Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Ben Kirat PhD - publié le Lundi 14 Juillet à 05:17

De la laïcité Française au Califat de Baghdadi à l’Imamat d’Ahmed Toufik et au Retour de la Palestine d’avant 1948






De la laïcité Française au Califat de Baghdadi à l’Imamat d’Ahmed Toufik et au Retour de la Palestine d’avant 1948

Palestine 1948 TV INDH Aide Sociale


Comme on ne peut pas faire de la culture de la Révolution française une synthèse de perfection, ce qu’elle ne l’a jamais été, et on ne peut faire de sa Constitution un modèle universel lorsqu’elle manquait de loin les prévisions prévues dans celle des Etats Unis qui a mérité une étude approfondie de Tocqueville. Mais de toute évidence, cette révolution a été la force majeure de la violence républicaine contre l’Eglise, les nationaux avant de se tourner vers un colonialisme génocidaire et un racisme inhumain, répressif et violent. Elle est devenue l’outil principal de divergence, de la répression et de l’abus des droits de l’homme qui n’a jamais été respecté ni dans l’Hexagone ni dans les colonies. On ne peut pas ignorer ou oublier le drame et la souffrance du peuple Vietnamien, ou les massacres des populations en Afrique Noire et du Nord ou encore la violence de la police dans la capitale française en particulier les actes meurtriers perpétrés contre les innocents Maghrébins. Il est déplorable de parler d’une amitié franco-marocaine, franco-maghrébine ou franco-arabe, car jamais la France n’a changé son attitude d’occupant et se comporte toujours en colonisateur et comme l’Allemagne, l’Angleterre et les Etats Unis tous œuvrant contre les intérêts des arabes, des amazighes et des musulmans. Il faut également préciser que les algériens ont eux-mêmes commis des massacres dans leur conflit interne entre le MNA et le FLN tuant plus de 4,000 algériens à Paris. On ne peut, non plus, minimiser du rôle répressif du régime FLN et sa dictature depuis l’indépendance en massacrant des familles Harkis, muselant et persécutant les Kabyles au sein de l’Algérie et renvoyant des dizaines de milliers de marocains vers leur pays d’origine en confisquant tous leurs biens et capitaux et détruisant ainsi la vie de plusieurs générations et familles y inclus une de mes proches de trois générations installées en Algérie pour près d’un siècle. Au retour ils se sont installés à Borj Oulout dans une maison de mon grand-père à deux cents mètres de la ferme de Belhaj où Boumediene est toute sa génération se rendaient fréquemment visiter le camp d’entrainement du FLN et qui a aussi reçu et formé Mandela. Ils étaient tous reçus par les habitants avec bras ouverts et grand enthousiasme, leur offrant fruits et légumes que Borj Oulout, Tazaghine, Takarbouste et Beni Amer cultivaient et sont réputés pour leur qualité et diversité, en particulier les nèfles.

Il faut pour autant condamner avec force les actes de répression des français perpétrés au Maroc et en Tunisie au temps du Protectorat aussi bien que d’autres barbaries commises partout dans les colonies françaises. Alors est-il loin encore de considérer ce modèle émanant de la révolution française comme un acte civilisationnelle mais barbare et impérialiste par excellence. Mais comme tout impérialisme, il va s’éclipser avec la montée de celui des Américains et de l’Union Soviétique depuis la chute de l’empire britannique après leur défaite dans l’aventure manquée de Suez en 1956. Ce nouveau impérialisme américain va à son tour pourrir avec les aventures des Bush père et fils jusqu’à Obama, pour être battu encore par al Qaeda et l’EIIL qui vont infester l’Iraq comme la Syrie et ouvrir ainsi un couloir direct dans un environnement de ‘no-man’s land’ vers la Palestine et le reste du monde arabe à commencer par la Jordanie et l’Arabie Saoudite. On récolte ce qu’on sème. Alors les Américains, après avoir installé des pions, ils commencent à plier bagages et s’embarquer vers l’Asie et l’Afrique pour mieux dominer et faire face à la force économique de la Chine et de l’Inde.

Mais avant de quitter, suivant certaines sources, ils ont recruté des ‘Islamistes’ avec l’accord de certains responsables du Qatar, de l’Arabie Saoudite et la bénédiction des Israéliens, pour réduire l’importance militaire et intellectuelle de la Syrie et de l’Iraq aussi bien que de contrer l’influence montante de l’Iran et du Chiisme en général, car il n’est plus question de promouvoir la démocratie, ce qui est contre natures des intérêts de l’Occident. Ces deux derniers pays sont dominés par le chiisme et sont confrontés par les Sunnis wahhabites de l’Arabie Saoudite qui œuvre à diminuer de l’importance de l’Iran et d’assurer enfin la division de l’Iraq qui se confirme en juin 2014. Ni EIIL ni Nousra et autres mouvements Islamistes créés, comme Qaeda, par la CIA, suivant ces mêmes sources, ne s’intéressent à l’Islam, que ce soit Sunnite ou Chiite, ou au Christianisme et encore moins au Judaïsme, car ils sont tous coupables et doivent être tués, comme Arnaud l’avait fait ‘en laissant à Dieu, selon l’histoire, de distinguer entre la foi de l’un et de l’autre, «Caedite Eos. Novit enim Dominus qui sunt eis.» Ni la Nousra, ni l’EIIL ne s’est engagé contre les Occidentaux ou leurs intérêts, ni contre Israël et qu’ils ont déclaré que leur priorité est d’établir un Etat Islamique, donc la base du pouvoir, un aspect qui renforce le point de vue que les américains collaborent, sinon dirigent les actions des terroristes qui ne sont d’autres qu’une extension de la CIA; ils ne tuent que les musulmans et chrétiens de la région. Au fait, l’EIIL les considère tous comme des apostats et il est légitime de les tuer les premiers et les crapauds ensuite. Ils jugent que les apostats ‘el mortaddine’ méritent la mort avant les mécréants ‘el Kufar’: les chrétiens et Juifs. Ceci ne fait que renforcer la lâcheté de l’EIIL en terrorisant les femmes, les enfants, les seniors et la population civile en général au lieu de faire face à l’armée israélienne qui utilise la même haine contre les Palestiniens en général et les Gazaouis en particulier. Mais reste à résoudre le problème de l’armement qui vient des Etats Unis à travers la Turquie, Israël et de certains pays arabes qui, pour couvrir cette réalité, les américains accusent l’Armée iraquienne, qu’ils ont eux-mêmes formée, d’avoir perdu ces armes pour tomber dans les mains des Jihadistes de l’EIIL. Il est encore plus étonnant qu’on ne parle pas des tribus sunnites révoltés contre Maliki et encore moins des Baathistes, qui sont un mouvement panarabe et non un mouvement de Saddam, comme certains veulent le faire croire. Il faut aussi souligner que ni les Américains, ni les Anglais, ni les Allemands et ni les Français sont des amis des arabes, tout simplement parce que les arabes, du Maroc aux Pays du Golfe, n’ont pas de principes et manquent de dignité à faire face à l’Occident Nord, ainsi pensent-ils. Mais peut-être c’est la peur et la panique d’un Califat à Paris, Londres, Berlin ou Washington qui les oblige à agir ainsi. Par contre, comme Hizb Allah en 2006, voilà le Hamas qui change déjà cette image de la capacité technologique et militaire de l’Arabe musulman, amazigh ou chrétien et sa capacité de résister et de combattre, comme le Maghreb l’avait fait contre l’occupant français. Comme la défaite de l’armée française au Maghreb et en Indochine, les Américains au Vietnam, en Iraq, en Afghanistan, au Liban, en Somalie et ailleurs, l’armée Israélienne, malgré sa supériorité en technologie, son handicap demeure avec la conviction du juif qui se montre hésitant à mourir pour une cause dont il est bien conscient qu’il ne peut gagner et par l’histoire, il subira le même sort que tout occupant et colonisateur, car il y a distinction entre guerre traditionnelle et mouvement de libération. Il est temps de revenir à la Palestine d’avant 1948 et offrir une autonomie interne aux juifs au Néguev ou autre région que les Palestiniens jugeraient utile à la coexistence des deux communautés, comme d’ailleurs le retour de Tindouf et sauver l’honneur du Maroc, car l’apaisement n’a pas marché avec Hitler et les Juifs qu’il a enfanté et n’a pas marché avec l’Algérie de Boumediene enfanté par les français ou Bouteflika enfanté par les Marocains dans les bidonvilles d’Oujda, et seule la force qui compte pour ces régimes déchus.

La nouvelle idéologie américaine date du «A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm», étude préparée par le groupe de Richard Perle pour Benjamin Netanyahu en 1996, sinon la résurrection ‘des Accords secrets Sykes-Picot’ signés le 16 mai 1916, qui remonte au «Mal Impérialiste» du XIXe siècle. Elle était précédée par le Congrès de Berlin de 1881, la Conférence de Berlin de 1884 et la Conférence d’Algesiras de 1906: l’objectif est de façonner la carte du Monde dans les Balkans, l’Afrique du Nord et le Moyen Orient. Cette idéologie se confirme de nos jours dans le ‘Plan Attouka Annathifa’ ou le nettoyage de la région, de Netanyahu et de Dick Cheney de 1998, dont l’objectif est de détruire quatre états arabes: l’Iraq, le Soudan, la Syrie et l’Arabie Saoudite, aussi bien que la capacité de l’Iran. Netanyahu et Obama avec la CIA travaillent ensemble avec Morsi et ce dernier avec el Qaeda de Azzawahiri, Israël et le Hamas Palestinien. Israël, de sa part, abrite le leader des Frères Musulmans de Syrie, soigne les combattants islamistes dans ses hôpitaux et soutient ouvertement la création d’un Etat Kurde en échange du pétrole. L’indépendance Kurde est rejetée mais tolérée à la fois par la Turquie, car ça servirait de précédent pour les Kurdes Turcs et soulève, en même temps, la question des Kurdes d’Iran et de Syrie. Ce n’est pas une surprise, non plus, qu’Abou Bakr Baghdadi, comme Ben Laden, soit recruté par la CIA pour la destruction des pays arabes, après avoir passé un certain temps dans une prison de l’armée américaine à Baghdad qu’en ne précise pas la date et en même temps on fait croire au monde qu’il n’y a pas de photo de Baghdadi, donc les prisonniers ne sont pas photographiés pour leur fichier. Pour couvrir son identité, les américains annoncent qu’ils l’ont tué en octobre 2005 lorsqu’il était connu par son alias Abu Doua. Sa résurrection va faire surface lorsque les Américains ont éliminé ses deux collaborateurs en mai 2010 et Baghdadi devient le Chef incontesté de l’Etat Islamique de l’Iraq (EII/ISI) lié à el Qaeda. Les circonstances sécuritaires dictent encore fois que Baghdadi soit ‘chassé’ par l’armée américaine et les Tribus Sunnis de l’Iraq et disparaître temporairement de la scène. Ce n’est qu’en 2013 que les Américains s’intéressent de nouveau à Baghdadi et avec l’aide de la CIA il fait apparition en Syrie en 2013, à la tête des jihadistes EIL, mais la Nousra rejette et s’oppose militairement, sinon hésitante d’accepter une alliance avec ce qu’adviendra l’EIIL.

Le succès de l’EIIL de Baghdadi qui se confirme en moins de deux ans, se traduit par le démantèlement de ‘l’Accord Sykes-Picot’ et mène à la proclamation du 29 juin 2014 de la création d’un ‘Etat Islamique’ (EI/IS) uni, il trace une nouvelle carte d’un Califat Musulman dans la région avec des objectifs futurs à travers le Monde y inclus l’islamisation du ‘Pays de l’Oncle Sam’. En même temps, au Maroc on fait revivre le ‘Plan Lyautey’ et le ‘Messager’ du Makhzen Ahmed Toufik légitime les Dahirs de l’Imamat au Maroc, mais l’Imamat est une formation relieuse du Chiisme et non du Sunnisme. Le Maréchal Lyautey avait plus d’audace de proposer le Sultan du Maroc comme le Calife du Maghreb Amazigh que la proposition du Ministre des Habous marocain. Pour contrer la mouvance du ‘Califat’ de Baghdadi et d’autres, on se rue vers la construction des mosquées pour répondre ‘au besoin de la population’ et d’en faire des citoyens des informateurs du grand réseau policier de la surveillance du territoire (DST) à l’intérieur du pays et de la DGED, à l’extérieur, mais le besoin le plus urgent est le travail et qui doit avoir la priorité avant la construction des mosquées, car l’Islam met en priorité l’activité de l’individu pour assurer sa survie et celle de sa famille avant tout autre obligation religieuse. Ibn Taymiyya a bien conseillé qu’au cas de conflit entre l’application d’une loi musulmane et la société, cette dernière l'emporte sur la première, car la sharia, sans la société, donc sans la survie de l’homme, ne peut s’appliquer. Si on avait mis tant d’effort dans les sciences et les connaissances en général, que l’endoctrinement religieux, le Maroc, avec près de 40 millions d’habitants, aurait atteint un développement scientifique égalant, sinon dépassant Israël. Et pour ce, il faut saluer le progrès du Hamas et le courage des Gazaouis qui ont surpris le monde par leur génie de produire, en adaptant la technologie du Hizb Allah, de la Syrie, de l’Iran et même de la Russie, des missiles capables d’atteindre tout le territoire Palestinien occupé depuis 1948, bien qu’ils manquent de technologies de pointe; ils sont quand même allés plus loin que toutes les armées arabes à viser Tel Aviv. Mais la grande surprise demeure avec le lancement des drones Kassamis Ababil 1 des Brigades Kassam en trois catégories (surveillance, assaut et attaque suicidaire) lancés sur Tel-Aviv pour la première fois ce matin du 14 juillet 2014, dont un a survolé le quartier général du ministère de la Défense ‘Kiriat’. Ce n’est que le début et faute d’accord de paix, confirme Abbas, il serait tout à fait autre chose dans deux ans et Tel-Aviv verra son vrai cauchemar.

La dignité de l’homme et sa bienveillance a la priorité sur toute autre obligation, car sans la sécurité alimentaire et l’abri, l’homme est condamné à la servitude, la pauvreté, l’immigration et le mépris. Au lieu de créer un système d’état providence digne des citoyens Marocains, comme une aide mensuelle en espèce, on trouve du plaisir à les réduire à la mendicité en ramassant la Harira et des couffins de vivres aux yeux du monde que la télévision transmet avec fierté pour quelques jours de provision. Pourquoi ne pas annuler complètement la Caisse de Compensation qui favorise plus les aisés que les pauvres (et si on ciblait les 52 milliards de dirhams en 2011 vers les nécessiteux et distribuer ses fonds directement on assurerait une moyenne de 866.67 DH par mois pour 5 millions de marocains) sans prendre en compte le budget des ‘Couffins’, une partie de l’INDH, la contribution de la Fondation Mohammed V et le Fonds Hassan II et les services de l’ADS, se sont des compétences et des sommes qui peuvent permettre de mettre sur pied un système d’Etat providence digne des citoyens marocains au lieu de monopoliser ces aumônes d’Etat au profit d’une propagande du Makhzen et des elections. Il faut lutter contre la pauvreté, la marginalisation et accorder la priorité aux catégories sociales en situation de précarité. Il faut procéder, avec les listes existantes, et l’inscription de ceux ‘ayant droit’, après tout c’est leur argent, c’est l’argent du peuple, non de l’Etat ou du Makhzen, des fonds ou des fondations, c’est de l’argent gagé sur les générations présentes et à venir. Ces ayants droits doivent inclure les chercheurs d’emplois enregistrés dans des centres pour ‘Demandeurs d’emploi’ ou les rattacher avec un nouveau service à l’ANAPEC partout au Maroc , des retraités, des veuves, les handicapés et les couches les plus défavorisées et ceux vivant en dessous de la pauvreté et autres à déterminer par l’Etat, les syndicats et les ONG concernés. Si on procède au recensement de tous les marocains, il serait moins difficile d’enregistrer une partie de la population avec des données déjà existantes. Il faut lutter contre ce geste de distribution de Harira qui ne fait pas la gloire du pays, mais l’expose à sa vanité, son hypocrisie et la soumission de la population à l’esclavage. Par contre, la distribution de la Harira par des bénévoles et d’autres services pour aider les SDF et les personnes en situation de précarité serait en faveur de la société marocaine, mais sans aucune influence religieuse ou politique. Dans un sens, c’est exactement cette hypocrisie que les ‘Takfiri’ condamnent comme ‘apostasie’.

Plus on promeut la religion, plus on crée de divisions avec des opinions variées, raison pour arrêter cette campagne d’Islamisation qui encourage la divergence et non l’unité. Il y a du mal à distinguer la différence d’une démagogie à l’autre, mais il est clair que toutes visent les mêmes victimes: la masse vulnérable de toutes les sociétés, même Européennes ou, suivant Gandhi, toutes les religions mènent au même résultat . Cet Imamat convient parfaitement à un gouvernement misogyne et que ni Benkirane ni Lahbib Choubani ne se sont excusés publiquement ou humiliés en publique pour leur attaque contre les femmes marocaines: Benkarane n’a pas le droit d’obliger sa femme ou les marocaines à rester à la maison et ni Chibani à dicter le comportement vestimentaire ni de sa femme ni des femmes marocaines, (ni pour un homme de se balader avec des shorts); ce n’est pas pour cette raison qu’ils sont élus au Parlement, ils n’ont qu’à relire la Constitution, et personne ne s’intéresse comment la mère de Benkarane s’est occupée de lui ou comment la femme de Chibani s’habille, lorsqu’une grande partie des jeunes filles d’origine marocaine lorsqu’elles sont devant cette dictature, portent le foulard devant un parent exigent et une fois hors de la maison familiale elle change en mini-jupe cigarette en main, et bravo! Mais pas pour la cigarette qui nuit à la santé et non aux mœurs! Peut-on vraiment savoir ce qui se passe dans la tête de la mère de Benkarane ou de la femme de Chibani ou de quiconque? On n’a pas le droit de juger les autres ou d’imposer nos convictions. Combien de gaffes faut-il commettre pour être déchu de ce gouvernement mené par une majorité pédophile, misogyne et obscurantiste? Ou sont-ils inamovibles comme les juges? Benkarane a échoué aussi d’apaiser les milieux islamistes, car maintenant on parle, non des Jihadistes Afghans mais des Jihadistes Syriens, Iraquiens et de l’Etat Islamique, un Califat qui fait face à cet Imamat qu’on réinvente au Maroc. Ce qui échappe à l’opinion publique c’est peut-être comprendre l’origine du texte d’une autre constitution non-écrite, ou tout simplement d’un texte invisible ancré dans le subconscient de la pratique traditionnelle du Makhzen.

Voilà que Benkarane jugule et fustige les caisses de compensation et de retraite, lorsque la moitié des dépenses de la télévision marocaine, comme un exemple concret et visible à tout le monde, pourrait être épargnée en limitant le journal télévisé à l’actualité du jour et non le répéter pendant 72 heures et d’avantage et de faire d’un journaliste professionnel un simple automate sans imagination réduit à appuyer sur le bouton de ‘Replay’ et diffuser des informations inexactes et anciennes, bien en retard des autres chaînes satellitaires du monde entier qui sont disponibles au Maroc, et sans contenu digne d’informer que la diffusion de la propagande étatique et du Makhzen qui vise les citoyens moins avertis. Ou faut-il voir encore cette manie de football pour les champions pantouflards et des journalistes ‘tous experts’ sur toutes les chaînes lorsque ce sport est en chute libre au Maroc et la 3 ‘Riadia’ tourne à vide et se contente des Replay et en plus toutes les chaines marocaines s’occupent plus des sports à l’étranger que de promouvoir le sport des villes marocaines; laquelle des chaînes de télévisions européennes parle du Maroc plus de 30 secondes en dehors des rares rencontres internationales? Et voilà ces ‘journalistes’ qui parlent et s’acharnent de l’exploit de Ronaldo et d’autres comme s’ils étaient des grandes vedettes marocaines. Ou encore faut-il ajouter la prière du vendredi ou les causeries du Ramadan, qui n’épargnent que deux ou trois chaînes lorsqu’il y a Assadissa, dédiée aux questions religieuses, comme d’ailleurs la transmission des sessions du parlement qui infestent presque toutes les chaînes, sans résultat supplémentaire concret de démocratie. On ne peut regarder qu’une à la fois. Enfin il faut en finir avec ces films étrangers de poubelle et mettre de l’ordre dans la programmation et respecter l’horaire de diffusion de programme et finir avec ‘vers…’. Si ces responsables sont incapables de gérer à bien les programmes il faut les virer et laisser la place à ceux qui respectent l’horaire des programmes, l’innovation et vivre dans le XXIe siècle au lieu de voir ces mêmes gueules se répéter et péter sur scène 7 sur 7, et le jeune talent rejeté parce qu’il gène et il faut le mettre en prison. C’est facile, même Morsi est en prison, pourquoi pas Benkirane?

La maîtrise des langues étrangères est désastreuse mais comment peut-on progresser et surtout avec la nouvelle initiative bienveillante de l’introduction des études en anglais et en espagnole, lorsqu’il n’y a pas de chaînes de télévision qui puissent aider les étudiants à comprendre mieux et s’exposer aux différents usages des langues étrangères en dehors des voix quotidiennes et d’un cursus restreint et trop chargé que les professeurs doivent difficilement livrer. L’élève le plus doué dans une classe débordée ne peut prononcer plus que quelques mots tout au long de la leçon, le reste, il faut imaginer la réponse. Il faut introduire ou remplacer certaines chaînes par des programmes permanents en langue française, anglaise et espagnole; c’est plus pratique et complémentaire à l’évolution et à l’éducation des marocains aussi bien à faire connaître la culture et la diversité de ce Maroc tellement chère à tous les citoyens à travers le Monde. Cet aspect est négligé par Haddad, le ministre du tourisme.

Les chaînes satellites qui s’orientent vers l’Europe seront bien reçues en langue française, espagnole ou anglaise, car certains jeunes d’origine marocaine ont du mal à comprendre les variétés linguistiques du Maroc et les européens ne sont pas arabisés; si on regarde France 24 en Arabe pourquoi pas Maroc 24 en Français, comme Africa24, c’est un moyen de promouvoir le message du Maroc, sa politique, son économie et sa culture; c’est introduire le Maroc dans les foyers du Monde, et comme pour le tourisme, la qualité est le mot clé du succès. Il faut éviter ces programmes idiots de clowns naturels du genre des Fernandel, des Charles Chaplin ou des Ismail Yassine, ou des acteurs aussi viles qu’on éprouve la nausée en les regardant par faute des écrivains des scenarios médiocres, des visages continus qui datent depuis la création de la télévision marocaine et monopolisent la scène et s’y prennent pour les grands maîtres du théâtre et des productions de la télévision marocaine. Faut-t-il ajouter la monotonie de cette musique qui reste réminiscence d’un âge antique dominée par ces traditionalistes ou ces singes qui ne s’arrêtent de sauter et monopolisent la télévision et étranglent la modernité et les jeunes talents marocains qu’on invite rarement. Il ne faut pas jouer non plus du drapeau marocain et en faire un message politique; la musique, comme le sport, ne doit pas s’immiscer dans les affaires de l’Etat ou de la politique: c’est stupide et ridicule, le moins qu’on puisse dire. Supprimer la vulgarité de la ‘Caméra caché’ importée, maintenant démodée et ne fait rire que les idiots et les imbéciles heureux comme les promoteurs de ces programmes, sans esprit d’innovation et avec qui, peut-être, une bonne partie de la population marocaine du siècle dernier s’identifie, mais ne feront pas l’affaire pour une société du XXIe siècle plus exigeante, évoluée et qui apprécierait mieux des Debouze, des Tagmaoui, des Gad el Maleh et bien d’autres du même calibre. Le Maroc a du talent, mais reste dominé par des pseudo-oulémas et la pensée de PAPA, réminiscence de l’époque de de Gaulle en France et qui a déclenché les manifestations de mai 68. On est à ce stade-là. Trop contrôlé, tout perdu.

Enfin cette campagne d’endoctrinement de l’Islam et le retour aux confréries au Maroc, à tous les niveaux, est un lavage de cerveaux politique au quotidien au lieu de l’utiliser, comme la démocratie, suivant Hassan II, “à doses homéopathiques,” et n’est nullement conforme sinon contradictoire aux préceptes de l’Islam d’Averroès, car elle n’enseigne pas mais conditionne l’ouverture d’esprit de l’individu à la négation du savoir libre et raisonné. Ce nouveau endoctrinement religieux Imamat-Califat est, dans le fond, le même, que ce soit la délation de l’un ou de l’autre; Benkirane est bien dans la philosophie des Frères Musulmans, comme Morsi et Erdogan, il faut donc éviter tout débordement sinon subir tôt ou tard le même sort que son Frère Egyptien. La religion doit se limiter au foyer et à la mosquée, et n’appartient nullement aux politiques de quelconque orientation, comme prescrit dans la Constitution de 2011. Benkarane s’adaptent de plus en plus à la chemise blanche et cravate et de moins en moins porteur du rosaire ou la visibilité du livre sacré sur ses côtés, comme les livres des ABC de ‘Comment devenir Chef de Gouvernement’ qu’on voyait étalés sur son bureau. Il a appris sa Sourate moderne et arrive à se faire voir et ouvrir sa bouche à la presse. Le message est de valoriser la population marocaine dans toutes ses variantes et les unir dans leur marocanité et non dans leur appartenance à un parti politique ou un autre, à une tribu ou un clan quelconque, à une secte particulière ou langue. Tous les marocains sont égaux est libre de choisir ce qu’ils veulent être dans le cadre de la Constitution et rien que la Constitution. L’Islam n’a pas de place dans la politique des partis. Et c’est par respect à cette Constitution que Benkirane doit démissionner.

Il faut en même temps revoir ces prétentions du Maroc qui sont ambitieuses mais ne se transforment guère en réalité et que les marocains ont ras le bol de ces mensonges sans fin et de cette pauvreté dominante qui se traduit avec des couffins misérables pour les beaux yeux des téléspectateurs et servir la propagande du Makhzen et de l’état. Il faut alors se demander pourquoi on craint maintenant le retour de ses jihadistes Syriens et de l’Etat Islamique, si tout est parfait au Maroc? Tout simplement parce que la misère domine dans la grande majorité des foyers marocains tandis que la classe des affaires ne cesse de s’enrichir. Ou encore, faut-il ajouter que ces ‘Amis du Maroc’ insistent toujours dans les déclarations officielles qu’ils supportent les ‘Résolutions des Nations-Unies’, ce que même le Polisario et l’Algérie réclament, et non la ‘proposition marocaine’, sinon pourquoi s’inquiète-on sur le comportement français, surtout après les déclarations de l’Ambassadeur français aux Etas Unis, de l’humiliation de l’Ambassadeur du Maroc à Paris sur l’affaire d’Abdellatif Hannouchi, responsable du Service de Renseignements, ou la véracité de l’existence du centre de détention de la DST-CIA à Témara, à la fouille de Salah Eddine Mezouar, ministre des affaires étrangères lors de son passage à l’aéroport Charles de Gaulle et encore l’agression du Général de Corps d’Armée Abdelaziz Bennani lors de son hospitalisation à l’hôpital militaire de Val de Grace à Paris, sans parler du volte-face de François Hollande dans l’affaire du Mali, faisant usage du Maroc pour séduire l’Algérie, en plus de la dernière provocation du couple franco-africain résident au Maroc et de se marier en France pour retourner au Maroc et tester la tolérance du pays, ou la rencontre de Rajoy, même manipulée par une partie ou l’autre, avec le leader du Polisario à la conférence de l’UA de juillet 2014 à Malabo, en Guinée équatoriale sous la Présidence de Mohammed Ould Abdel Aziz, sans ajouter le refroidissement de ce réélu général-Président envers le Maroc et qui s’impose maintenant en Mauritanie pour un second mandat et se sent déjà l’Empereur d’Afrique…

Voilà que le RAMED est en place et on entend souvent répéter à la télévision que telle ou telle personne a reçu des soins gratuits ou pris en charge par telle ou telle personne ou organisation, mais n’est-ce pas la raison d’être du RAMED? En plus, rien n’est gratuit car c’est l’argent du peuple et du pays qui finance toutes les dépenses et même les plus viles. Il faut traiter les marocains comme des adultes responsables et conscients de ce qui se passe dans leur pays, car seule la vérité et rien que la vérité qui puisse rétablir la confiance des marocains et récupérer leur dignité, ce que l’Etat et le Makhzen ont eux-mêmes perdues. Les marocains ne doivent être esclavage ni du Makhzen ni de l’Etat, ils ont des droits comme le droit à la santé, à l’éducation, au logement et à l’emploi. C’est ainsi qu’on puisse rendre à tous les citoyens le respect qu’ils méritent et combattre tout débordement d’où il vient: des Frères Musulmans de Benkirane, du Califat Islamique d’Abou Bakr ou de Qaeda et d’autres. Le marocain a des droits, mais aussi des obligations, les deux doivent être respectés. Il a le droit de savoir comment l’INDH est organisé et quel est le rôle du gouvernement dans cette initiative, s’il en a un, dans les choix et le caractère des projets proposés pour les 16 régions du Royaume et la parité entre régions. Y a-t-il une démarcation précise entre la politique du Palais royale et du Makhzen avec celle de l’Etat présenté par un gouvernement soit disant élu, mais privé des fonds importants octroyés à ses organismes du Palais? Les mêmes questions se posent en ce qui concerne l’origine, le fonctionnement et les décideurs du Fonds Hassan II et de la Fondation Mohammed V et s’ils sont sujets à un audit. Est-ce là où demeure la référence au Makhzen, où les fonds du pays sont basés, donc le vrai pouvoir, et le gouvernement est impuissant d’agir et ne fait que figure de décor pour embellir la démocratie marocaine? Mais Benkirane, comme Ramid et Choubani mènent des politiques soit moches, soit molles, soit médiocres, une révélation de leurs esprits et tous les trois ne font qu’obscurcir d’avantage l’environnement politique au Maroc. Est-ce qu’il n’y a pas d’autres plus vivants et dynamiques au PJD? Ou l’esprit de Benkarane, de Ramid et de Choubani sont les meilleures offres?

La Nousra de Syrie rejoint encore une fois l’EI dès le premier juillet 2014, comme d’autres petits groupes annoncent leur allégeance au nouveau Califat. Abou Bakr devient le ‘Calife’ de tous les musulmans et du monde, selon lui, mais en réalité, sa propre nomination à ce poste est son erreur capitale et marque l’écroulement de son mort-né Califat et le début de la fin de ses prétentions politiques. Peut-être un acte sanctionné par la Maison Blanche pour pouvoir agir d’avantage en Iraq et dans la région et donner carte blanche à Israël de massacrer à leur gré les Palestiniens lorsque tous les regards sont tournés ailleurs? Les Américains, les Allemands, les Britanniques et les Français donnent leur feu vert également aux juifs d’anéantir le Hamas et par extension les palestiniens et vont se demander après pourquoi sont-ils visés par des groupes terroristes de la néo-Brigade Rouge ou du néo-Carlos. Et dans le monde Arabe on se demande où sont les masses arabes en Occident Nord comme au Sud, du Maroc au Pays du Golf, sans en parler du Monde musulman et chrétien de l’Espagne à la Chine et aux Amériques?

Pour certains de ces égarés islamistes et fondamentalistes chrétiens, la religion est devenue un refuge à cause de leurs échecs dans la vie sociale, économique ou intellectuelle, pour d’autres s’adonner à l’hédonisme spolié par la richesse flagrante et sans la sagesse de profiter de la belle vie dont dispose l’homme conscient. L’usage de la religion pour des buts politiques n’aboutira à rien, ni chez les intégristes chrétiens, ni chez les sionistes juifs ou chez les islamistes. Dawkins pense que l’ère des religions est dépassée et l’heure d’une réalité humaniste a sonné. Pour le bon ou pour le pire, l’antithéisme est la voix et la pensée du futur qui se fait au présent, suivant lui. Peut-être arriverons-nous à être franc avec nous-mêmes et faire face à cette réalité de notre inexistence, inexistence qui est le contraire de ce qui existe, car l’expérience de l’individu est limitée et passe devant lui comme le passage du nuage sans pouvoir le toucher, sans vraiment rien comprendre de la vie, donc de l’existence-même. Ceci comme l’a déjà indiqué Spinoza pour qui “l’être particulier, tel qu’il est appréhendé dans la perception, l’image, le sentiment, l’être qui est dans la durée, n’est pas en vérité, il apparaît et disparaît, il n’est pas compris comme négation [détermination] de l’infini, il est coupé de tout infini qui le rendrait intelligible en tant que partie de ce tout.’’ Pour Spinoza, Dieu est la nature, ce qui est interprété comme l’inexistence de Dieu et non son unicité, par contre Ibn ‘Arabi concrétise l’existence de Dieu dans ses noms qui confirment sa transcendance de l’unicité bien qu’il divinise la nature.

La société politique Occidentale Sud ne diffère pas, radicalement, de celle de l’Occident-Nord mais n’a pas encore atteint une maturité comparable. Il y a un manque de volonté d’aller de l’avant pour y arriver à contrecarrer l’hostilité de l’Occident Nord. Elle est marquée par le colonialisme pour rester dans la rhétorique mythique de la tradition dans le cas du Maroc, ou idéologique des temps de la guerre froide qui persiste toujours dans l’Algérie du FLN, en Afrique du Sud du Président Zuma, mais aussi de Joaquim Chissano, ancien président mozambicain, au Nigeria et en Namibie; et tous trouvent du mal à oublier que le monde communiste a perdu sa cause première, et que le monde maintenant, sans exception près, se rue vers le capitalisme mondialiste; même l’Algérie est à la course et courtise les Américains. Hier, elle attaquait le tourisme au Maroc comme une sorte d’activité hédoniste et maintenant l’Algérie elle-même se prostitue au plus offrant, malgré ses ressources pétrolières et le gaz. Elle se bat secrètement pour égaler le coup de Hassan II d’avoir les Bérets Rouges de la Garde Royale sur les Champs Elysée le 14 juillet 1999, le premier de son genre, et depuis, l’Algérie travaille d’arrache pieds pour enfin être présentée à son tour, cinq ans plus tard, ce matin du 14 juillet 2014.

La laïcité qui fait peur à certains n’a pas diminué la foi des musulman turcs et des musulmans français, ni, par la même occasion la foi chrétienne en France ou juive en Israël, mais certainement l’ingérence de la foi dans les affaires politiques et économiques a été réduite. Par contre, l’Eglise et la Mosquée restent toujours une très belle entreprise profitant de l’ignorance prédominante des esprits égarés en faisant triompher la démagogie religieuse pour se ressourcer infiniment de ces brebis galeuses.

Hommages et respects à Khadija Riadi et Victoire aux Palestiniens
Ramadan Moubarak pour ceux qui pratiquent

Ben Kirat PhD
Marbella, Espagne


Tagué : Ben Kirat PhD

               Partager Partager


Commentaires