Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Abdellah HANBALI - publié le Lundi 13 Décembre à 01:50

Des festivals? Oui, mais pour quel cinèma?




On n’entend plus parler ces derniers temps que de festivals de cinéma organisés un peu partout dans le pays : Marrakech bien sûr, mais aussi Tanger, Agadir, Khouribga…



Or, on a beau chercher une bonne raison qui puisse justifier cet engouement, on a du mal à en trouver. Bien au contraire : Le nombre des salles de cinéma au Maroc continue de diminuer d’année en année. La production des films nationaux continue d’être insignifiante, sans parler de la qualité…

Or toutes ces centaines de millions de centimes d’aide qu’on distribue assez généreusement aux « producteurs » nationaux et tout cet argent qu’on dépense lors de ces festivals, il doit bien appartenir à quelqu'un ? Et s’il n’est pas à ceux qui organisent ces festivals, ni à ceux qui distribuent des «subventions », ni aux sponsors, alors dans ce cas, ce n’est autre que l’argent du malheureux contribuable. Or, il se trouve justement que ce contribuable, personne ne lui a demandé directement ou indirectement à ce jour, s’il était d’accord ou pas que son argent soit « dépensé » de la sorte.

L’arroseur arrosé :

Ce qui arrive autour de nous, nous pousse à se demander s’il suffit qu’un responsable quelconque se réveille un « beau » matin dans son petit patelin qui manque de tout : Centre culturel, terrain de sport au lieu du « TERRA » habituel, salles des sports, jardin, électrification, égouts…et décide comme pour se faire plaisir, de créer un festival de cinéma dans une ville qui ne possède même pas une salle de projection ?

Certains ignorent que les Français, en créant le festival de Cannes, l’ont fait après plus d’un siècle de cinéma. Pour ceux qui ne le savent peut être pas, la France est le pays ou ont eu lieu les toutes premières projections, grâce aux frères Lumières avec comme projection inaugurale « l’arroseur arrosé ».

Mais chez nous, tout indique que nous avons commencé par les festivals avant d’avoir un cinéma !
Et même une notion comme « la culture », doit-on la comprendre et l’interpréter exactement comme nos voisins du Nord ?

Il se peut que nous ne soyons pas un peuple qui possède une culture cinématographique, ce qui expliquerait peut être le fait que les gens ne sont pas très nombreux à aller au cinéma, que les investisseurs se montrent réticents quand il s’agit d’y mettre leur argent dans un tel domaine et que nos « acteurs » sont très souvent réduits au chômage s’il ne sont pas prêts à se contenter de seconds rôles pour subsister et encore…

Ce qui est dit à propos du cinéma peut l’être aussi pour le théâtre. Les édifices laissés par les colons et qui se comptent sur les doigts d’une seule main, sont les seuls presque à survivre cahin-caha à ce jour. On n’en a construit depuis l’indépendance que dalle ! Et c’est peut être tant mieux comme ça !
Car à El Jadida, le théâtre est la majorité du temps fermé et quand il finit par ouvrir ses portes, O miracle !, c’est pour y jouer du Chaàbi.

Personne n’a quoi que ce soit contre cette couleur musicale, mais est ce sa véritable place ? Surtout que certains spectateurs en transe prennent les fauteuils pour des « Qaàda »…

Et si tous ces malheurs étaient la faute à cette « culture » que nous nous imposons comme épreuve sans le savoir ?

UN FESTIVAL DE LA HALQA

-Il se peut que nous empruntions un chemin contre notre véritable nature ?
-Il se peut que notre culture naturelle soit la Halqa ?
-Il se peut que Jamaà Lafna et sa Halqa soient un échantillon plus proche et plus représentatif de notre véritable entité et culture ?
-C’est peut être dans ce sens qu’il faudra qu’on cherche notre véritable Ego ?
-C’est peut être cela notre culture, notre authenticité, nos origines, notre particularité et ce qu’on devra plutôt chercher à préserver dans l’avenir ?

Avec de tels événements le citoyen lambda, se sentira au moins au cœur d’un festival qu’il finance et c’est beaucoup mieux pour lui que ces films indous qu’on lui projette sur des écrans géants, dans des conditions inconfortables, défiant le froid, la fatigue…pour suivre un « film ».

Et tout ce « cinéma », on nous la joue, pour pouvoir « hululer » à cor et à cri, que de tels festivals appartiennent au peuple. Mon œil ! (et je dis mon œil par respect pour ceux qui me lisent, car j’aurai préféré citer une autre partie de l’anatomie humaine plus en adéquation avec la comédie qu’ils nous jouent à tous.. . Mais tant pis…Mon œil. Ça va).

Il est fort à craindre comme l’appréhendent certains sceptiques, que ce genre de festivités, a priori destiné à promouvoir l’Art du cinéma dans notre pays, ne se transforme en un rendez-vous festif où certains n’y viennent que pour se taper sans vergogne du caviar et du champagne, sur le dos d’une population male soignée, peu scolarisée et éduquée, dont une partie est affamée et qui continuent à payer régulièrement la note des « invités V.I.P », tout en se « contentant » de regarder des films de série B à Jamaà Lafna dans des conditions abaissantes et avilissantes…Tout un symbole du respect qu’ont les organisateurs envers les véritables bailleurs de fond de ces rendez-vous.
Vous dites des festivals pour rehausser le niveau de notre cinéma ? Mon œil...


Tagué : festivals

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles