Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Khalid Benslimane - publié le Mercredi 21 Septembre à 11:13

Conne mémoration...!




Inouï ! nous venons de commémorer le « naïne illèveune », avouant sans honte notre alignement avec ces hauts lieux de la pensée commune qu’est ce réceptacle sacré de la vérité, la seule religion certifiée «authentique» et au culte de laquelle s’adonne la majorité béotienne de l’humanité : la télé !



Conne mémoration...!

Nous avons eu droit à un film du genre « mars attack » où les martiens se révélèrent être les cousins éloignés des compagnons de sir lawrence. Tout comme dans toute mémorable commémoration qui se respecte nous avons eu droit à l’inévitable débat sur cet évènement phare du sacre de la connerie mondialisée. Des bas avec beaucoup de hauts moments d’émotions où nous avons fait Notre Mea culpa, comme il s’attendait de nous, nous accordant enfin à reconnaître que les méchants dans cette histoire c’était bien nous et rien que nous...enfin une partie de gnous qui n’avais pas eu le bon accès aux rudiments de base de la sagesse et à qui il est demandé de relire sous un autre angle, disons plus éclairé, les textes sacrés afin d’en saisir toute la dimension œcuménique dans le partage du bien…et surtout des biens.


Notre image va donc si mal comme le décrit avec beaucoup de pertinence Mouna Hachim dans un de ses récents articles ? Je ne pourrai que lui répondre qu’hélas les solutions envisageables sont plus faciles à formuler qu’à entreprendre tant nous avons pris un sacré retard en matière d’occupation de l’espace médiatique mondial. Si l’image n’était déjà pas des plus reluisantes comme elle le dit, le bug du siècle fut franchi un 11 septembre grâce à la plus grande arme de destruction massive que l’humanité ait vêlé : la télévision qui fragmenta les tours, inlassablement, essaimant leurs briques dans les milliards de cervelles désormais disponibles


Aussi, le mur de berlin n’a chuté que lorsque il fut certain de nos capacités mutuelles à ériger, mentalement, nos propres barrières moyennant la nécessité de ce reformatage étendu… pré requis nécessaire pour entrer de plein pied dans l’ère de l’universalisation de l’espèce charriant paradoxalement sa contradiction criarde du repli identitaire


Le pernicieux travail de fond bâti sur les pilotis d’un orientalisme dénaturé et fourvoyé de sa vocation humaniste première trouve enfin son sacre dans l’idiotie d’une commémoration sournoise du 9/11 dans les rangs même de la première victime de l’écroulement des tours du world trade center : le monde musulman…


Déjà ce terme « monde musulman » par lequel s’adressait Obama principalement aux nations arabes renvoyait de manière bien erronée beaucoup plus à la notion de clash qu’au dialogue des civilisations. L’utilisation de ce terme poussait à renforcer l’amalgame que dans une grande partie de l’occident, on en était encore à confondre l’islam en tant que religion et l’islam en tant que civilisation.


On constate aussi l’émergence, sous le verbe d’autres chantres du vivre ensemble et sous de grandes claques amicales sur le dos, d’une autre définition toute autant fausse que vide de sens en la formule d’une « société multiculturelle » ne faisant que mieux renforcer le communautarisme au lieu de le combattre. Dès lors tout débat à propos du sujet ne peut être que dangereusement biaisé, amenant vers une attitude « clanique » de part et d’autre, là où il n’aurait fallu qu’unité limitant la divergence à sa simple expression d’opinion.


Sans doute que cette autre formule (made in America) du « avec nous ou contre nous », définissant la marche du nouveau monde favorisa-t-elle l’amalgame en cette matière, amenant la bonne intention à vouloir remplacer le clash des civilisations par le dialogue des civilisations. Mais le problème n’est pas le mot clash mais le mot civilisation lui même. Aujourd’hui, est ce que l’on peut dire qu’il y a deux civilisations différentes ? On a des religions différentes, et ces religions différentes s’expriment dans une même civilisation. Elles ne sont pas extérieures. Ainsi le jeune musulman qui rentre au parti travailliste, pour se faire élire député du coin, n’agit pas comme un pakistanais. Il agit comme un citoyen britannique de confession musulmane.


Dans un tel contexte changer les choses ne relève plus de la seule volonté des peuples musulmans et comme Mouna use d’un bon nombre de verset pour étayer sa vision je n’userais que de celui là pour étayer ce qui devient de plus en plus évident venant briser tous mes rêves d’universalisme à la noix :
« Tu ne seras agréé ni des juifs ni des chrétiens que lorsque tu auras suivi leur confession » (sourat al baqara verset 120).


Et tout le monde sait désormais que la confession du monde Judéo-chrétien c’est la sacro sainte démocratie…


Devenue en quelque sorte la civilisation de référence, la civilisation occidentale a placé les autres dans une position périphérique. Modernisation est devenue synonyme d’occidentalisation, et cette réalité a pu être vécue de manière douloureuse par ceux nés au-dehors. La notion de modernisation suspectée d’être beaucoup plus une américanisation par la quasi-totalité des autres états – même en France et bon nombre de pays européens – est perçue comme le « cheval de Troie d’une culture étrangère dominatrice ». Le sentiment est d’autant plus fort hors de l’occident. Un sentiment qui se traduit par l’impression de vivre dans un monde appartenant à l’autre, dont les règles sont édictées par l’autre. Un sentiment servant de manne aux extrémismes de tous poils


A mon humble sens, si civilisation globale il devrait finalement y avoir elle ne doit pas apparaître exclusivement américaine, ou française, ou japonaise, ou iranienne…etc. Il ne doit pas y avoir d’un côté des émetteurs universels, de l’autre des récepteurs. Il faudrait tendre plutôt vers un principe de réciprocité. Mais s’il faut refuser la tentation hégémonique, il faut également refuser la tentation du dépit : ne pas se conforter dans un rôle de victime. Le monde n’appartient à personne, il faut avoir l’ambition de s’y inscrire. La mondialisation menace la diversité culturelle, certes, mais comme le dit si bien Amine Maalouf :


« le monde d’aujourd’hui donne aussi à ceux qui veulent préserver les cultures menacées les moyens de se défendre », Elle (la mondialisation ) n’est pas l’arme de quelques-uns contre tous mais une « immense arène, ouverte de toutes parts »


Malgré toute l’indignation et la colère qu’engendre en moi le sentiment d’impuissance face à cet état de chose, je reste convaincu, tout comme Mouna, que l’humanisme reste notre seul, je dirais même notre dernier rempart contre les pratiques inhumaines et les injustices qui continuent à défigurer l’histoire de l’humanité…sauf qu’avant, puisque il semble trop tard pour que l’on puisse reprendre pied sur un plan politico médiatique, il va falloir sans doute que l’on se tape une bonne fois pour toute sur la gueule ou bien rester là à commémorer les multiples manifestations de la connerie humaine et attendre que l’on nous pacifie à tour de rôle au fil des saisons arabes …



               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles