Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 13 Janvier à 18:07

Des chercheurs de l'Université Cadi Ayyad synthétisent avec le soutien de l'IRESEN une nouvelle batterie marocaine Lithium-ion à moindre coût





Des chercheurs de l'Université Cadi Ayyad de Marrakech ont synthétisé avec le soutien de l'Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) une nouvelle batterie marocaine Lithium-ion à moindre coût 

Dans le cadre de l'appel à projets InnoTherm I, l'IRESEN a financé le projet "InnoBatteries" porté par l'Université Cadi Ayyad et le Groupe Managem qui a résulté en la conception d'une batterie Lithium-ion avec un matériau énergétique à base de métaux produits au Maroc, ce qui en fait la première batterie Lithium-ion 100 pc marocaine, indique un communiqué de l'Institut.

Financé à hauteur de 2,5 millions de dirhams, le projet InnoBATTERIES a abouti, après 3 années de recherches depuis 2012, en la réalisation d'un prototype de batterie Lithium-ion 100 pc marocaine avec un fort potentiel de valorisation et qui pourrait déboucher sur la mise en place d'une filière industrielle innovante, précise le communiqué.

La collaboration fructueuse entre l'Université Cadi Ayyad de Marrakech et le Groupe Managem a permis le succès de ce projet à travers la conception d'un matériau à vocation énergétique à partir de trois métaux produits localement (le Cobalt Co, le Nickel Ni et le Manganèse Mn) et la mise en place d'un procédé de synthèse simple, peu coûteux, non énergivore et facilement extrapolable à l'échelle industrielle, relève la même source. 

De plus, ce matériau est à présent produit à l'échelle semi-pilote au sein du Laboratoire de Chimie des Matériaux et de l'Environnement de Cadi Ayyad, qui a été érigé grâce au soutien de l'IRESEN.

La capacité de décharge de ce matériau marocain, est de l'ordre de 150 mAh/g, ce qui est équivaut à 550 Wh/kg avec un potentiel moyen de décharge de l'ordre de 3,7 V. 

Une véritable innovation, d'autant plus que le matériau énergétique a été synthétisé à partir de métaux qui, jusqu'à cette date, étaient disposés par la société de forage locale en tant que déchets, et qui pourraient être revalorisés et réutilisés pour produire des batteries performantes.

En définitive, ce projet ouvre la voie pour l'amélioration de la compétitivité des technologies marocaines à travers notamment, dans la prochaine phase, le passage à l'échelle industrielle qui permettrait la création d'une nouvelle filière à forte valeur ajoutée et qui accompagnera la stratégie énergétique nationale dans le domaine des énergies renouvelables. 

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara