Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Jamal Mesbah - publié le Mercredi 7 Mai à 18:06

Des fonctionnaires semi-retraités






L’administration publique est obèse d’où la perte de poids s’impose ; les salles de fitness et de bien- être ne sont d’aucune utilité ; la génétique pèse lourdement sur sa constitution physique et entrave tout effort dans ce sens ; le mal est enraciné et immunisé contre tous les palliatifs qu’on essaye de lui administrer et qui ne font qu’aggraver sa situation.

le départ volontaire a été conçu par les experts des pourvoyeurs de fonds comme une sortie du labyrinthe ; le gouvernement de l’époque l’a appliqué dans l’espoir de diminuer les dépenses colossales qu’absorbe ce secteur du budget de l’Etat et qui doivent être destinées en priorité à l’investissement dans d’autres domaines socio-éducatifs ; la santé ; la résorption des bidonvilles et la mise à niveau des collectivités territoriales et leur équipement en infrastructures de base et l’adduction en eau potable et électricité etc.…

L’opération est entamée ; les fonctionnaires intéressés ont bénéficié de leurs indemnités progressives selon leur grade ; l’ancienneté et autres critères professionnels.

Le manque d’audace et l’incertitude ont empêché un grand nombre d’hésitants d’en participer ; ce qu’ils vont regretter par la suite.
Cette mesure devrait normalement aboutir au résultat escompté dont allègement des charges et la création d’une dynamique au marché d’emploi par les bénéficiaires de cette initiative en fondant leurs propres entreprises et projets générateurs de revenus ; mais rien n’est acquis ; l’administration a été presque vidée de ses cadres et hauts fonctionnaires tandis que la base de la pyramide constituée par les salariés étatiques dont la rémunération régresse n’a pas connu un grand changement ; le déficit en cadres supérieurs est devenu énorme des professeurs universitaires ; des médecins spécialistes exerçant dans des hôpitaux publics ; des ingénieurs ; des architectes ; des vétérinaires ; des administrateurs et des agents d’autorité etc. ce qui s’est répercuté sur la fonction normale des services d’utilité publique dont la continuité et la régularité sont les éléments de base ; plusieurs administrations ont été obligés de recourir aux prestations des bureaux d’études et des contractuels pour combler le vide et accélérer le rythme dans l’ accomplissement de leur tâche .
Tandis que la tâche des fonctionnaires qui n’ont pas rependu présent à l’appel du départ volontaire s’est vue doublée et la responsabilité alourdie ; nécessité de service l’exige à condition que l'égalité doit primer sans distinction ; hélas ce qui n’est pas le cas sur le terrain où se consolide le principe de deux poids deux mesures dû a plusieurs facteurs incompréhensibles et qui laissent à désirer ; le phénomène des spectres sévi malgré les mesures prises pour l’éradiquer ; il subsiste comme un virus résistant aux vaccins et antibiotiques administrés par le thérapeute .

Les ressources humaines –souvent – ne sont pas bien encadrées ce qui signifie un rendement moins performant ; ou ne sont pas bien exploitées ; donc tout un système est à revoir selon les méthodes modernes des sciences administratives qui visent une meilleure rationalisation des ressources humaines pour obtenir un rendement efficace grâce à des connaissances perfectionnées.

La marginalisation de quelques éléments compétents constatée au sein de l’administration est devenue une règle et non une exception pour divers motifs notamment des raisons de santé et mesures disciplinaires ; mais dans plusieurs cas les empreintes de la vengeance est visible et on ne peut pas cacher le soleil par un tamis car les agissements abusifs de certaines hiérarchies portent atteinte à des opprimés sans défense devant l’influence de leurs supérieurs qui ont la main haute et que personne n’ose contredire ; cette situation engendre des injustices ; que personne n’intervienne pour réparer par négligence ; méconnaissance ou complicité.

Ces irrégularités pèsent sur l’avenir et le moral des intéressés qui après avoir passé des décennies de labeur avec dévouement et comportement sans reproches ; deviennent à la veille de la fin de leur carrière des fonctionnaires semi-retraités ; il est temps qu’on se penche sur ces cas nombreux dans diverses administrations publiques pour réhabiliter ceux qui méritent et régler la situation des autres selon la loi en vigueur ; l’attentisme est fatal.

La retraite peut être suggérée comme remède si les caisses en question le permettent avant toute prorogation de la limite d’âge ; point inscrit à l’ordre du jour du gouvernement.


Tagué : Jamal Mesbah

               Partager Partager