Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Dr Ben Kirat - publié le Lundi 15 Juin à 18:26

Comment interpréter l’Islam et les Religions?






Toutes ces atrocités, de Qaeda à Daech et autres mouvement terroristes, dits «Islamistes», ne font pas partie de l'Islam mais d'une version Islamiste radicale qui n'a aucun rapport avec l'Islam ou le Coran.

C'est l'ignorance des islamophobes qui rajoutent de l'huile au feu déjà attisé. Soyons sérieux, les chrétiens espagnols pensaient que les Mexicains étaient des animaux sans âmes! Ou la Peste noire comme l'Incendie à Rome venait des Juifs ou encore les massacres des Croisades, de l’Inquisition et les guerres de Cent ans ou le génocide colonial et le rôle majeur qu’a joué la majorité des français à envoyer les juifs vers les fours allemands….

De prime abord, l’antisémitisme est Chrétien contre Juif et n’a aucun rapport avec l’Islam. On peut parler du racisme entre juif et musulman, mais pas de l’antisémitisme qui provient du conflit hébreux-chrétiens depuis la crucifixion de Jésus, comme d’ailleurs les fondamentalistes intégristes qui est un concept chrétien-chrétien. Le musulman n’a que hérité cette désignation par les islamophobes et sages ou singes Orientalistes.

Il n’y a pas de contrainte en religion et s’il y a contrainte, elle vient du politique et non du Coran, donc ces atrocités au nom de l’Islam sont rejetées par la religion. Si le Prophète s’est engagé dans une guerre à Médine, elle ne venait pas du Coran mais en réponse aux choses politiques et temporelles et non religieuses.

Suivant Nathalie Bernard Maugiron, «Il existe un risque de surenchère dans le religieux, chaque camp tentant de se l’approprier pour legitimer son action politique.»
Les zélés on en trouve partout dans la religion comme dans la politique et le racisme.

Le juge dans l’Islam considère que la femme bénéficie des mêmes droits que l'homme, d'ailleurs dans la langue française ou anglaise et autres on ne fait référence qu'à l'Homme, ce qui est compris hommes et femmes. Où est la différence sinon l'interprétation aussi obscurantiste des Islamistes radicaux comme des Islamophobes.

Cette interprétation de l'héritage chez les musulmans fait l'objet d'une nouvelle version, non seulement demandant mais exigeant l’Egalité des sexes, car les conditions anciennes ne s’appliquent plus de nos jours.

C'est une interprétation rejeté par les professeurs du Fikh. C'est une fausse version utilisée par certains pour dominer et non une justice religieuse du XXIe siècle: elle est interprétée par les conditions du Moyen Age quand le Fiqh s’est déguisé en Sunna, comme la femme française et européenne était utilisée et conditionnée par le dictat de l'Eglise moyenâgeuse.
Il n'y a pas longtemps la femme française devait payer une dot considérable à son future époux pour la sauver des préjugés de la société...et les femmes enceintes hors mariage étaient envoyées dans des hôpitaux mentaux…

«People living in glass houses should not throw stones», car il n’y a pas de société parfaite mais relative à son temps et à son histoire. On ne peut nier les vols et les atrocités coloniales, de viols et de massacres…..

Les femmes françaises ont eu le vote après les femmes musulmanes de l'Azerbaïdjan et autres, et la femme Suisse bien après la femme marocaine. La société évolue et l'avortement en France n'a eu lieu que dans le milieu des années 60 et l'homosexualité, malgré la loi récemment votée, elle fait toujours la Une des Medias français. On accepte la Banque Islamique malgré la Laïcité, mais on interdit le voile, deux poids deux mesures. On ne change pas du jour au lendemain...

Il faut revoir Montaigne lorsqu’il dit, comparer les cultures sans «les égaler».



               Partager Partager