Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj


APS - publié le Lundi 17 Novembre à 18:11

Colloque à Constantine : La jurisprudence islamique, le référent absolu pour venir à bout des fatwas non fondées



Constantine - La jurisprudence islamique (fiqh), conforme à la doctrine Malékite, constitue le référent absolu pour assainir la société musulmane des fatwas non fondées qui incitent à la haine et au mépris de l autre, ont estimé lundi à Constantine des conférenciers lors d un colloque international.



Le Dr. Abdallah Boukhalkhal, recteur de l université Emir-Abdelkader des sciences islamiques, structure organisatrice de cette rencontre de trois jours, a souligné l importance de se référer aux enseignements du fiqh conformément à la doctrine malékite qui prône la tolérance, la modération, le pardon, l entraide, le respect de l autre et le rejet de l extrémisme et du radicalisme .

Intervenant devant de nombreux participants algériens et étrangers représentant notamment le Maroc, la Mauritanie, le Soudan et la Malaisie, le recteur de l université a précisé que l école Malékite, la plus ancienne école d'exégèse coranique, dont la doctrine est suivie en Algérie, au Maghreb ainsi que dans plusieurs pays d Afrique et dans le monde, s appuie sur les deux premières et principales sources de droit en islam, le Coran et le Hadîth puis, en troisième lieu, l Ijtihad proposé par la doctrine sur un sujet donné en l absence de ces deux sources authentiques, mais en parfaite conformité avec elles.

Le monde arabe et musulman vit aujourd hui une horrible Fitna à cause justement des fatwas et des bidaâ , a considéré le Dr. Boukhalkhal, non sans avoir souligné l ampleur de cette hérésie et de ces déviations dangereuses pour la stabilité, la paix, la quiétude et le développement des pays musulmans .

Un enseignant de l université hôte de ce colloque, a indiqué à l APS que la bidaâ est une innovation sans fondement, souvent tendancieuse, inventée de toutes pièces, consistant à rajouter à la religion des éléments qui n existaient pas du temps du Prophète (QSSSL) .

Une quarantaine de conférences est inscrite au programme de ce colloque international proposé par la faculté Ossoul Eddine (fondements de la religion) et le laboratoire des études de la chari a de l université Emir-Abdelkader.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus