Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



par Rasha Dewedar - publié le Lundi 27 Décembre à 15:15

De jeunes Egyptiens font de l’escalade pour une bonne cause






Le Caire –Le changement positif en action a désormais un visage, celui de la jeunesse égyptienne, qui a du même coup balayé certains clichés. En septembre dernier, 26 grimpeurs égyptiens ont réussi à atteindre le sommet du Mont Kilimandjaro en Tanzanie ; ils participaient à l’initiative « The Right to Climb » (le droit de grimper) organisé dans le but de récolter des fonds en faveur des enfants ayant des besoins spéciaux, en Egypte.

A travers cet effort, les grimpeurs remettent en question les clichés sur la jeunesse arabe et musulmane, selon lesquels celle-ci n’est pas apte ou manquerait de volonté pour changer le monde dans lequel elle vit et le rendre meilleur. Bien trop souvent, ce que nous lisons dans les médias à propos de la jeunesse arabe, c’est qu’elle manque d’opportunités de travail, d’éducation et parfois, même, semble-t-il, d’espoir.

Ce sont là des problèmes difficiles à résoudre, mais il y a aussi des histoires – comme celle de ces grimpeurs – qui montrent ce que font les jeunes Arabes pour que le monde soit meilleur.

L’excursion qui avait à sa tête Omar Samra, le plus jeune Arabe à avoir escaladé le Mont Everest, ainsi qu’un autre grimpeur, qui a réussi à atteindre trois fois le sommet du Kilimandjaro, était une initiative conjointe de l’agence de voyage Wild Guanabana et de l’association caritative, Right to Live (RTLA), qui aide et propose de former les personnes ayant des besoins spéciaux en Egypte. Avec son slogan « Nous ne sommes pas incapables, nous sommes capables différemment », l’association vise à aider les enfants ayant des besoins spéciaux ainsi que leur famille, à mener une vie normale. Un des aspects de cette aide consiste à fournir une formation professionnelle permettant à ces personnes d’accéder à de meilleurs emplois et d’avoir un revenu stable.

C’est le célèbre alpiniste égyptien Omar Samra qui a fondé Wild Guanabana, agence de voyage d’un genre unique, qui propose aux Egyptiens des voyages bouleversants, au cours desquels ils expérimentent de nouvelles aventures et relèvent des défis qui les poussent jusqu’au bout de leurs limites, leur permettant de se découvrir.

Composée principalement des 26 grimpeurs Egyptiens, l’expédition comptait aussi un Libanais, deux Américains et deux Népalais. Au sein du groupe, divers en termes de religions, avec des musulmans, des chrétiens et des bouddhistes, il y avait aussi un nombre important de femmes.

L’aventure, qui a duré environ sept jours, a été couverte par de nombreux médias qui l’ont décrite comme une expérience unique et bouleversante pour les participants. Elle a été également suivie sur les sites de Facebook et de Twitter ; du haut de la montagne, les grimpeurs y ont régulièrement commenté leur progression et reçu beaucoup de soutiens positifs en retour.

Ayant deux sœurs handicapées mentalement, Omar Samra est engagé pour la cause des enfants avec des besoins spéciaux depuis des années ; il s’est d’ailleurs souvent porté volontaire pour aider la RTLA. A travers l’initiative The Right to Climb, en faisant connaître au public le travail de la RTLA, il a essayé à la fois d’attirer l’attention sur la cause et de récolter des fonds pour l’association.


Les grimpeurs, âgés de 25 à 45 ans, ont réussi jusque-là à frôler la barre des 175 000 dollars, mais pour la dépasser il faudra encore plus de soutien de la part de leur communauté.

Faire de l’escalade pour une bonne cause n’est pas tout à fait nouveau dans le monde arabe. En 2009, Omar Samra avait déjà escaladé - en compagnie d’un Libanais et d’un Marocain - le Mont Toubkal, qui est le plus haut sommet d’Afrique du Nord. Ils y avaient hissé le drapeau palestinien pour attirer l’attention du monde sur la situation à Gaza. Leur ascension avait été suivie par de nombreux médias populaires du monde arabe ainsi que par des blogs et des sites de réseaux sociaux.

Actuellement, Omar Samra travaille sur un projet ambitieux, qui consiste à rassembler une équipe de 12 grimpeurs arabes qui escaladeront les plus hauts sommets de chaque continent.

En dernière analyse, plus que l’argent récolté, ce qui importe dans cette entreprise, c’est la démarche des grimpeurs et leurs efforts pour un changement positif. Des initiatives comme celle-ci, entreprises dans différentes régions du monde et par le biais desquelles les participants se trouvent réunis autour d’une même activité pour défendre une cause spécifique seraient un bon moyen pour les Occidentaux et les Orientaux d’avoir plus souvent l’opportunité de se retrouver autour d’un même objectif.

###

* Rasha Dewedar est une journaliste égyptienne, qui s’intéresse particulièrement aux problèmes d’égalité des sexes et à la science. Article rédigé pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews).

Source : Service de Presse de Common Ground (CGNews), 3 décembre 2010
Reproduction autorisée.

Source : http://www.commongroundnews.org/article.php?id=289...


Tagué : cgnews

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».