Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



Hanae Berton - publié le Vendredi 3 Février à 16:02

Côte d'Ivoire : Des hackers menacent les services de renseignements après l'arrestation d'un journaliste

None






Le directeur de la publication du journal ivoirien Le Patriote, Charles Sanga, a été arrêté par la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) de Côte d'Ivoire après la publication d'un article sur les dernières élections. Le jour suivant, des hackers ont menacé de publier en ligne des documents confidentiels des services de renseignements s'il n'était pas relâché.

Le gérant et directeur de publication du journal ivoirien Le Patriote, Charles Sanga, a été arrêté le 31 janvier 2012 quand son journal a révélé que le Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire avait décidé d'annuler les résultats des récentes élections législatives dans 11 circonscriptions. Le journal ivoirien Nord-Sud annonce qu'il a été libéré après 24 heures de détention dans les locaux de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST).

Les services de renseignements ont également exigé que Jean-Claude Coulibaly, le journaliste ayant écrit l'article, révèle ses sources.

Avant sa libération, Reporters sans frontières avait déclaré dans un communiqué  :

Si Le Patriote a enfreint la loi en publiant des informations avant l’autorité habilitée à le faire, le journal peut être sanctionné, mais certainement pas par une privation de liberté de son responsable ni de l’auteur de l’article. Conformément à la loi de 2004 sur les médias en Côted’Ivoire, un journaliste ne peut être détenu pour un délit de presse. Charles Sanga doit donc être relâché. En outre, le fait que la DST veuille contraindre le directeur de ce quotidien à révéler ses sources viole un principe élémentaire de la liberté de la presse.

Une attaque d'Anonymous ?

Masque 'Anonymous', photo sur Flickr de luccast85 (CC BY 2.0).

Quelques heures après l'arrestation de Charles Sanga, le site d'informations Les grandes oreilles a relaté que des hackers disant appartenir au groupe mondial et décentralisé Anonymous menaçaient de lancer une attaque contre la DST, affirmant qu'ils diffuseraient des documents secrets de l'agence de renseignements si l'éditeur du journal n'était pas relâché. Sur Twitter, un nouveau compte Anonymous (@An0nym0usLeader) possédant moins de 30 abonnés a publié ce tweet :

@An0nym0usLeader: Libérez Charles Sanga, directeur du journal Le Patriote. Dans 24H nous publierons des documents de la DST ivoirienne #anonymous #cotedivoire

Les documents de la DST ivoirienne que le compte Twitter affirme avoir divulgués ont été postés sur Pastebin.com (un site sur lequel n'importe qui peut publier du texte). Parmi eux, une liste de noms d'agents secrets présumés de la DST et des numéros de plaques d'immatriculation utilisées par cette agence. Le dernier message sur le compte Twitter a été posté le 1er février.

Dans son éditorial sur  l'arrestation de Charles Sanga, Nord-Sud écrit :

A quand la fin de l’arrestation des journalistes pour leurs écrits en Côte d’Ivoire ? Le gérant et directeur de publication du quotidien Le Patriote, Charles Sanga, a été relâché, hier, après 24h de détention à la Direction de la surveillance du territoire (Dst), au Plateau. Ce, après une audition qui a duré plus de deux heures. (..) La situation a inquiété de nombreux hommes de presse qui se posent des questions sur la liberté de la presse sous le régime Ouattara.

 



Source : http://fr.globalvoicesonline.org/2012/02/03/96758/...


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème