Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - publié le Jeudi 25 Septembre à 10:35

Commission Juncker: une équipe expérimentée pour relever les défis de l'Europe




Bruxelles - La commission Juncker, qui sera soumise le 22 octobre à un vote d'approbation du Parlement européen, compte des personnalités expérimentées et aux compétences reconnues, capables de relever les défis économiques et géopolitiques actuels de l'UE et de donner un nouvel élan à une Europe en perte de vitesse.



Jean-Claude Juncker
Jean-Claude Juncker
Le collège du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker comprend cinq anciens Premiers ministres, quatre vice-premiers ministres, 19 anciens ministres, sept commissaires sortants et huit anciens membres du Parlement européen. 
 
Parmi les commissaires désignés, 11 ont un solide bagage dans le domaine économique et financier, et huit peuvent se prévaloir d'une vaste expérience en matière de relations étrangères. Un tiers des commissaires (9 sur 28), y compris le président élu, ont été candidats aux dernières élections européennes du 25 mai 2014. 
 
C'est une Commission politique, dynamique et efficace composée de 27 membres dont sept vice-présidents, chacun responsable d'une équipe de projet, et qui se veulent de véritables adjoints du président. Elle est plus jeune que le Collège sortant de José Manuel Barroso. La moyenne d'âge des vice-présidents, notamment, est de 49 ans. 
 
Les femmes représentent un tiers de l'effectif de la nouvelle commission et parmi les vice-présidents, elles sont 3 sur 7, soit 42 pc du prochain exécutif européen.
 
En ce qui concerne l'appartenance politique, 14 membres de la Commission sont affiliés au Parti populaire européen (PPE), huit à l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), cinq à l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE) et un aux Conservateurs et réformistes européens (ECR). 
 
Parmi les vice-présidents, deux appartiennent à la famille socialiste, trois sont affiliés au PPE et deux sont issus de l'ADLE.
 
Les vice-présidents dirigeront des équipes de projets, où ils guideront et coordonneront les travaux d'un certain nombre de commissaires. Ce mode de fonctionnement devra assurer une interaction dynamique de tous les membres du Collège, en rupture avec les approches cloisonnées et les structures statiques traditionnelles.
 
Cinq projets qui résument les grandes priorités et les orientations politiques de la nouvelle Commission ont été définis par Jean-Claude Juncker. Ils touchent à la lutte contre le chômage, la promotion de l'investissement, l'accès de l'économie réelle au crédit bancaire, la création d'un marché numérique connecté et à l'indépendance énergétique de l'UE.
 
Parmi les principales nouveautés de la nouvelle structure, la création du poste de Premier vice-président qu'occupera le Néerlandais Frans Timmermans. Ce dernier sera le bras droit du président. Il veillera notamment à ce que toute proposition de la Commission respecte les principes de subsidiarité et de proportionnalité qui occupent une place déterminante dans le travail de l'institution. En tant qu'adjoint du président, il supervisera les relations de la Commission européenne avec les autres institutions européennes.
 
Avant sa nomination par le conseil européen, l'ensemble du Collège, y compris le président et la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, devra avoir l'approbation du Parlement européen en vue de son entrée en fonction en novembre pour un mandat de cinq ans. 



               Partager Partager