Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Lemag - Agence - publié le Vendredi 2 Mai à 09:26

Des scientifiques plaident pour la préservation du virus le plus dangereux: La Variole



Washington - La variole ou petite vérole, est une maladie infectieuse très dangereuse, d'origine virale, elle est très contagieuse et épidémique, due à un poxvirus.



Des chercheurs ont recommandé jeudi de ne pas détruire les derniers stocks de virus vivants de la variole, éradiquée depuis 1980, estimant que des questions clé restaient sans réponse sur cet agent pathogène et le risque de sa réintroduction intentionnelle dans la nature.

Ce groupe international de virologues explique dans une lettre publiée dans la revue scientifique américaine PLOS Pathogens que la recherche sur des virus vivants de la variole "est essentielle" car "les objectifs initiaux de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de développer de nouveaux vaccins plus sûrs ainsi que des antiviraux et de meilleurs outils de dépistage n'ont pas encore été atteints".

Cet argumentaire est publié à moins d'un mois de l'Assemblée mondiale de la Santé, l'organe dirigeant de l'OMS, dont la décision de détruire les derniers virus vivants de la variole est à l'ordre du jour.

Depuis que l'éradication de cette maladie infectieuse a été déclarée en 1980, des recherches limitées concentrées sur le développement de tests de diagnostic, d'antiviraux et de nouveaux vaccins se sont poursuivies sous un étroit contrôle, dans seulement deux laboratoires sous haute sécurité, un en Russie et un autre aux Etats-Unis, les deux seuls endroits où se trouvent des virus vivants de la variole.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara