Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Mercredi 24 Septembre à 12:02

De jeunes belges partis en Syrie radiés du registre de la population



Bruxelles - De nombreux jeunes belges partis combattre en Syrie ont été radiés du registre de la population, rapportent mercredi des médias locaux, citant des responsables de la ville de Bruxelles, la plus touchée par ce phénomène.



Yvan Mayeur
Yvan Mayeur
Le bourgmestre de la capitale, Yvan Mayeur, a ainsi confirmé que deux personnes parties pour la zone de combats en Syrie ont été déjà radiées, alors que quatorze autres propositions dans ce sens sont examinées. 
 
Relevant que ses services planchaient sur un raccourcissement du délai de la procédure de radiation, le responsable a indiqué qu'un groupe de travail avait été mis sur pied à cet effet. Il réunit plusieurs partenaires chargés de la politique de prévention de la ville, l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM), la Sûreté de l'Etat, ainsi que plusieurs services de l'administration communale et la police. 
 
Le groupe s'est déjà penché, selon lui, sur plusieurs enjeux liés à cette problématique, dont la sensibilisation du personnel des divers services concernés, l'échange d'informations entre services et la formalisation de procédures d'intervention en cas de départ suspect, de départ définitif ou de retour.
 
Dans les communes centrales de la capitale, les bourgmestres indiquent avoir enregistré quelques cas de radiation de jeunes gens dont il est avéré qu'ils se sont rendus en Syrie. A Molenbeek par exemple, six radiations directement liées à des départs en Syrie ont été relevées et cinq autres cas sont en cours d'examen.
 
La Belgique fait partie des pays européens touchés par le phénomène de jeunes partant combattre en Syrie et en Irak. Dans toute l'UE, leur nombre est estimé à "environ 3.000" selon le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, qui avait donné en juillet le chiffre de quelque 2.000 personnes.
 
Cette hausse est expliquée entre autres par "l'avancée sur le terrain du groupe de l'Etat Islamique et à la proclamation d'un califat sur les zones conquises". 

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara