Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Mohammed Jaabouk - Ya biladi - publié le Dimanche 3 Avril à 02:08

Conseil de sécurité : La présidence chinoise pour l’examen du dossier du Sahara devrait plaire au Maroc




Le dossier du Sahara occidental sera à nouveau examiné par l’ONU en avril. A cette occasion ca sera la Chine qui assurera la présidente tournante du Conseil de sécurité. Pékin espère aboutir un prolongement du mandant de la Minurso pour une année supplémentaire sans trop de problèmes.



Depuis hier, le Conseil de sécurité à un nouveau président. L’Angolais, Ismael A. Gaspar Martins a cédé le témoin au Chinois Liu Jieyi. C’est plutôt une bonne nouvelle pour le Maroc alors que les Quinze examinent, dès le 15 avril, la question du Sahara occidental. La neutralité de Pékin est une position qui sied à Rabat contrairement à l’alignement de Luanda sur les thèses du Polisario. Le régime de l’inamovible président José Eduardo Dos Santos reconnait effectivement toujours l’autoproclamée « RASD ».

Dès sa première sortie médiatique, Jieyi a tenu à rassurer la partie marocaine sur les intentions de son pays. Ecartant une possible escalade des tensions, si chère à Ban Ki-moon, et sur un ton apaisé il s’est dit confiant en la prorogation du mandat de la Minurso pour une année supplémentaire. Un objectif qui « se fera sans grandes complications. Nous croyons que c’est réalisable », a-t-il déclaré.

Pékin parie sur la diplomatie
« Notre ambition, comme président du Conseil de sécurité, est que le thème sera résolu doucement » et qu’au final « il y aura un renouvellement du mandat de la Minurso », a espéré le représentant permanent de la Chine aux Nations Unies. Durant son passage devant la presse, le Chinois a évité de révéler si le budget de la mission onusienne au Sahara subirait une baisse durant le prochain exercice, du 30 avril 2016 au 30 avril 2017, suite à l’expulsion par le Maroc de membres de la composante civile et politique de la mission.

Liu Jieyi s’est contenté d’une réponse laconique, affirmant qu’ « un tranquille prolongement du mandat signifie un prolongement du mandat actuel ». Le diplomate a fait, ainsi, l’impasse sur la crise entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU. Un autre message directement adressé au Maroc.

La Minurso sera l’une des principales questions examinées par le Conseil de sécurité en avril. Le 15 du mois, l'instance internationale tiendra une session du comité des pays qui contribuent à la mission en termes d’effectifs. Les Nations Unies sont appelées à combler le déficit engendré par l’arrêt de la contribution volontaire du Maroc, estimée à 3 millions de dollars, dans le fonctionnement des casques bleus. Le 27 avril, les Quinze se réuniront, à huis clos, pour des consultations sur l’opportunité du renouvellement du mandat de la Minurso. Celles-ci se concluront, trois jours plus tard, par l’adoption d’une résolution du CS.

Source

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».