Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY


Adam Sfali - Lemag - publié le Vendredi 11 Avril à 09:32

Crise en perspective entre le Maroc et l'union européenne




Rabat - L'union européenne lancerait unilatéralement une démarche de modification du régime des prix d'accès des fruits et légumes marocains aux marchés européens, au détriment du secteur agricole marocain. Selon l'agence MAP, cette démarche européenne, jugée désagréablement surprenante à Rabat, a provoqué l'ire de celle-ci, le ministre de l'agriculture Aziz Akhannouch, exprime ici les préoccupations du gouvernement:



"c'est une relation de confiance et de partenariat durable qui est mise à mal".

Ainsi s'est écrié Aziz Akhannouch, cité par la MAP, réagissant à la démarche européenne de modifier le régime des prix d'accès des fruits et légumes marocains aux marchés européens.

Cette "modification (..) est une démarche aussi étonnante qu'incompréhensible de la part d'un partenaire historique tel que l'Union Européenne", a-t-il condamné.

"Aller dans le sens de cette modification est un retour en arrière sur des négociations qui ont mobilisé pendant une longue période les responsables marocains et européens", a souligné le ministre.

"Nous nous sommes réjouis de la signature d'un accord qui se distinguait par son équité et son équilibre (...) voilà qu'il risque aujourd'hui d'être déséquilibré, autant dire confisqué à cause d'une action en parfaite contradiction avec les conditions convenues", a noté Akhannouch.

"Cette mesure décidée de manière unilatérale - alors qu'elle concerne deux parties liées par un Accord - menace le secteur des fruits et légumes marocain, particulièrement celui de la tomate qui est conditionné par un système de commercialisation à l'export très contraignant. Celui-ci risque tout bonnement de s'effondrer", a prévenu le ministre.

"Nous n'osons même pas imaginer les conséquences sur une filière marocaine et sur des opérateurs qui avec un partenariat aussi important avec l'UE ont investi et cru en des débouchées sérieuses", a-t-conclu.



               Partager Partager