Suivez-nous
App Store | © icondock.com
Twitter | © icondock.com
Facebook | © icondock.com
Newsletter | © icondock.com
YouTube | © icondock.com
Mobile | © icondock.com
Podcast | © icondock.com
Rss | © icondock.com


Abonnez-vous à la Newsletter

En ce moment

Nous Suivre
Twitter
Facebook
App Store
YouTube
Rss


#Lemag..ma

Conte simiesque de Syrie : Remugles et pyrosis, prurits nocturnes et contes pervers.

DR IDRISSI MY AHMED - publié le Lundi 3 Septembre 2012 à 11:00


Bachar El Assad, c'est le Lion Humain de Syrie…?
Je vais demander à un singe de m'expliquer ce bazar.


Conte simiesque de Syrie : Remugles et pyrosis, prurits nocturnes et contes pervers.

Le secret de la lumière

Conte simiesque
Remugles et pyrosis, prurits nocturnes et contes pervers.


Chaque peuple, de la Perse à la Chine, des Indes à l'Afrique, a ses légendes, ses parfums éthérées et ses odeurs âcres. Les vieilles civilisations couvrent de mystères et de cultes magiques l'imaginaire des hommes. Resourcements intarissables, creusets de l'homme, on leur doit nos inventions et nos successives renaissances. Nos rêves souvent, alors qu'en ce moment, hélas, ils vivent de vrais cauchemars. Outre la peur, l'humiliation, l'offense et les guerres imposés, ils subissent de la part des leurs démons, le lavage ethnique sous la vindicte millénaire.
On raconte que Jean De La Fontaine a copié ses fables des contes d'Esope et de chez,-nous, les musulmans, qui les avions véhiculées en fait des Indes lors de nos pérégrinations commerciales…Réservoirs humains d'antiques sagesses, on retrouve les contes magnifiés dans notre culture, puisque selon les dires du prophète, pour les sciences, il ne faut pas hésiter d'aller jusqu'aux Indes pour la quête du savoir. Et on y va de ce pas.

Bachar El Assad, c'est le Lion Humain de Syrie…?
Je vais demander à un singe de m'expliquer ce bazar.


Si j'ai soldé les os et les crânes humains et mon ostéologie avec, je garde encore le crâne de Tchita, ma guenon d'Itzer ! Ainsi que quelques vers du soliloque de Hamlet de Shakespeare. To be or not to be, that is the question ! Adolescent, j'ai rêvé de chasses aux Indes et de safaris en Afrique…Sauf que ce sont les rois hispaniques et les princes anglais qui en profitent. Le peuple garde ses rêves, pour d'autres vies et les rois les réalisent de leur vivant et se les appliquent. To be or not to be, alors qui suis-je ? Que représentent pour moi, le monde et la vie ? Si subtiles dans leurs belles et prosaïques ou mortelles complexités ! Ici, donc dans ma région et mon identité, quand mon métier est de soigner alors que je vois des tyrans tuer sans trêve et sans vergogne les leurs. Sous la férule de qui on sait, parmi les démocrates et richissimes des humains civilisés. Quoi comprendre et où est la vérité ?
A mon âge, je ne sais rien. Les gourous, là bas, les sikhs et les faquirs, sont des pilotes à leur manière, des guides. Faute d'avions ou d'ailes, ils façonnent nos tempéraments, nos caractères, nos conduites, nous dirigent des fois, et tirent nos âmes vers d'autres zones, là où nos sens habituels n'ont pas de prise.

Un revenant ou un avatar ?

Spectral souvenir de sa défunte amie…J'avais perdu de vue ce maître des ailes, doté par la nature et sa fonction de long courrier et dont le zèle s'exonérait de loin. Un sage, qui resté jeune et constamment à la conquête de la vie est toujours en quête de perfectibles moitiés. Elles sont nombreuses, ils les tirent à tir d'ailes, ces âmes effarouchées des fidèles, qui oublieuses du corps, n'ont de besoins que de servir autrui en le servant avec amour et fidélité. Esthétisme mystique, les couches des gourous sont comme des salles de classes. Des aérodromes du ciel, où l'on apprend par l'extase et le don de soi, à sortir du corps pour accéder aux sens les plus fins, vers la paix et l'oubli, dans les contrées imaginaires. Actes de dévotion et de piété, occultes et intimes, qui ne sont pas si rares, mais qui sont à l'origine même de la vie et de grands émois.
Parlant des gourous, on les imagine souvent ces maîtres, à moitié nus, halés imberbes ou très barbus. On les voit, qui contorsionnés, qui marchant sur les cendres ou nageant parmi les cadavres et les fleurs dans le Gange. Clichés multicolores, ou scories nauséeuses, la vérité est là. Elle est multiple, gluante et glauque, ensorcelante et majestueuses. Simplicité et dignité, tout est en question, en Orient ! Orient magique, splendide et magnifique.
Tente-huitard invétéré, preux conquérant de la chair gratuite, mieux habillé que ses congénères, le culte anglais, sa vision à l'américaine, avait fait de ce pilote des dieux, un marabout. Un homme qu'on loue pour ses services. Lui qui était le messager, le coursier des divinités vivantes ! Ses orgies aériennes à leurs services, ses litanies éthérées, l'ont rendu à la fois sage. puissant et fier. Ça se sentait en lui. Mais astreint au devoir de réserve, il ne s'en ventait pas. Ses expériences multiples dans les hôtels internationaux, les congrès et les gites étoilés, l'ont conservé toujours aussi jeune. On dirait qu'il jouxtait Jouvence en buvant souvent de son sein.

Le crépuscule des sages

Cette éthique, cette thérapie, peu de gens la partagent en fait. Ces gourous ont une sorte d'aura, la baraka. La mémoire persiste sur les sables de Skhirate et les terres de Témara d'un homme de cette trempe. Ce guérisseur miraculeux, Cheikh Mehdi Toubi n'était pas un Toubib. Vrai charlatan ou pseudo fakir, que Dieu me pardonne si je me trompe, ou qu'Il me donne ses dons s'ils étaient vrais.

Entre parenthèses.

Il drainait des milliers de malades. Et des plus graves encore. Qui par dépit ou par défi, qui par espoir ou crédulité, ou simplement par la quasi gratuité et le déficit du système de Santé? Une cour des miracles, alors, qui faute de parvis avait occupé toute la ferme comme esplanade. La place de la Résurrection de Mme Student devait ressembler à ce paysage-là. Une effervescence, une fièvre, un magnétisme qui enflammait d'espoir une foule Innombrable vivant dans un état second. Là, le miracle s'obtenait dans le souk, avec des pains de sucre. Et la baraka pénétrait les bouteilles d'eau minérale même fermées !
Si ce ne sont pas des miracles, c'est de l'escroquerie tolérée par les autorités ! Un commerce florissant, concédé par le Makhzen, à en croire les détracteurs impénitents de celui-ci. Les gens étaient heureux de trouver, faute de santé laïque correcte et d'écoute profane attentive, une vision miraculeuse, une mission affable, quasi mystique émanant de l'Au-delà!

Loups loufoques

Rien à voir avec nos misérabilissimes Taïbi et autres Kader Kada. Ces esbroufeurs, malins et pervers et sournois, des loups, non des hyènes, sont de la race des escrocs et des maraudeurs. A l'instar de ces Sabires et ces Nabils, des quidams hypo lettrés, mués en vrais journalistes ou de faux scientifiques. De véritables docteurs qui vandalisent leurs professions. Des ombres qui hantent les malades, des incubes qui les exploitent. Qui les cabinets, qui les cliniques, qui le TPA, en fuyant leurs charges premières dans les hôpitaux publics. Appelez l'avocate Baddou, la pourfendeuse des cliniques ou son réanimateur El Ouardi et alter ego, ils vous le diront.
L'un vend l'air, les autres ventilent les soporifiques, mais tous sucent le sang ! A l'instar des taxes scélérates sur les maladies, que sont ces taxes de Douane et la dime TVA et que nous dénonçons ici aussi âprement. Impôts ignobles imposés sur le matériel médical et les médicaments et que ne paient que les malades dans le plus beau pays du continent. Les Gueux sont exploités par le fisc dans leurs situations les plus morbides. Infâmes iniquités.

Conclusion préliminaire

Chacun donc ses fidèles et ses proies, entre la foi et la perfidie, on saigne ou on soigne les quémandeurs de santé !

Passons au conte allégorique.

Voici donc que notre gourou bienséant, l'anecdote ou la blague faciles. Avec lui, le plus souvent comme acteur et héros. Aujourd'hui, il me sort une véritable histoire. Un conte quasiment vrai, que je me fais le plaisir de partager avec vous. C'est à la fois un symbole et une sentence. Une métaphore mystique même qu'il s'agit là de véritables animaux.
C'est l'histoire indienne d'un vieux lion qui a crevé, au point de laisser des nuages de mouches envahir l'Asie, parce que personne n'osait s'en approcher, de crainte qu'il ne faisait que le mort pour punir les curieux et sévir sur les impudents. Et on sait les vrais lions rares aux Indes. Les derviches de la forêt, véritables druides aryens, décident d'élever à sa place un singe. Un jeune singe, dont il était le compère, le fils et le petit ami. On lui fit allégeance, une charge honorifique, par révérence et fidélité, en guise d'attachement pour sa charge et de courtoisie pour son honorable fonction. Car il faut bien un emblème pour représenter le peuple et les animaux vivants dans cette forêt. Pourquoi pas le compagnon du dernier lion de cette planète ? Ce singe de son état, qui de disciple et amuseur, était devenu son servant zélote et véritable fils.
La forêt n'a pas les mêmes valeurs que la ville. Le complexe d'Œdipe, on ne connait pas. Un lion peut bien féconder sa mère et devenir le frère de ses fils, après avoir comblé les sources dont il est lui-même sorti ! Pour les chiens, c’est pareil. Un autre peut manger ses petits. Si nous n'allons pas entrer dans leurs intimités familières ou carnassières, nous avons l’hésitation humaine du choix des exemples. Comme là, sous Assad en Syrie, ou hier en la belle Europe, sous Hitler. Et j'en ai vu qui parlaient indécemment pour défendre leurs xénophobies karcheres*, d'identités puristes et de civilisations supérieures et arrogantes rehaussées !

Pour ne pas l'oublier

Et pour revenir au cas du cheikh Tourabi, s'il a servi d'une certaine manière à la demande populaire antinomique de l'éthique du conseil de l'ordre, telle qu'elle a été laissée se développer que l'on a confortée…Et si certains fidèles en furent soignés? d'autres ont pu être déçus ou ont vu leurs cas carrément aggravés ! Même les prophètes de Dieu, pour leurs miracles n'eurent pas une aussi florissante industrie, ni de si belles et innombrables prouesses! Alors, le cadre de la médecine me laisse désespérer. Qu'en est-il du reste ?

Qui mettre à la place du roi lion ?

Voici donc que le gourou aérien, me raconte l'histoire d'un lion qui vivant aux Indes, disais-je était mort, laissant à sa place, un simien, faute d'héritier de la race superbe… ou supérieure, et de l'essence féline….ou divine ! Un singe à queue et aux fesses rouges à la place de la crinière fournie et blonde. Un singe qui faute de gronder à faire trembler les arbres se met à crier et à sautiller de branche en branche ! Un primate de la plèbe, à la tête de la monarchie. Cela s'appelle en langue scientifique de l'involution. Adieu les lions des Indes comme vous qui hantiez l'Atlas. La honte tue plus que l'extinction des espèces !
C'est vrai que ce n'est pas une bête cocue à corne, ni un animal de trait ou de corvée aux pattes sataniques et fourchues ! C'est vrai que l'éléphant à ivoire et le tigre rayé eussent pu faire l'affaire. Mais leurs détracteurs, ces serpents qui sifflent sur nos têtes, sont de mauvais augures et de vils conseillers…Des comploteurs qui veulent devenir vizirs à la place des vizirs ou présidents à la place des rois. Pour peu et pour profiter plus, ces agitateurs auraient placé un chameau à la tête de la république, pour lui monter sur le dos. Ou carrément une poule, féminité ou hermaphrodisme obligent, pour contrecarrer les amis de Benky, afin de leurs marauder leurs œufs dorés ! On ne voit pas une poule faire face à toute la jungle, même si nos rues sont infestées de vampires, ni un chameau gronder face à un fauve qui fait le zouave dans sa quate-quate*!

King Kid, le singe-lion

Ne déplaçons ni le discours ni la scène, malgré les alluvions et les jets de pierres. Allusions ou illusions, je ne sais quoi écrire et valsons sur la vague lyrique…Il faut dire que le Livre de la Jungle n'était pas encore écrit par Rudyard Kipling et qu'il n'a jamais soufflé à Baloo de chanter : ''Qu'il fait peu pour être heureux.. !''. Là, il n'y avait nul besoin de constitution écrite. Ici, au vaste et fidèle pays du Commonwealth, l'Inde, c'est la reine, God save the Queen, qui régit les âmes des fidèles. Pas besoin de votes ni de papiers aux urnes non plus, pour fixer les traditions et rendre les us garants de la dynastie et de l’hérédité. Le tort vient en fait ou du fait du Lion. Sa Majesté, elle-même. Mais qui peut critiquer le lion sans en être bouffé ? Lui, qui par suffisance avait malgré son grand harem, refusé les soins des sages qui lui avaient conseillé, jeune de se méfier des lionnes, de leur sida, du café, du tabac et du cholestérol…Et de se protéger le sceptre pour ses multiples usages. De se soigner contre la stérilité et les autres maladies transmissibles, qui viendront mettre fin à son génome, à son espèce et sa dynastie.
Depuis, aux Indes, il n’y a plus de lions. Ils sont effacés ! Il ne reste que des cornacs, juchés sur les éléphants transformés en chars de fêtes, souvent avec de fausses défenses, des prothèses ! Celles en ivoire leur ayant été sciées et vendues. Les éléphants, domestiqués hélas, sont devenues des bêtes de trait, utiles en forêt pour la dévaster et pour transporter les billes de bois vers les clairières…Sont-ce des zèbres ou des zombies ? Quelques tigres apeurés et disciplinés, ne sont plus bons que pour la photo ou la parade. Le prédateur les ayant soumis, ils sont devenus des végétariens, par contumace. Les indous ne vont pas leur donner leurs vaches sacrées en pâture ! Souvent logés dans les réserves et les zoos des pays étrangers, l'homme a avili l'homme, l'homme cet animal, a humilié et flétri les hôtes de la forêt.

Sa Majesté Macaque Premier

King Kid, est le nom de notre roi singe et lion. Sa devise est de :''plaire et rire de la vie''. Se croyant être devenu le phénix de ce bois, voici donc le coquin et le sage…Le Singe, qui se pavane comme un paon. Amuseur de la compagnie, ses grimaces ne font rire que les siens et pleurer l’humanité… de la savane. Timide en fait, il ne montre ses facultés qu’aux proches de parmi ses amis. Son sport favori, ses façons de donner justice sont de rire et de grimacer, de moquer, de sauter et de danser. De s’exhiber nu en public en s’amusant avec son sexe, comme pour se masturber...Et pourtant, quoi de plus naturel et d’instinctif que de monter les guenons de sa cour ! En guise de tendresse, au lieu d’épouiller comme de coutume ses proches, il les mordait le Singe-Roi jusqu’au sang, en grimaçant. N’est-il pas le roi de ses sujets ? Les sévices du roi sont une bénédiction pour l’animalité ! Hauts concepts de la vie et de la philosophie, que les animaux ne sont pas encore prêts de partager, avec ces humains, qui n'ont rien compris.
Le prurit, les eczémas, les moustiques et les tiques le hantaient, le Roi, démocratiquement et autant que les autres ‘’ fauves’’ du bois. Il n’arrêtait pas de se gratter et c’est la source de son tempérament de mordeur et de son instabilité. Quitte à se dépouiller, le singe princier est pourtant affectueux. Il offrait à chaque occasion avec largesse ses dons à ses proches amis. On l’a finalement poussé à se marier avec l'une de ses amies, car il lui fallait un prince héritier pour assumer la sauvegarde de la dynastie. Peut être qu’il donnerait naissance à un vrai lion, un félin, un fauve, pour ressusciter la lignée. Un garant, quel que soit son teint, pour sauvegarder les tribus dans leurs biens, leur unité et leurs quartiers !
Cet état de grâce vint avec beaucoup de largesses dans la forêt. Il plut, il fit chaud, il poussa des fleurs et des fruits. Les cadeaux fusèrent, des arbres et du ciel. Tout le monde en fut joyeux ! Car il se maria enfin et il y eût le changement et la joie. Mais sans quitter aucun de ses vieux copains. Et c’est pour cela qu’on l’aimait…

Ces misères de cour

Souverain décontracté, on le divinisait, on le côtoyait, on le choyait, de plus en plus, car il savait sourire et donner. Sauf que certains l’aimaient si tendrement qu’ils lui arrachaient littéralement la peau des fesses et les poils, le laissant glabre par endroit. Un singe sans poils, va avoir froid et se brûler au soleil et puis ce n’est pas aussi beau ! Un singe sans toison, c’est la honte pour toute l’humanité. Ces animaleries, ces niaiseries de gosses de la part de ses copains l’ont dévasté et dénudé. Tout le prestige s’en va sans le pelage.

Comment voler encore de branche en branches,

Comment donner sa justice, là, dénudé et sans vêtements ? Caustiques et caricaturaux, les copains de sa famille, qui l’ont dépouillé et pillé, humilié et sapé, se moquent encore de lui et ricanent de sa nudité. L’un d’entre eux lui souffla même de le laisser faire La Justice à sa place. Pour s’enfermer en paix dans ses joyaux et emblèmes royaux, afin de ne pas se laisser voir par la masse animale. Ce peuple, qui ne cesse de crier, de critiquer et de quémander ! Et puis de le laisser honorer ses femelles, pardon ses dames, à sa place, pour le remplacer, le temps que sa toison royale repousse et qu’il soit, SM, moins effrayant…Un autre lui offrit d’aller tuer son frère, Abel et de se couvrir de sa peau, comme d’un masque ! Le temps que ça repousse aussi ! Mais personne de ses vieux compères ne lui fit l’offre de son propre cuir ! Dieu, protégez le roi de sa famille et de ses amis !
Les cèdres millénaires sont un vaste temple dédié au dieu Shiva. Les feuilles de cet arbre sont une divine médication. Il a suffit au macaque de s’écarter de ses mauvais conseillers et de se frotter aux feuilles pour faire repousser les poils du roi. Superbe crinière, il y en eût des poils sur la face, pardon des cheveux, sur le dos, sur le ventre et sur la queue, à recouvrir même son illustre et bienfaisante quéquette. Laquelle depuis un moment ne lui servait à plus rien. Brahma l’avait entendu. Brahma, c’est le Bouddha des Indous. Pour un peu sa crinière dorée allait devenir aussi épaisse que celle de son défunt prédécesseur et ami, Le Lion ! Grâces soient rendues aux divins cèdres ! Je n'ai pas dis vin ou cidre !

Le sexe dans la religion chez les indous

Les ruines d'à côté, envahies par la forêt, montraient dans les bas reliefs des façades et des murs intérieurs, des scènes érotiques aux postures variées. Des statues d’humains, nus figurant leurs ébats sexuels. Véritables bestiaires où les humains empruntent toutes les positions de leurs corps, pour s'aimer physiquement, coïter et engendrer. Quoi de plus vrai ? Quoi de plus naturel, enfin ! Qui accroupis, qui assis l'un sur l'autre, qui couchés en sens inversés, tous s'adonnent en spectacles plus moins cocasses aux pieux visiteurs du temple. Allez imaginer ça dans une mosquée, en pays de Pharaon ou sur les murs d'une synagogue, chez les affidés de Moïse, fussent-elles aux Amériques !
Figés dans des positions lubriques et sur la pierre, Dieu sait depuis combien de siècles, elles doivent repues et plus que satisfaites, mais aussi coincées qu'ankylosées ankylosées. Emouvantes fidélités, inscrites à jamais dans l'éternité. Le singe eût honte en les regardant pour s'en inspirer quand même et s'amuser alors que les lions les ignoraient par décence et les trouvaient osées et incongrus. Et dire que cela figure dans leurs bestiaires de livres et sur les murs de leurs temples religieux ! Le comble de l'exhibitionnisme est d’en devenir divin ! Est-ce que l'amour n’est pas un rite religieux, une pratique de la religion qu'on oublie de pratiquer dans ce registre sacré, par pudeur ? Alors que c'est une forme de vie, une fonction vitale qui est à l'origine de la vie, et qu'il faut manifester, avec franchise et dignité, pratiquer au su et au vus des mammifères, sans fausse pudeur, sans abris et sans hypocrisie ?

L’homme dans ses privations délire et tue…

Nous, les fauves et les mammifères de la forêt, nous ne véhiculons guère ces meurtres et ces complexes. Nous sommes plus libres ainsi. Nous faisons autant de coïts que nous voulons, avec tendresse, sans violer personne, de bon grès et sans rien payer. Rapides ou ininterrompus, nous coïtons sans compter, wa errazq âla rabbi ! Quel mal y a-t-il à manger, dehors devant les gens, en public, plutôt que de le faire cachés ? Nous ne forniquons pas, nous obéissons, par les voies naturelles à nos hormones et nos humeurs, pour prolonger l'espèce à travers le don de la vie. On nous traite de fauves et de bestiaux ! Il faut croire que pour les humains, (qu’ont-Ils de si humain ?), nous autres les animaux, nous ne serions pas si évolués que ça et que nous n'avons guère de leçons de conduite à leur donner ! Mais, aujourd'hui, on se libère et on libère les femelles aussi.
Ainsi donc, loin des foules, des potentats et des autocrates, notre roi de la jungle était doublé d'un artiste-danseur, philosophe de surcroît. Adepte de Brahma et de Vishnou, entouré d'une cour d'adeptes et d’adorateurs, faite de ministres et d'amis, certains l'aimaient, d'autres l'appréciaient pour la bouffe, les affaires ou les gros cachets ! Pourquoi les traiter de ‘’cachés’’, ces salaires s'ils sont mérités ? Ou, s’ils sont payés en monnaie de singe, a fortiori ? Évidemment à leur lionnistique* et caudales effigies ! On n'a pas les amis qu'on mérite. Une monarchie, c'est comme une ruche d'abeilles. Il y a des individus qui piquent, d'autres qui volent, pendant que d'autres font du miel.
Et l'Inde, ce continent aux couleurs féériques, dansait, chantait, faisait l'amour, priait ou se chamaillait avec les musulmans, à cause du cache-misère, du Cachemire. Mais jamais entre les castes ou les vaches, les vraies à cornes ou les porcs, que religieusement on se devait de respecter.

La sagesse des trois singes

Il fait bon de suivre la sagesse et les préceptes des anciens, à la lettre, pour réussir dans l'éducation, la guerre ou la diplomatie. Oublier ses humeurs, ses problèmes personnels, pour diriger sans surprendre et mieux guider. Notre singe arrivé au pouvoir depuis quelques années, à la surprise de tous, savait garder les yeux fermés, la bouche close et les oreilles bouchées. La sagesse des 3 macaques, il la connaît. Il savait écouter et parler, sans violence et décider par la suite, sans préjugés ni partis-pris et surtout sans se hâter. Son secret et sa conduite, son rituel était de ne pas avoir peur des étrangers, mais de les surveiller, des les admettre, voire de les aider, mais sans rien exiger d'eux et sans céder à leurs lubies.
Les serpents hypnotiques et les crocodiles aux dents acérées, il les connaît, les porcs et les loups, les ploucs et les apaches, Gandhi, Rama et les anglais aussi ! Ils les fréquentait de loin. Un mystère de la communication, dont il a le secret ! Sa conviction de sage est de tout connaître pour se méfier et pour dénicher les dangers ! Il avait une culture et des informateurs, des confidents et parmi eux, des conseillers !
Il les fréquentait de loin, par appréhension qu'ils ne détruisent la forêt ou qu'on la leur donne aux colons, qu'on leur vende pour rien, à son insu et qu'on érode son trône et l'adhésion de ses sujets, leur amour aussi ! Sa force revenue, était sur son peuple instaurée. Sans racisme ni discrimination entre les races, tout le monde l'adulait dans la forêt, ou presque.

Un roi de la jungle investi, en vaut deux.

Il se méfiait de ses adorateurs plus que de tout. Il appréhendait les faussaires et les hypocrites, les profiteurs et les affairistes, les bigots et les objecteurs, ennemis de son régime et des libertés qu'il savait donner et faire respecter. Il aimait rester pudique et discret. Rarement ses colères étaient manifestes, sauf s'il devait pour l'exemple les publier pour corriger. Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à danser, se plaisait-il à répéter. Il était plus qu'un sage, un singe ! Capable de jouer un rôle, prenant la vie pour ce qu'elle est !
Un roi averti est comme un dieu pour les sien. Disait-on pour gouverner les hommes…Lui, il n'y croyait pas tant. Il n'était qu'une âme, il avait une mission, et c'était là son seul souci. Vivre et laisser vivre, protéger et se défendre sans besoin des tuer. Passer le relais, donner ce qu'il y a de mieux à son peuple sans détruire la forêt. Et c'est comme s'il avait appris les sentences et les aphorismes, les versets écrit par les humains sur les murs du temple, qui git là, sous les pieds des grands arbres. Un patrimoine qu'on pilonne, un musée que l'on pille, un mausolée en train de tomber en ruine. Ces images et ces méfaits le révulsent. Les singes sont les gardiens des temples en Inde. On les nourrit d'offrandes pour cela. C'est pour cela qu'ils n'ont pas besoin de chasser.

Roi de la jungle et ancêtre des hommes

C’est une chance pour les fauves d'avoir ce refuge à proximité. C'est comme si Dieu leur parlait pour leur donner la sagesse. C'était leur parapluie, face aux puissances du ciel qui des fois donnaient de la voix et grondaient, menaçant de liquider tout le peuple simiesque en abatant ses refuges, les arbres, sous les trombes d'eau.
Il n'a pas de palais, le roi des singes, où il pourrait se protéger. Que faire, quand SM, elle-même est menacée ? Alors qu'il est supposé protéger les autres. Tout est vanité. Personne n'est à l'abris éléments dans cette forêt indienne. L'Inde qui est en paix et qui n'est guère menacée par ses adversaires, ses voisins ou des ennemis ! Lui, le roi élu et choisi, se devait de protéger et de guider le peuple vers le bonheur, la paix, le sexe, la nourriture à bon escient sans excès, la cohésion sans discrimination entre les mammifères, les reptiles, les insectes, les arbres et les fauves. Son peuple polyglotte aux multiples couleurs vivait dans l'égalité. Ses adeptes, ses zélotes inclinaient à son passage leur cou, en signe de respect, attendant de lui, une morsure gentille, une banane sauvage, un cri aigu et fier, un mot, un geste de la main ! Comment appelez-vous les mouvements de la cime, des branches et des troncs que font les arbres sous le vent ?
Ses colères comme ses sourires, sa baraka, ses bénédictions, étaient une aubaine, un onguent et de la lumières qui revigoraient l'âme qui parmi les vivants. Qui refuserait de faire parti de ce cercle de privilégiés, où l'on ne manquait ni de droits ni d'agréments ? Vigilant, le roi des animaux ne devait pas faire de jaloux (car il se ferait des ennemis ainsi ) et les mérites étaient publiquement décernés. S'il prend rarement des vacances, on prétend que c'est par peur d'aller si haut. La peur du ciel et des orages, la peur des dieux et de l'inconnu, ou de la hauteur et des avions ? D'aucuns disent que c'est par crainte de laisser la chaise vide ! Pour ne pas subir le sort des républiques, qui ont vu leurs dirigeants sauter ! S'il parle peu et s'il sort dehors si peu aux congrès, c'est pour ne pas tenter le diable et pour s'éviter des parlotes inutiles et des confusions, des amalgames avec les tyrans et les despotes.

Adam, version primate

Il refuse de sortir de la forêt, inutilement, pour demeurer près des siens, à leur écoute constante. Les rois des Indes et les Maharadjas ont quasiment disparu. Mais le singe à queue lustrée, le macaque au poitrail blanchi, vit plus comme un moine, un gourou et un sage, qu'un prince sanguinaire dans sa forêt.
S'il refuse des jeux ou des ébats charnels inutiles, s'il ne copule que lors des ruts prescrits, c'est pour le rite et la bonne gouvernance, pour la communion avec son espèce et celle ses assujettis !
Car depuis la mort du Lion, son père spirituel, il a beaucoup muri et longuement réfléchi. S'il consomme un fruit et qu'il fasse la diète, c'est qu'il a le don, le sentiment de devenir comme Adam. Un homme nouveau, entier, pourvu qu'il n'écoute point les sifflements de Satan et qu'il évite les pommes de cet arbre interdit. Cet arbre qui découvre la nudité, la concupiscence et l'amour instinctif des excès en toutes choses et l'attirance vers les interdits. Et il sait que les serpents, c'est leur sort de servir comme agents du Diable et de rester toujours à l'affut.

Le secret de la lumière

Est de voir où nous marchons. Pour nous, vestiges des humains, le Diable on sait qui c'est. Même si on a la chance de ne pas le rencontrer…Il n'est qu'un symbole, celui des grandes puissances. Pas les States, la Chine ou la Russie, celles des ténèbres. Et pourtant, Lucifer, est ''le porteur de la lumière'', selon l'étymologie de son nom. Voire le porteur, issu du feu ! Demandez aux soufis et aux astrophysiciens, ceux du boson de Higgs ! Alors les plus illuminés, les plus intelligents, seraient nos vrais ennemis ? Aie !

Sauf que là, si bas et si loin

et sauf votre respect, monsieur le Maire, je vais vous dire : "qu'entre deux merdes, il y a toujours des crachats à éviter ". Sur nos sentes forestières, pardon on est sorti du conte, je veux dire sur nos avenues du Centre Ville, quand on a l'heur de marcher encore, debout, à pied, on fait de tristes rencontres. Là dans l'entrechoc des cafés et des voitures, qui comblent les trottoirs, sous votre regard de responsable. Là, sous les feux des scanners inquisiteurs, de ceux qui occupent les ruines et les restes de nos artères vomies. Là, on n'est sorti de la ville, de l'urbain, de l'humanité, la citoyenneté pour râler. Ne nous demandez plus d'aller voter. On remplira les urnes d'urines prostatiques, de cailloux et de menstrues embaumées. Et c’est pour cela que les singes doivent rester sur là haut, sur les branches, dans leur verdeur éthérée, au dessus des hommes, du courroux des lions, des armes et des mêlées !
Je sais que vous ne me lirez pas, mais je vous laisse la paix dans ce zoo, où les primates sont nos meilleurs frères, nos ancêtres pour demain, peut-être !

Les Chroniques différées de Mme Student
Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 1er Septembre 2012



           



Vous aimerez aussi :
< >

Vendredi 18 Avril 2014 - 19:42 L’Algérie ; une scène sans précédent

Actus | Société | Economie et Entreprise | Sport | Focus | Cultures | Libraire | Médias et Tech | Analyses | Chroniques | Interviews | Lemag | Le Courrier