Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Chaalal mourad - publié le Mardi 14 Octobre à 15:09

Daech (EIIL) ; Le monstre de Frankenstein du levant ?




La nouvelle guerre contre "Daech"(EIIL) , cette organisation criminelle , qui est une version revue et corrigée de la Qaïda , bien qu'elle soit légitime et plus que nécessaire pour éradiquer ce monstre , venait d'être officialisée "curieusement" la veille même du 11/09/2014 par le Président Obama , date d'anniversaire de l'attaque sur le World Trade Center à new York et la grande guerre contre le terrorisme islamique , lancée par Bush .Pproclamation fortuite ou confirmation des plans occultes si chers aux partisans de la complot- mania ? Selon les négationnistes, l'EIIL, est le Frankenstein né des efforts occidentaux pour favoriser un changement forcé du régime en Syrie, et contourner ainsi les veto Russe qui bloquait toute tentative d’intervention militaires dans ce pays ; Seront-ils en mesure de le réaliser cette fois-ci , sous l’intitulé de la lutte contre le terrorisme oh combien alléchante ? Mais, EIIL s'est retourné contre ses maîtres parait-il ! Pour s’établir à son propre compte et instaurer son Califat. Ce qui est sûr ! C'est que, le monde poste 11/09 n'a rien à voir avec celui d'avant le 11/09 , il est devenu trop dangereux!.



Dès le 19ème siècle et juste après la Première Guerre mondiale, le morcellement de l'empire ottoman (1918 -1922) fut l'événement politique le plus marquant. La partition du vaste territoire mena à la création du monde arabe moderne et la république de Turquie.

La Société des Nations (SDN) mit la Syrie et le Liban sous protectorat français et accorda au Royaume-Uni des mandats sur la Mésopotamie (qui devint plus tard l'Irak), et sur la Palestine ; la péninsule arabique devint alors, le royaume du Hedjaz et le sultanat de Nedjd (l'actuelle Arabie saoudite), le Yémen et les États arabes du golfe arabique, (persique pour l'Occident).

Il ne faut surtout pas oublier, que derrière la 1re grande révolte arabe de 1916 contre l'Empire ottoman, appellation préférée des Occidentaux au " califat ottoman ", le but était d'inciter les Bédouins d'arabie à ne reconnaître aucune portée religieuse ou légitimité spirituelle au pouvoir Ottoman au but de le réduire à sa dimension strictement nationale turque ; à ce titre, des échanges de lettres entre le gouvernement britannique et le gouverneur de La Mecque, le Chérif Hussein, présumé "descendant du Prophète ", ont lieu de 1914 à 1916. La Grande-Bretagne lui promet la création d'un grand Royaume Arabe, confédération de trois États indépendants à créer (Hedjaz, Syrie et Irak), si les populations de se révoltaient contre Istanbul.

Le religieux avait alors son mot à dire dans cette " grande révolte arabe", fabriquée de toutes pièces par l'Occident, des « fatwas » autorisant les Arabes et les musulmans à combattre les Ottomans et à exhiber la primauté des Arabes "les receveurs de la révélation(Coran) " sur toutes les autres races ( y compris la turque) à gouverner les musulmans. Tout cela, via ces " savants de la loi " et ces "cheikhs ", de grande renommée religieuse , ceux du wahhabisme notamment, qui pour rappel , est une vision rigoriste, issue du sunnisme "hanbalite", pour rappel , Ibn Saoud (1710–1765) et Mohamed ibn abdelwahab (1703 – 1792), scellèrent bien avant cela, une alliance par le mariage, unissant ainsi leurs efforts , pour établir leur pouvoir sur une partie de la péninsule Arabique, y réformer les pratiques religieuses et rétablir l'Islam à sa forme la plus pure selon eux.

Véritable cofondateur de l'État saoudien moderne, Ibn Abdelwahhab, dont l'idéologie servira à établir la légitimité de la domination des Al Saoud sur les tribus arabes voisines et jouer un rôle dans cette " grande révolte arabe", veillée par l'Occident.

Ce que plus tard, confirmera les dires de "Tocqueville"(1805-1859) : " L'histoire nous montre d'ailleurs qu'on n'a jamais pu faire faire en commun de grandes choses aux Arabes que par le biais de la religion ". Dans cette perspective, l'officier de liaison britannique, le très controversé " Thomas Edward Lawrence", dit "Lawrence d'Arabie" et le français "Édouard Brémond ", ce lieutenant-colonel, chef de la mission française au Hedjaz, dont le rôle d'appui à la révolte arabe au aux côtés des Anglais est quelque peu oublié.

Depuis, le façonnage par pièce à des « États-tribus » dans cette région et l'apparition du pétrole et le Gaz, l'Occident mettra toute sa pression militaire, pour dominer politiquement, ce qu'il considère déjà comme sa zone de prédilection.

A vrai dire , le souci de l'Occident dans cette région, ne s'est jamais porté sur la promotion de la démocratie, la laïcité ou bien même les concepts de droits de l'homme et encore moins à celui de la construction d’une citoyenneté locale , ça alors, pas du tout ! Son souci ne dépassait point celui de voir ces "Bédouins" pomper et ramper.
Avec le panarabisme des années 40/70, le nationalisme arabe eut de beaux jours, idéologie qui atteindra son zénith après la Seconde Guerre mondiale, dans le contexte de la décolonisation et de la lutte des peuples du sud contre l'impérialisme. Elle aura pour leaders des chefs d'État comme Nasser, Boumediene, Saddam Hussein, Hafez el Assad et Yasser Arafat et le colonel Kadhafi.
Puis vint la guerre Iran /Irak, suivie de celles du golfe versions 1 et 2 et plus récemment les conflits fratricides en Syrie et en Irak entre courants religieux qui refont surface.
À travers tous ces épisodes historiques, aucune revendication de démocratisation des sociétés arabes, de construction d'un homme moderne mais surtout libre, ne furent mis au-devant, seules des luttes intestinales pour le pouvoir dominaient la scène politique arabe, où le militaire prit les commandes depuis la création de ces États en querelles incessantes avec des mouvances "Islamistes" pour l'exercice du pouvoir, ce qui ne laissait aucune chance à la démocratie et mettre leurs peuples entre deux alternatives, choisir entre les monts arrogants du militaire et l'abîme de l'obscurantisme religieux qui ne mènera nulle part.

C'est dans ce contexte général qui opprime l'homme, confisque son intelligence, sa liberté et sa volonté, si ce n'est via le religieux, ça serait via le nationalisme ; L'homme arabe, se retrouvait détruit, broyé par des systèmes illégitimes qui surent maintenir avec l'ancien colonialiste occidental une relation bizarre moyennant Stabilité, Sécurité et Energie, pour se dérober des impératifs de démocratisation et de droits citoyens que leurs peuples ne cessent de les leur réclamer.
Et comme la nature a horreur du vide, le panarabisme neutralisé ; des mouvances religieuses d'un radicalisme déconcertant virent le jour, à l'instar de la Qaïda, dont le leader était saoudien, et a revendiqué l'attaque lâche des 11/09 contres ce qu'il voyait comme symbole de l'impérialisme américain.

Un autre monstre plus redoutable, plus haineux et plus puissant encore, vu le jour en Irak, "daech", un ogre sorti du fin fond des âges reculés, des abîmes de l'ignorance, de la violence inouïe et des abysses de l'obscurantisme les plus ténébreux ; Un groupe terroriste métamorphosé en " EIL", abréviation de l'État islamique en Irak et au Levant (Macheaq-levant), produit conjugué de l'ignorance, du dogmatisme rigide et de l'ingérence toujours antiproductive de l'Occident au cours des décennies passées ; Guerres, conflits, absence de démocratie carence chronique dans la culture des droits de l'homme, , de la citoyenneté , du dialogue et l’injustice. L'Occident a tout fait pour que cette région reste figée dans le temps tel un mammouth piégé dans les glaces.
Les dessins de l'Occident "guerrier et conquérant " pour notre monde arabe , ne cessent de nous faire peur quant au devenir de nos pays, quel autre découpage au nom d'autres révolutions non achevées est envisagé ? Quel rôle concédera-t-il encore à ces mouvances religieuses pour accélérer ce découpage ? Quelle autre fourberie va-t-il encore nous faire gober pour assurer ses intérêts ?

La nouvelle guerre contre "Daech"(EIIL) , cette organisation criminelle , qui est une version revue et corrigée de la Qaïda , bien qu'elle soit légitime et plus que nécessaire pour éradiquer ce monstre , venait d'être officialisée "curieusement" la veille même du 11/09/2014 par le Président Obama , date d'anniversaire de l'attaque sur le World Trade Center à new York et la grande guerre contre le terrorisme islamique , lancée par Bush . Proclamation fortuite ou confirmation des plans occultes si chers aux partisans de la complot- mania ? Selon les négationnistes, l'EIIL, est le Frankenstein né des efforts occidentaux pour forcer un changement du régime en Syrie et contourner ainsi, le veto Russe qui bloquait toute tentative d’intervention militaires dans ce pays . Seront-ils en mesure de le réaliser cette fois-ci , sous l’intitulé ah combien alléchant de la lutte contre le terrorisme? Mais, EIIL s'est parait-il retourné contre ses maîtres! Pour s’établir à son propre compte et bâtir son Califat. Ce qui est sûr ! C'est que, le monde poste 11/09 n'a rien à voir avec celui d'avant le 11/09, il est devenu trop dangereux. En fait, chaque pays reste vigilant et craintif vis-à-vis de ce conflit .Les pays du golf , craignant l’expansionnisme idéologique et militaire iranien dans la région , veulent casser le cordon ombilical que représente le régime syrien et le Hizbou Allah et les houtis au Yémen , la Turquie quant à elle , a peur d’une montée du nationalisme Kurde , qui ira à alimenter de plus en plus les revendications séparatistes , ceux-ci , devenus trop guerriers, forgés par les guerres en Iraq et en Syrie et de surcroît , armés par l’occident pour faire face aux hordes de EIIL. Libérer leurs territoires par leurs propres sang ,signifie, donner aux Kurdes une légitimité à réclamer leur " Le Grand Kurdistan" , à cheval sur quatre pays, l'Iran ,l'Iraq , la Syrie et bien sûr la Turquie. L’Occident cherche à affaiblir et les uns et les autres et vise à mon sens, un autre découpage, cette fois-ci sur des bases ethniques, raciales et pourquoi d’homogénéité confessionnelle.

Les dictatures semblent trouver en cette guerre contre le soi-disant terrorisme, un alibi de taille et une aubaine idoine pour neutraliser toute forme d'opposition interne et se dérober aux impératifs de démocratisation que leurs peuples ne cessent de leur réclamer et pourquoi pas jouer avec les grands dans la cour des grands, eux qui pour la plupart , rêvaient de visiter la maison blanche , ne serait-ce que dans un plan touristique.

EIIL (Daech) ; le symbolisme de la terreur.

Par l'exécution injuste et inhumaine des deux journalistes américains, anglés et français "Daech", cette organisation criminelle, qui commet au nom de Dieu et de son prophète les crimes les plus abominables, dignes des âges reculés que l'humanité n'ait jamais connue. Usant de moyens modernes, d'armes sophistiquées, cette entité terroriste mutante, dont le crime inouï au nom du Dieu , pour terroriser "les mécréants" est plus qu'ahurissante ; ces mécréants qui peuvent, d'un clin d'œil, effacer toute cette région et avec elle ce "Daech " de malheur de la carte géographique ; Ce n'est plus le temps aux glaives contre glaives, lances contre lances, haches contre haches ou même, catapultes contre catapultes, là où la force, la puissance se museraient par le nombre de combattants et où le "mécréant" pouvait être terrorisé par un couteau ou une hache.

L'intolérance religieuse que ne cesse d'exhiber cette entité fièrement au monde, par la persécution des minorités confessionnelles aussi bien en Syrie qu'en Irak, notamment à Mossoul où le nouveau, l'autoproclamer, Calife et Émir des croyants, vient s'accaparer les biens fonciers des minorités religieuses, chrétienne surtout et leur appliqua un impôt, " el Jizya" à défaut duquel, Chrétiens, yazidis et autres communautés religieuses, risquent l'expulsion de son califat, et c'est ce qui a été faite, dans une décision stéréotypée, classique, qui ne surprend pas, puisqu'elle s'inscrit dans la logique d'une lecture obscurantiste et tyrannique, que ces groupes armés se proclamant de l'Islam se font et qui n'ont de l'Islam que le nom.

C'est lamentable, triste, ridicule et condamnable de voir ces civils, citoyens d'un Irak laïc, perdu à jamais, souffrir l'asile, eux qui furent liés à cette terre plus que les musulmans et bien souvent, avant eux, alors, que les djihadistes de l'EIIL est un ramassis de toutes parts !

Encerclés par Deach (Eill) sur le mont « Zinjar » en Irak,un lieutenant de cette organisation terroriste, annonce devant les caméras vouloir sauver ces païens "Yazidis" des feux de la géhenne , ils doivent, selon lui , descendre de la montagne et proclamer la "chahada", c'est-à-dire, le témoignage de l'Islam pour être sauvé . Mais quelle connerie ! Dieu n'a nullement besoin de lui rabattre des âmes haut les Mains, kalachnikov au dos, les convertir sous la menace, la contrainte de la peur ; Dieu n'a nullement besoin de ce genre de croyant, ni de ce genre de rabatteur/prosélyte. La foi est une démarche totalement libre ; Ce que ces terroristes n'arrivent pas à comprendre.

Bien que l'Islam n'ait pas de clergé ou d'institution unifiée pour parler en son nom et place à l'instar de la chrétienté, néanmoins et face aux malheurs des communautés religieuses d'Irak et de Syrie, "El Azhar ", cette illustre institution doit dire son mot . Les yazidis, les chrétiens et d'autres minorités confessionnelles dans ces pays lesquelles, du jour au long demain, se sont retrouvés face à une menace singulière, celle d'un monstre sorti du fin fond des âges, un revenant échappé des temps obscurs et obscurantistes où l'homme tuait son frère au nom de son Dieu, de sa foi.

Un bilan reflétant une situation dramatique tant sur le plan humain que patrimonial fut dressé par les instances internationales ;« des récits atroces sur l'enlèvement et la détention de femmes, de filles et de garçons yézidis, chrétiens, turkmènes et autres , des informations sur des viols sauvages nous parviennent d'une manière alarmante, » selon la représentante spéciale du secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits, Zainab Bangura, et le représentant spécial du secrétaire général pour l'Irak, Nickolay Mladenov, soulignent que 1.500 yézidis et Chrétiens ont été contraints à l'esclavage sexuel.( rapport du 13 août 2014).

Un ramassis de Djihadistes débarquant du Yémen, du Maghreb, de Tchétchénie, d'Europe et d'ailleurs, venus en Syrie et en Irak, poussèrent à l'exil forcé des minorités historiques, autochtones, qui ont des racines ancestrales dans ces terres avant l'avènement même de l'Islam dans ces contrées et qui faisaient toute la richesse culturelle et cultuelle de ces pays, berceau de toutes les religions.

Devant cette tragédie humaine et "le victimisme" des musulmans dans le monde, où sont donc les autorités religieuses de l'Islam aussi bien sunnite que chiite, le conseil des pays islamiques, celui des Ulémas universel ainsi que l'honorable el Azhar, doivent condamner cette barbarie que l'Islam le vrai, réfute en bloc ?.

Nous devons faire partie du monde, partager sa douleur surtout, celle que des gens se proclamant de notre foi la perpètrent aux autres en son nom. Il faut que les musulmans sortent de leur silence et condamner ces actes abominables, commis au nom de leur foi et être solidaires avec le monde, afin d’avoir le droit de demander au monde d'être solidaire avec nous dans notre malheur et douleurs et Dieu sait combien on a.

Il est vrai aussi, que l'Amérique n'a pas été claire dans son rapport avec cette partie du monde, elle n'a pas joué le rôle qu'elle aurait dû y jouer en matière de promotion de la démocratie, des droits de l'homme et de la construction de la citoyenneté et faire valoir son statut de puissance mondiale, porteuse d'un système de valeurs humaines à proposer ou à imposer au monde.

Par son soutien inconditionnel à des régimes moyenâgeux et dictatoriaux, convertis en de véritables pépinières où se fabriquent l'intolérance, la violence et le terrorisme, l'Amérique est jetée face à ses responsabilités historiques dans cette région.

À travers ses guerres illogiques, souvent à caractère personnel, menées au cours des dix dernières années dans cette région du monde, au nom du Dieu Pétrole, ou bien pour la préservation des voies du commerce maritime, l'Amérique et l'Occident sur sa traînée, ont semé la pagaille dans cette région et dans d'autres, ils ont catalysé les réactions de haine , fermenté les sentiments d'injustice, alimenter la violence et la contre-violence et qui finit comme toujours, par revêtir un caractère confessionnel répugnant, pour lequel ces régions étaient prédisposées, conflits que Dieu seul sait où il va les mener ?.

"Daech" n'est qu'un intitulé de plus dans ce scénario de l'absurde humain, poussé à ses limites les plus diaboliques ; En exécutant atrocement et lâchement ces pauvres et innocents ressortissants américains et anglais, vêtus de tuniques orangées, qui nous renvoient aux locataires de Guantánamo et à ceux de la redoutable prison d'Abou Ghraib, incrustés dans le psychique collectif d'une partie des musulmans, comme étant une violence gratuite d'une Amérique qui avait complètement perdu sa raison. "Daech" semble user de symbolismes forts , qui cherchent à chatouiller " le victimise" des musulmans et les pousser à adopter ses schémas, sa logique et ses idéologies de la mort et de la vengeance, complètement désaxées de la vraie morale de l'islam et de toute religion qui se respecte d'ailleurs.


Tagué : Chaalal mourad

               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles