Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - publié le Samedi 12 Mars à 09:38

Commissions des Affaires étrangères au Parlement :Les déclarations de Ban Ki-moon sont provocatrices et partiales et toute solution outre que celle de la proposition d'autonomie exposera la région au danger




Rabat - La réunion conjointe des commissions des affaires étrangères aux deux Chambres du Parlement, tenue suite aux récentes déclarations du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon sur le Sahara marocain, a constitué un moment fort pour la majorité et l'opposition qui ont condamné ces propos sans précédent et s'alignant sur la thèse du polisario, tout en soulignant que toute solution outre que celle de la proposition marocaine d'autonomie exposera toute la région au danger.



Commissions des Affaires étrangères au Parlement :Les déclarations de Ban Ki-moon sont provocatrices et partiales et toute solution outre que celle de la proposition d'autonomie exposera la région au danger
La réunion conjointe de la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des marocains résidant à l'étranger à la Chambre des Représentants et de la Commission des affaires étrangères, des frontières, de la défense nationale et des zones marocaines occupées à la Chambre des Conseillers, a permis aux présidents des groupes et représentants des groupements parlementaires de réaffirmer que les propos du secrétaire général de l'ONU sont graves, en contradiction avec la terminologie traditionnellement utilisée par ses prédécesseurs et un dérapage dangereux puisqu'il a outrepassé son rôle de simple médiateur pour adopter les positions de l'Algérie et du polisario.

Lors de cette réunion tenue conformément aux dispositions du dernier alinéa de l'article 68 de la Constitution et présidée par Rachid Talbi Alami et Hakim Benchamach, respectivement président de la Chambre des Représentants et président de la Chambre des Conseillers, les parlementaires ont réaffirmé que les déclarations "irresponsables et sans précédent" de Ban Ki-moon constituent une grande provocation des sentiments des Marocains et s'alignent sur la thèse d'une partie qui représente des mercenaires à la solde du régime algérien.

Les parlementaires ont fait remarquer que le fait que Ban Ki-moon a passé sous silence, lors de sa visite, la situation tragique des séquestrés à Tindouf en raison des enlèvements et des détournements des aides destinées aux populations des camps, prouve que l'actuel SG de l'ONU s'est engagé dans une voie outre que celle tracée par les Nations Unies, pour devenir une partie appuyant manifestement les thèses des autres parties.

Le secrétaire général a eu délibérément recours au vocable "occupation", ce qui constitue un précédent grave et une négligence de la proposition d'autonomie largement saluée par la communauté internationale grâce à son caractère sérieux et crédible, ont-ils souligné, estimant que cette attitude est à même d'entraver le processus de règlement, qui vise à parvenir à une solution politique consensuelle sur la base de l'initiative marocaine d'autonomie.

Les différentes interventions ont été unanimes à souligner la mobilisation totale de tous les Marocains derrière Sa Majesté le Roi pour la défense la justesse de la cause nationale, considérant que toute solution outre que celle de la proposition marocaine d'autonomie risque d'exposer toute la région à de graves dangers, notamment à la lumière de la situation d'insécurité que connaît la région du Sahel et du Sahara, et de la montée de l'extrémisme et des réseaux de contrebande sous toutes leurs formes.

Les parlementaires ont par ailleurs appelé le gouvernement à la vigilance et à multiplier les contacts au niveau international afin de mettre en échec les manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale.

Ils ont de même souligné la nécessité de poursuivre les efforts de développement à la lumière de la régionalisation avancée et en exécution du modèle de développement des provinces du Sud lancé par SM le Roi Mohammed VI.

               Partager Partager