Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



Cherif CHEBIHI HASSANI - publié le Dimanche 28 Décembre à 13:01

Commencer ou finir ?






Aussi tragique fut l’année que nous avons eu, un sens d’esprit et de renaissance force sa voie dans nos cœurs avec l’arrivée de chaque nouvel an. Une nouvelle aventure nous attend là-bas dans le bleu foncé intrigante et irrésistible. Comme les voyageurs perdus en mer, dans notre quête de triomphes et de trésors, nous percevons de loin, une bande de terre fertile. Nous jetons l’ancre et le dock sur les rivages de 2015. Nous marchons à terre, en prévoyant la délectation d’une virée, d’une récompense succulente, d’une sensation veloutée. Nous prenons beaucoup de ces offres et nous nous sentons chanceux à cette magnifique chance pour un nouveau commencement. Maintenant nous allons corriger tous les torts, maintenant nous allons guérir toutes les blessures. C’est ce que nous promettons année après année. C’est ainsi et pourquoi, nous continuons à survivre, jusqu’à l’éternité ou alors nous espérons.

L’espoir est l’ingrédient magique, une pilule puissante, un élixir doux qui apaise notre présent et éclaire notre avenir.

Rien ne nous rassemble en tant que race humaine, comme la nouvelle année. Universellement célébrée avec entrain et enthousiasme, elle est la plus ancienne des vacances de l’homme. Un sentiment collectif d’espoir infiltre dans le ciel et la terre, puisque nous nous cramponnons l’un à l’autre pour la cordialité et le soutien. Ensemble nous avançons coude à coude dans les ténèbres de l’inconnu.

Une fois célébré comme une fête religieuse, la nouvelle année a été mesurée par la période dans laquelle la terre accomplit une révolution simple autour du soleil, marquant le début de la saison agricole.

En nous nous complaisons dans la nourriture et la boisson, en festins et réjouissances nous continuons une tradition sacrée commencée par nos ancêtres. En gardant la Saint-Sylvestre, la plus bruyante des nuits, nous éloignons les mauvais esprits et détruisons nos récoltes. Mais que va apporter cette récolte ? Nous espérons une meilleure année que la précédente. C’est la chanson que nous chantons à chaque début et à chaque fin. Le résultat est toujours semblable et toujours nous espérons.

Bien que notre année défunte a été pire que les autres, il se trouve toujours un ardent désir, au plus profond de l’esprit humain, que des jours meilleurs nous attendent. Nous croyons aux miracles, à la bonté et à la gentillesse. Pourquoi ne pas rejoindre dans l’esprit joyeux et festif le reste de l’univers ? Pourquoi ne pas embrasser la nouvelle année avec espoir et optimisme ?
Les optimistes ne sont pas dupes. Ils possèdent un ensemble d’égoïsme illusionnaire » qui leur permettent de maintenir la bonne humeur et la bonne santé dans un univers essentiellement indifférent à leur bien-être. Même si la bonne humeur est injustifiée, elle accomplit plus qu’elle affronte la réalité froide.

Les optimistes croient que les bonnes choses dureront. Les pessimistes ferment rapidement les perspectives d’espoir, empêchant les bonnes choses de se produire. Que dire de plus.
Les pessimistes peuvent-ils devenir des optimistes ? Peuvent-ils célébrer la nouvelle année avec ferveur et joie aussi bien que les optimistes ?

Même si vous cassez vos résolutions de nouvel an, faites-le de toute façon, vous pourriez accomplir juste. Si vous ne faites rien, il n’y aura rien à accomplir. Si vous avez fait un faux départ, pourquoi ne pas essayer encore, le succès sera à vous, tôt ou tard. Les pensées peuvent être contrôlées et formées, tout comme vos muscles.

L’an est mort, alors enterez vos mauvaises habitudes. Déposez vos veilles rancune, partagez une histoire drôle, tendez la main à un vieil ami, payez un compliment, pardonnez une injustice, riez aux éclats, ce sont tous des pensées positives adoptés par les optimistes, qui aiment la vie de plus en plus et vivre plus lon temps avec une bonne santé.

Dans nos circonstances atuelles, il peut être difficile de regarder le bon côté des choses, mais il y a une nouvelle année qui est venue. Elle nous a donné raison de se réjouir, malgré notre état de dépression.

Rempli de promesses, rempli d’effroi, la nouvelle aventure 2015 commence. Elle est venue avec son abondance de joies et de peines. Oubliez les moments tragiques de 2014. Laissez-vous résonner cette « annus horribilis » et avec elle la cruauté, la violence, l’effusion de sang. Permettez-vous de sonner la paix, la compassion, la compréhension et la gentillesse. S’il y une vertu que nous pouvons souhaiter au-dessus de tous les autres, que ce soit la bonté. La bonté est le message de notre traditinnelle chanson de nouvel an : «Auld Lang Syne» écrit par le poète Ecossais Robert BURNUS .



               Partager Partager