Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Dimanche 7 Septembre à 02:00

Décapitation de Steven Sotloff : Le CS appelle à un front commun contre l'EI



Le Conseil de sécurité de l'Onu a condamné l'assassinat «odieux et lâche» du journaliste américain Steven Sotloff par des jihadistes, et déclaré que l'EI devait être vaincu.



Ph : la-croix.com
Ph : la-croix.com
Le Conseil de sécurité (CS) a condamné samedi dans les termes les plus forts l'assassinat en Irak du journaliste américain, Steve Sotloff par l'Etat islamique (EI), en appelant les gouvernements et les institutions à faire front commun contre ce groupe extrémiste et contre le Front Al Nousra.
 
La poursuite de ces «actes de barbarie» par l'EI n'intimideront aucunement les membres du Conseil, mais renforceront leur détermination à monter un front commun unissant les gouvernements et les institutions, qui en souffrent dans cette région (Moyen-Orient)», contre l'EI, le Front Al Nousra et les groupes affiliés à Al-Qaïda, et ce conformément à la résolution 2170 adoptée le 15 août dernier, a indiqué le CS dans un communiqué.
 
Steve Sotloff, un pigiste américain de 31 ans qui travaillait pour le compte de plusieurs publications américaines, notamment Time Magazine et World Affairs, avait été enlevé à Alep en Syrie durant l'été 2013.
 
Une vidéo publiée mardi dernier par l'EI a montré un homme armé et cagoulé proférant des menaces à l'encontre des Etats-Unis avant de procéder à la décapitation de Sotloff.
 
Dans ce contexte, le Conseil de sécurité a souligné la nécessité de traduire en justice les responsables de ces «actes répréhensibles de terrorisme», appelant les pays à coopérer activement avec les Etats-Unis et les autorités compétentes pour réaliser cet objectif et venir à bout de l'EI et de son idéologie d'intolérance, de violence et de haine.
 
Les membres du Conseil ont, en outre, appelé les parties engagées dans des conflits armés à honorer leurs obligations vis-à-vis du droit international humanitaire, notamment la protection des civils.
 
Les journalistes et autres professionnels des médias travaillant dans des zones de conflits armés sont considérés des civils aux yeux du droit international humanitaire, et doivent en tant que tels être respectés et protégés.
 
Par ailleurs, le Conseil de sécurité a réclamé la libération «immédiate, en sécurité et sans conditions» de tous les otages détenus par l'EI, le Front Al Nousra, et l'ensemble des groupes et entités affiliés à Al-Qaïda.

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara