Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 11 Septembre à 16:43

Création à Rabat de l'Union des Jeunes parlementaires Africains



Rabat - L'Union des Jeunes Parlementaires Africains, une plateforme politique d'échange et de débat entre les nouveaux leaders politiques Africains, a tenu, jeudi à Rabat, son Assemblée constitutive avec pour objectif majeur de répondre aux besoins accrus de la jeunesse africaine.



Intervenant à l'ouverture de cette rencontre, dont les travaux se poursuivront au 14 septembre, le vice-président de la chambre des Représentants, M.Chafik Rachadi a indiqué que cette Union offrira un nouveau cadre pour le renforcement de la collaboration entre les Parlements africains, de même qu'elle permettra la mise en place d'un organe législatif "à la hauteur des attentes des populations africaines".

Cette union, "permettra de défendre nos valeurs en tant qu'Africains et d'unifier nos efforts pour relever les défis de l'Afrique à la lumière des profondes mutations structurelles au niveau mondial", a-t-il dit, soulignant l'importance qu'accorde le Maroc à la jeunesse africaine, un engagement illustré par la contribution du Royaume à la formation des cadres supérieurs africains.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M.Salaheddine Mezouar, a qualifié de "moment historique" cette rencontre, y voyant une contribution des jeunes parlementaires africains à "la formidable mutation que l'Afrique est en train de vivre".

Selon lui, la création de l'Union des jeunes parlementaires africains va dans le sens d'une "seconde révolution de l'Afrique" portant sur l'émancipation économique des peuples africains et la construction d'un "contient capable d'agir et d'interagir avec le monde tel qu'il est en train de se façonner aujourd'hui".

"Il faut que les atouts dont dispose l'Afrique puissent constituer la base pour la création des fondamentaux qui vont pérenniser la création de richesses dans notre contient", a fait savoir le ministre, rappelant, dans ce sens, la position du Royaume, sous l'impulsion de SM le Roi, en faveur du renforcement du partenariat et de la coopération sud-sud, qui constituent, selon lui, "un élément fondamental d'équilibre et de préservation de l'indépendance économique des nations africaines".

"Tout le travail que nous faisons et tous ces partenariats que nous construisons avec les pays africains émanent du fait que personne ne peut réaliser le développement à notre place et personne ne peut faire notre développement", a noté M. Mezouar, en annonçant la fin de "l'afro-pessimisme".

La réalisation d'une Afrique forte passe notamment, d'après le ministre, par la mise au ban des "faux débats" au sein du continent, l'aplanissement des divergences qui touchent aux fondements de l'Afrique, la préservation et le respect de l'intégrité territoriale des Etats et la confiance mutuelle.

Pour sa part, le Président de l'Union interparlementaire (UIP), M.Abdelouahed Radi, a souligné l'impératif de mettre en œuvre des moyens concrets permettant aux jeunes de prendre leur destin en main.

Bien qu'ils représentent 20 pc de la population globale, les jeunes restent à la périphérie de l'action politique, a déploré le président de l'UIP. Il a dans ce sens plaidé pour une série de mesures visant à renforcer l'implication politique des jeunes à travers l'introduction de quotas de sièges, le renforcement de l'éducation civique, l'imposition de quotas dédiés aux jeunes sur les listes électorales, ainsi que la mise à contribution des jeunes par les partis politiques.

Abondant dans le même sens, le Coordinateur Résident de l'ONU au Maroc, Bruno Pouezat, a relevé que 65 pc de la population africaine a moins de 35 ans. "Pourtant, au niveau mondial moins de 2 pc des parlementaires ont moins de 30 ans et seulement 10 pc ont entre 30 et 40 ans", a-t-il dit à l'adresse de parlementaire de 25 pays africains.

"Reflétant ce décalage, processus et institutions politiques souffrent souvent d'une faible participation, pour ne pas dire d'un désengagement des jeunes", a fait savoir le responsable onusien, soulignant la nécessité de remédier à la situation, au vu du rôle essentiel des parlementaires dans la concrétisation et la formulation des objectifs de l'agenda post 2015.

"Muni des outils et connaissances nécessaires, un solide réseau mondial de jeunes parlementaires aurait la capacité d'animer une compagne d'action pour la promotion du développement durable dans le monde", a-t-il dit.

Créée à l'initiative d'un comité d'organisation composé de parlementaires issus de cinq pays, dont le Maroc, l'Union des Jeunes Parlementaires Africains a pour mission d'engager une synergie entre la nouvelle génération de femmes et d'hommes politiques africains, mettre en place un groupe de pression qui défendra les intérêts de l'Afrique dans leur ensemble en surpassant les intérêts personnels et nationaux, favoriser l'émergence d'une identité africaine unie et respectant toutes ses composantes et promouvoir la participation des jeunes à la vie politique africaine.

Les objectifs de l'Union tendent aussi à favoriser les échanges et la coopération au sein de la jeunesse africaine représentée par ses jeunes parlementaires, informer la jeunesse sur les questions africaines, rapprocher les jeunes de la vie publique et les impliquer dans la construction de l'Afrique.

L'Assemblée constitutionnelle sera marquée par l'élection du Président et des membres du Bureau, ainsi que du Secrétariat général de l'Union et par l'élaboration d'une proposition du programme de travail de l'Union pour l'année à venir.

Selon le comité d'organisation, l'Union est composée des jeunes parlementaires de chaque Etat du continent africain et le Président de l'Union est élu à la majorité simple par l'ensemble des membres de l'Union pour un mandat de trois ans, avec une rotation pour chaque Etat.

Le Secrétariat Général, composé du Président, du Vice-Président, d'un coordinateur élu à la majorité simple et d'un trésorier, est chargé d'établir l'ordre du jour, d'exécuter les résolutions votées par l'Assemblée Générale et de veiller à la bonne marche des séminaires organisés par les membres dans leur pays respectif.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara