiques, comme le naufrage de bateaux d’immigrés près des îles Lampedusa et Malte. C’est pour cela qu’il faut absolument tenter de résoudre les problèmes de développement au niveau de l’Eurafrique.
 
Cependant, si de telles rencontres comme ce Forum économique de la Méditerranée sont utiles, il est difficile d’évaluer les résultats concrets. Il serait intéressant que le Secrétariat  de l’UPM fasse le travail d’évaluation après ce Forum. On peut regretter également que ce Forum n’a pas lancé de grands projets qui intéressent toute la Méditerranée. On se rappelle que lors de la création de l’UPM en 2008 des projets ambitieux avait été formulés : dépollution de la Méditerranée, autoroutes de la mer, protection civile, projets concernant l’eau et les énergies renouvelables, environnement. Or valeur aujourd’hui aucun de ces projets n’a été réalisé sur le plan régional. 
 
Face à la situation dramatique qui règne en Méditerranée occidentale après le Printemps arabe, surtout en Tunisie et en Libye, il faudrait un soutien plus massif et plus multiforme de l’Europe, et principalement des pays européens qui jouxtent la Méditerranée. Il y a lieu également de promouvoir l’Union économique maghrébine qui fait défaut, et qui fait perdre 2 points de PIB à chaque pays du Maghreb ainsi que des milliers d’emplois. Dans ce cadre, les Associations patronales maghrébines présentes au Forum ont décidé de créer début 2014 l’UMCI (Union Maghrébine de Commerce et d’Industrie). Espérons que cette nouvelle institution sera réellement opérationnelle.

Jawad Kerdoudi
Président de l’IMRI
(Institut Marocain des Relations Internationales)


Tagué : Jawad Kerdoudi

               Partager Partager