Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Kiran Ansari - publié le Samedi 25 Mai à 22:38

Des musulmans qui se surpassent pour Boston






Des musulmans qui se surpassent pour Boston
Chicago - Parmi les trente mille personnes qui ont participé à la Marche contre la faim (Bread's Walk) le 5 mai dernier à Boston, certaines se montraient très motivées mais prudentes. En effet, à peine trois semaines après la tragédie du marathon de Boston, des membres de l'organisation Muslims Against Hunger recevaient des appels de proches les exhortant à ne pas prendre part à la marche par peur de représailles.

Project Bread dirige des programmes de repas communautaires et des actions en matière de nutrition à l'école pour venir en aide aux personnes qui ont faim dans l'Etat du Massachusset. Pour la quarante-cinquième édition de la Marche contre la faim, l'organisation a récolté près de trois millions de dollars. Un résultat parfaitement en ligne avec les objectifs de Muslims Against Hunger, une organisation populaire qui compte des bénévoles dans vingt villes et cherche à mobiliser la communauté pour lutter contre la faim, la pauvreté et le vagabondage. Quelque cent cinquante participants musulmans ont réuni cinq mille dollars pour Project Bread.

Shazia Tariq de Westborough (Massachusetts), jeune mère de trois enfants, a fait partie de ces musulmans qui ont marché contre la faim. Elle a découvert l'existence de Muslims Against Hunger grâce aux soupes populaires régulièrement organisées par l'organisation. Sportive passionnée, elle s'est inscrite à la Marche contre la faim en mars dernier et s'est entraînée en vue de l'exténuant parcours de 32 km. Toutefois, après les terribles attentats du 15 avril dernier, sa famille, comme celle de tant d'autres participants, craignait qu'elle soit facilement identifiable en tant que musulmane du fait de son foulard et lui déconseillait d'y participer.

''Cette cause me tient à coeur,'' déclare Shazia Tariq. ''Premièrement, en tant que musulmans, nous pensons que nourrir nos voisins et nourrir ceux qui ont faim est un élément déterminant de notre foi. Deuxièmement, en tant que mère, je ne cesse de dire à mes enfants à quel point ils ont de la chance d'avoir un réfrigérateur plein. Aussi était-ce l'occasion pour moi de passer de la parole aux actes.'' Elle a trouvé la détermination d'y participer et a reçu la bénédiction des siens malgré leurs inquiétudes initiales.

Après la tragédie de Boston, un représentant du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) est venu s'adresser à la communauté musulmane au Centre islamique de Worcester où Shazia Tariq offre régulièrement son aide. Après une présentation sur les droits civils et des conseils pour mieux prévenir et signaler les réactions violentes, elle a abordé le représentant du CAIR, Todd Gallinger, pour lui demander son avis. Il l'a confortée dans son choix et a jugé que c'était une belle occasion de chasser les clichés sur les musulmans américains.

''J'avais d'ores et déjà pris ma décision,'' précise Shazia Tariq. ''Néanmoins, lorsque M. Gallinger a indiqué que c'était le moment idéal pour s'engager dans des activités interreligieuses et mettre en valeur toutes les contributions positives des musulmans américains, il n'a fait que renforcer ma décision. Je n'aurais pas été en paix si je n'y étais pas allée, d'autant que je n'avais pas peur; ce sont mes proches qui se faisaient du souci pour moi.''

Tandis qu'elle parcourait les 32 km avec des amis de la mosquée, Shazia Tariq veillait à ne pas attirer l'attention en aucune façon. En voyant une petite fille de huit ans, épuisée, s'asseoir sur le bas-côté, elle eut envie de l'aider à franchir la ligne d'arrivée. Pourtant, son instinct lui dit que ce n'était ni le lieu ni l'heure de se montrer trop avenante en tant qu'étrangère avec une enfant. A la place, Shazia Tariq lui apporta des oranges et lui souffla quelques mots d'encouragement. Shazia fut heureuse de voir la fillette terminer la marche quelques mètres devant elle.

Au départ, Shazia Tariq voulait participer au marathon de Boston mais souffrant d'asthme durant la période d'entraînement elle en a été empêchée. Du coup, elle avait prévu d'aller assister au marathon mais malade, elle dut rester alitée lors de cette sombre journée. En tant que sportive et Bostonienne, elle pensait profiter du meilleur des deux mondes en participant pour la première fois à l'emblématique marathon de Boston.

La Marche contre la faim l'a incitée à s'entraîner pour le marathon de Boston de l'an prochain. Elle estime qu'il est important de se pousser à se surpasser pour atteindre ses objectifs personnels. Il en va de même lorsqu'il s'agit d'encourager ses enfants dans le sport ou les études. Elle pense qu'il est nécessaire d'entretenir cet enthousiasme dans le service communautaire aussi. Quand ses enfants étaient petits, elle avait l'impression qu'ils la tenaient à l'écart du bénévolat au sein de la communauté. Aujourd'hui, il lui semble qu'elle doit faire du bénévolat pour eux. L'impact sur leur existence pourra être bien plus grand s'ils la voient oeuvrer pour une cause que si elle se contente de leur faire la leçon à ce sujet.

''Si un couple de septuagénaires peut marcher main dans la main et si une petite fille de huit ans peut franchir la ligne d'arrivée, je le peux aussi,'' affirme Shazia Tariq. ''En tant que musulmans, nous devons être plus nombreux à sortir de notre bulle pour venir directement en aide aux nécessiteux. En ce qui me concerne, j'ai l'intention de continuer à me surpasser dans ce but.''

###



* Kiran Ansari collabore à des publications comme Chicago Tribune, Daily Herald, Halal Consumer et Azizah Magazine. Elle vit avec son mari et leurs deux enfants dans la banlieue de Chicago. Article écrit pour Service de Presse de Common Ground (CGNews).



               Partager Partager