Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Vendredi 28 Octobre à 16:34

Décès du chanteur et compositeur libanais Melhem Barakat





Le célèbre chanteur et compositeur libanais Melhem Barakat est décédé vendredi à l'âge de 71 ans des suites d'une longue maladie, rapportent les Médias libanais.

Hospitalisé depuis plusieurs semaines, Melhem Barakat a rendu l'âme dans un hôpital de Beyrouth, ont précisé les mêmes sources.

Né en 1945 à Kfarchima, dans le caza de Baabda, Melhem Barakat s'était illustré dans la musique dès son plus jeune âge. Inscrit à un concours de musique pour nouveaux talents, il avait poursuivi sa formation chez les frères Rahbani avant de devenir membre de leur troupe de chant. C'est alors que sa carrière artistique a été lancée. Icône du ''tarab'', le bel canto arabe, doté de l’une des voix les plus puissantes et les plus expressives du Liban, Melhem Barakat a été également le compositeur de plusieurs grands noms de la chanson libanaise, notamment Sabah, Wadih el-Safi, Samira Toufik et Majida el-Roumi.

L'une de ses premières compositions était "Belghi Kil Mwaaidi". Récemment, Melhem Barakat avait signé la musique de "I'tazalt al-Gharam", chantée par Majida Roumi et "Ya Habibi Tsabbah Fiyi" de Carole Sakr.

Parmi les plus grands tubes composés et chantés par Melhem Barakat et qui resteront gravés dans le répertoire de la musique arabe: "Aala babi wa'ef amarein", "Hamama Béda", "Habibi enta", "Ya hobbi ili ghab", "Hanna el-Sekran"... 

Le ministre de la Culture libanais, Raymond Araiji, a déploré vendredi le décès de Melhem Barakat, affirmant qu'avec "sa mort, le Liban perd une grande figure artistique lumineuse dans le monde de la chanson, de la musique et de l'art". 

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara