Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Larbi Amine - Emarrakech - publié le Lundi 22 Octobre à 11:19

Des combattants du Polisario ont rejoint ce week-end les rangs du MUJAO




Gao – Nord Mali : En prévision d’une intervention militaire internationale pour reconquérir le nord Mali, des centaines de combattants du Polisario et africains ont rejoins en renfort le MUJAO.



PH Archive
PH Archive
«Ils veulent la guerre? On va faire la guerre. C'est pourquoi nos frères viennent de partout. Ils viennent des camps de Tindouf en Algérie, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, de partout».

C’est ce qu’a déclaré Habib Ould Issouf, l'un des dirigeants du Mujao à Gao, originaire du Niger, interrogé par l’agence française l’AFP.

En effet, des centaines de combattants dont une majorité en provenance des camps du Polisario, se sont déferlés sur les villes nord maliennes, de Tombouctou et de Gao pour s’enrôler dans les rangs du MUJAO, se préparant à la guerre que promet de lui livrer, l’armée malienne et ses alliés africains.

Un témoin sur place a déclaré : «Depuis vendredi 19 octobre, il y a de nouveaux islamistes qui viennent et se rendent à la police islamique du MUJAO pour devenir combattants … J’ai vu dix véhicules pick-up remplis d'hommes armés, venir se mettre entre les mains de la police islamique».

De son coté, un membre d’une ONG à Tombouctou a confirmé l’arrivée dans la ville de combattants sahraouis de Tindouf et aussi de Soudanais venus rejoindre la guérilla islamiste.

Le même constat fut fait par une source sécuritaire malienne déclarant à l’AFP que «Dans la région de Tombouctou (nord-ouest) et de Gao (nord-est), des centaines de jihadistes, essentiellement de nationalité soudanaise et du Polisario, sont venus en renfort pour faire face à une attaque des forces maliennes et ses alliés».

A noter que la France a décidé de reprendre sa coopération militaire avec le Mali, interrompue depuis le coup d'Etat de mars dernier, conduit par le Capitaine Amadou Haya Sanogo, a annoncé Jean Félix-Paganon, l’envoyé spécial de la France au Sahel.

L’opération des alliés africains se précise de plus en plus, après la réunion de Bamako qui donna, sur feu vert du conseil de sécurité de l’ONU, le point de départ, aux préparatifs des forces africaines qui seront de quelque 3.000 hommes venant de pays de la Cédéao appuyés logistiquement par la France et les Etats-Unis.

               Partager Partager


Commentaires