Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Samedi 18 Octobre à 10:47

Des participants au 'YML', appellent au règlement de la question du Sahara




Tunis : L'ancien Premier ministre mauritanien, Zine Ould Zidane, a appelé, vendredi à Tunis, au règlement de la question du Sahara qui entrave l'intégration de l'Union du Maghreb Arabe, soulignant la nécessité de résoudre les différends entre l'Algérie et le Maroc.



Le conflit du Sahara constitue aujourd'hui un "obstacle" au développement, sachant que la population des deux pays représente 70 pc du total des habitants de l'espace maghrébin, a affirmé Ould Zidane qui s'exprimait devant les participants au Forum des jeunes leaders méditerranéens (Young Mediterranean Leaders- YML), qui se tient les 17 et 18 courant.

Il a, dans ce cadre, estimé qu'une attention particulière doit être accordée à ce différend et qu'il est devenu impérieux de s'y atteler "avec sérieux", appelant à la conjugaison des efforts de tous, y compris, les parties concernées et les Nations-Unies pour résoudre cette question et, partant, créer les conditions idoines à la réalisation de l'intégration maghrébine escomptée.

Ould Zidane a, en outre, souligné qu'il est difficile de concevoir le développement de la Mauritanie et son intégration dans son environnement alors que les deux pays voisins, le Maroc et l'Algérie, sont en situation de conflit permanente et leurs sont frontières fermées.

L'ancien Premier ministre mauritanien a également évoqué les menaces que font peser "les bandes" armées au Sahel sur la sécurité des pays du Maghreb, et en particulier la Mauritanie.

La question de l'immigration illégale a été aussi au centre de l'intervention de Ould Zidane, qui a évoqué les charges induites par les flux migratoires illégaux pour la Mauritanie, devenu un pays de transit des migrants désirant rallier l'Espagne.

La Mauritanie, a-t-il dit, conformément à la convention signée avec l'Espagne, est devenue un pays de transit pour l'immigration illégale puis de rapatriement des clandestins arrêtés en Espagne.

Pour sa part, Abderrahmane Haj Nasser, ancien gouverneur de la Banque centrale d'Algérie, a indiqué que son voeu est de voir le Maghreb retrouver sa situation d'antan, un espace sans frontières, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Un homme d'affaires algérien a, pour sa part, lancé un appel pour résoudre les problèmes politiques en suspens dans la région, et en premier lieu le conflit du Sahara, l'ouverture des frontières entre l'Algérie et le Maroc, eu égard aux opportunités d'échanges et de partenariat qui s'offrent aux deux pays.

               Partager Partager