Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


AFP - publié le Vendredi 18 Décembre à 10:51

Des forces spéciales américaines refoulées sans incidents d'une base libyenne



Washington - Des militaires des forces spéciales américaines ont été refoulés sans incidents lundi à leur arrivée sur une base aérienne libyenne, ont confirmé jeudi des responsables américains de la Défense, après la publication de photos sur des réseaux sociaux.



Une page Facebook au nom de l'armée de l'air libyenne notamment montre un petit groupe d'hommes armés, en tenue civile décontractée avec chemise à carreaux, bonnets et casquettes, posant un peu embarrassés avant de redécoller de la base de Watiyah (ouest) où ils avaient atterri.

La photo montre bien "des militaires américains", a reconnu jeudi un responsable de la défense.

Selon lui, ces militaires venaient en Libye "avec l'accord de responsables libyens" pour "développer les relations et améliorer les communications avec leurs homologues de l'armée nationale libyenne".

Mais une fois arrivés sur la base, "des membres d'une milice locale ont demandé que ces personnels repartent", a poursuivi ce responsable.

"Pour éviter un conflit" les militaires américains "sont repartis sans incidents", a ajouté ce responsable.

Celui-ci a indiqué que "ce n'était pas la première fois" que des militaires américains menaient ce genre de visite en Libye, sans vouloir donner plus de détails.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans la tourmente avec des combats entre milices armées et deux Parlements et gouvernements se disputant le pouvoir.

Des députés et des hommes politiques libyens ont signé jeudi au Maroc un accord parrainé par l'ONU prévoyant un gouvernement d'union nationale pour sortir le pays du chaos, malgré l'objection des deux Parlements rivaux qui l'ont rejeté d'avance.

Les Occidentaux s'inquiètent particulièrement de l'émergence du groupe Etat islamique dans le pays. L'EI a pris en juin le contrôle de Syrte (450 km à l'est de la capitale) et veut désormais s'étendre vers l'est, une région riche en gisements d'hydrocarbures et où sont situés les principaux terminaux pétroliers.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara