Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Mohammed Bougrine - publié le Jeudi 14 Mars à 12:13

Côte d’Ivoire : Quelle présence pour les entreprises marocaines du secteur immobilier ?




Les relations entre le royaume du Maroc et la Côte d’Ivoire puisent leurs origines dans une amitié profonde et une ferme volonté politique de développer la coopération économique entre les deux Etats. Laquelle coopération englobe divers domaines d’activité.



Anas Sefrioui, Président Directeur Général (PDG) du Groupe Addoha
Anas Sefrioui, Président Directeur Général (PDG) du Groupe Addoha
En effet, il convient de rappeler que le Maroc exporte vers la Côte d’Ivoire plusieurs produits dont les engrais phosphatés, l’acier, le fer, le textile « prêt-à-porter », les produits chimiques et pharmaceutiques, le matériel médical et les produits artisanaux. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire exporte vers le royaume diverses matières premières dont le cacao, le café, le coton, le bois, le caoutchouc et les produits tropicaux.

Le partenariat économique entre les deux Etats a pris un autre élan avec la conclusion par des entreprises marocaines opérant dans le secteur immobilier d’accords de partenariat avec le gouvernement ivoirien. A cet effet, le Groupe Addoha, leader marocain de l’immobilier, a signé, en novembre 2012, un accord avec le gouvernement de Côte d’Ivoire en vue de construire 2600 logements sociaux. Un investissement qui sera réalisé par la nouvelle société dédiée à ce projet, en l’occurrence « Addoha Côte d’Ivoire ». Anas Sefrioui, Président Directeur Général (PDG) du Groupe Addoha a précisé qu’il « (…) ne s’agit pas là d’un simple investissement, mais d’une volonté avérée de faire bénéficier ce pays ouest-africain, ami de l’expertise d’Addoha et de ses processus de production, dont le plus célèbre est le guichet unique ». Pour sa part, Nialé Kaba, ministre ivoirienne de la Promotion du Logement, a souligné que cette convention « (…) entre le gouvernement ivoirien et ce grand groupe marocain traduit la volonté de dynamiser le partenariat entre la République de Côte d’Ivoire et le royaume du Maroc et s’inscrit dans la politique sud-sud initiée par nos deux Etats ». L’accord signé prévoit également un accompagnement en matière d’accès au financement, en partenariat avec des banques ivoiriennes.

En outre, un deuxième grand de l’immobilier au Maroc a emprunté le pas du leader du secteur. En effet, le groupe immobilier et touristique intégré, Alliances Développement Immobilier (ADI), a annoncé, en décembre 2012, la signature d’un partenariat avec le ministère ivoirien de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme pour la construction de 7000 logements dans la ville d’Abidjan et ses environs. A travers ce contrat, le gouvernement ivoirien entend reconstruire la ville après des années de violences. Les autorités visent également à lutter contre la pénurie en matière de logements qui touche la capitale ivoirienne. Rappelons que le coût du projet est estimé à plusieurs milliards de dollars, et que son financement sera assuré par des bailleurs de fonds publics, l’Union économique et monétaire ouest-africaine et l’Etat ivoirien. Les premiers logements verront le jour entre 2014 et 2015.

Désormais, les groupes immobiliers marocains partent à la conquête des terres africaines : les responsables ne cachent pas leur envie d’étendre leurs activités en Afrique. Pour eux comme pour leurs homologues ivoiriens, il s’agit d’un partenariat « gagnant-gagnant » qui va ouvrir de nouveaux horizons et permettre que soient conclus de nouveaux accords relatifs à d’autres secteurs d’activité.  

In fine, les différents accords de partenariat signés entre le Maroc et la Côte d’Ivoire représentent un gage de stabilité des relations entre les deux Etats, qui souhaitent devenir un exemple concret de « coopération sud-sud ».

Mohammed Bougrine
Analyste au Centre d’Etudes Internationales



               Partager Partager